Article 

Le but de Ben Yedder était-il évitable ?

Publié le lundi 23 février 2015 à 20:20
Samedi face à Toulouse, le PSG a laissé Wissam Ben Yedder, 1,70m, marquer de la tête. Décryptage en images de ce but.

Samedi 21 février, on joue la 51ème minute de PSG/Toulouse et Paris mène alors 2-0 quand Toulouse obtient un coup-franc dans une zone du terrain très éloignée du but. Malgré la distance, le TFC fait quand même monter quelques uns de ses joueurs de tête pour tenter de reprendre le coup-franc tiré par Adrien Regattin, spécialiste maison. Voici la situation au moment où le coup-franc va être tiré :

En zoomant, on peut déjà apercevoir quelques soucis de marquage :

Si Van der Wiel est bien présent auprès de Grigore et Marquinhos auprès de Pesic à côté à gauche de l'écran, un déséquilibre de nombre existe en plein milieu avec Rabiot et Silva pour s'occuper de Ben Yedder, Braithwaite et Akpa-Akpro. Ibra, Matuidi et Cavani regardent la scène sans trop servir tandis que Digne et Pastore testent le marquage très élastique.

 

Au moment où le coup-franc est frappé, la moitié des marquages ont volé en éclat dans l'amas initial qui était déjà déséquilibré en nombre. Si Van der Wiel et Marquinhos sont toujours sur Grigore et Pesic, Rabiot a finalement choisi Akpa-Akpro tandis que Silva se désintéresse complètement de Ben Yedder et entame un pas de recul. De son côté, Ben Yedder a déjà commencé une course contraire pour aller au premier poteau. On peut noter que Braithwaite est absolument tout seul à l'entrée de la surface.

 

Le ballon est désormais en l'air et on voit que Ben Yedder ne le regarde absolument pas, il est déjà parti dans sa course. Du côté des Parisiens, l'armée des piquets n'a pas bougé devant la surface et tous les défenseurs au duel sont attirés par le ballon, mais pas de la même façon. Van der Wiel et Marquinhos sont déjà en train de lâcher leur marquage strict tandis que Silva étudie pour se trouver au point de chute.

 

Sur cette autre vue, on voit Ben Yedder partir vers le premier poteau, Van der Wiel être attiré par le ballon (Grigore ne bouge pas dans son dos) et Silva qui s'apprête à se retourner.

 

Le ballon arrive dans la surface et plusieurs choses sont très visibles. Tout d'abord, on voit que Grigore a déclenché sa course bien plus tard que Van der Wiel et arrive lancé, même si le ballon n'arrivera jamais jusqu'à lui. On voit également Pesic tout seul dans la surface parce que Marquinhos est parti au duel, même s'il est gêné par Rabiot et Akpa-Akpro. Ben Yedder est désormais très isolé et Silva a compris, il est déjà en train de reculer.

 

Sur une autre vue, légèrement plus tôt (Grigore n'est pas encore parti et Marquinhos n'est pas en l'air), on voit bien que Pesic est désormais absolument tout seul, de même que Ben Yedder de l'autre côté qui commence à regarder le duel aérien pour se placer en vue de la remise. 

 

L'image qui tue pour Marquinhos. Il a loupé la balle et son adversaire direct est désormais seul. Ce n'est guère plus brillant pour le reste de la défense avec deux Toulousains complètement isolés et prêts à reprendre la remise de Pesic, très bon dans ce domaine.

 

Pesic a parfaitement vu Ben Yedder et lui envoie un ballon parfait dans l'espace. Le Toulousain va pouvoir reprendre la balle en étant tout seul et tout près des buts. Silva tente de revenir mais il est trop loin. A ce moment-là, on peut se demander s'il a soudainement compris le rôle de Ben Yedder ou s'il lit simplement la trajectoire.

 

Sur cette autre vue, on constate également les dégâts, Ben Yedder a une place folle pour marquer. Une fois la remise faite, on se rend également compte que seul Van der Wiel marque encore quelqu'un. Du côté du duel Rabiot/Akpa-Akpro, chacun a repris sa route tandis que les deux pylones du début d'action n'ont toujours pas bougé.

 

Ben Yedder va frapper suffisamment fort de la tête pour que la balle rentre mais Silva a tout de même une réaction assez brillante sur le coup. Voyant qu'il va être trop court pour revenir sur l'attaquant, il change sa trajectoire de course pour venir couvrir le second poteau au cas où Ben Yedder croise sa tête. Cela ne sera finalement pas le cas mais il faut noter l'intention.

Alors, qui incriminer au final vu le nombre d'erreurs ? Tout d'abord, le PSG est en infériorité numérique dans la surface dès le départ, ce qui n'est pas normal, surtout quand trois joueurs restent devant celle-ci à ne rien faire durant toute la durée de l'action. Ensuite, les marquages sont très moyens, avec Marquinhos qui abandonne le sien pour tenter une tête complètement loupée, Van der Wiel qui saute plus ou moins à contre-temps et Rabiot qui lâche Akpa-Akpro dès que la balle est passée. Et puis il y a le cas de Silva. Au départ, il semble marquer un joueur entre Ben Yedder et Braithwaite avant de finalement jouer une sorte de défense en zone qui ressemble plus à un rôle de pompier de service qu'autre chose. Le joueur est assez brillant dans la lecture des trajectoires mais il est finalement en retard sur tous les fronts. Et on peut également se poser la question de l'étude des coups de pieds arrêtés adverses, Toulouse étant le spécialiste de la L1 pour les combinaisons sur ce types de phases.

En quatre jours, les Parisiens ont encaissé deux buts sur des actions qui font suite à des coups de pieds arrêtés, et finalement pas si éloignées que cela. Contre Chelsea, la déviation de Cahill avait permis de trouver Ivanovic seul, lui aussi lâché trop rapidement par David Luiz. Contre Toulouse, une équipe qui a appliqué une combinaison sur coups de pieds arrêtés (cf le déplacement parfait de Ben Yedder), la sentence a été la même. Alors que le PSG a concédé beaucoup de fautes contre Chelsea (20) avec Verratti et David Luiz au milieu, travailler au plus vite les coups de pieds arrêtés défensifs et améliorer la concentration sur ceux-ci semblent être des priorités absolus, le jeu du PSG ressemblant de nouveau à quelque chose en ce moment.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux