Article 

Le match, Soler, Ruiz, Kurzawa, Dembélé, etc, la conf' complète de Luis Enrique après PSG/Strasbourg (3-0)

Publié le samedi 21 octobre 2023 à 20:38 par Arthur Verdelet
Le PSG s'est imposé 3-0 contre Strasbourg dans un match dans l'ensemble tranquille et Luis Enrique a apprécié la partie de son équipe en contrôle. En conférence de presse, il a aussi débriefé de nombreuses performances individuelles : le surprenant Carlos Soler, son compatriote Fabian Ruiz, le revenant Kurzawa ou encore le cas Dembélé. Voici ses propos en intégralité.

Vous montriez de l’inquiétude concernant cette rencontre disputée au retour d’une trêve internationale. Vos joueurs vous ont-ils rassuré ?

« L’équipe a très bien géré ce match piégeux »

« La préoccupation qui était la mienne est logique lorsque l’on aborde ces journées post-trêve internationale. La difficulté, c’est que les joueurs doivent changer de mentalité en abordant ces rencontres. L’équipe a très bien géré ce match piégeux. Nous nous sommes procurés des occasions de marquer tôt dans le match. Ça a renforcé notre confiance et nous a permis de nous mettre à l’abri par la suite. »

Pouvez-vous expliquer votre choix de titulariser Carlos Soler en tant que latéral droit. Était-ce pour disposer d’un profil plus offensif ? Existe-t-il une possibilité pour lui de s’imposer à ce poste ?

« En réalité, Carlos Soler était uniquement latéral droit en phase défensive. Sinon, il jouait quasiment comme un milieu de terrain axial. Il a fait une très bonne prestation. Il a marqué un but, il a fait une passe décisive et a très présent des deux côtés du terrain. Je suis très content de sa prestation. »

L’association entre Kylian Mbappé et Bradley Barcola a fait beaucoup de dégâts sur le côté gauche. Avez-vous apprécié leur match ?

« Barcola, Vitinha et Mbappé se découvrent dans le couloir gauche »

« C’était bien ! Mais je me dis qu’ils se découvrent encore. Ce sont des joueurs qui n’ont presque jamais joué ensemble. Bradley, Viti (Vitinha) et Kylian (Mbappé) se découvrent dans le couloir gauche. Pareil pour Kang-in (Lee), Carlos (Soler) et Gonçalo (Ramos) à l’opposé. L’idée de leur offrir des minutes et la possibilité de travailler leur relation est importante. Nous voulons être capable d’attaquer des deux ailes, en plus de l’axe. Nous pourrons alors être dangereux de partout. »

Carlos Soler a marqué un but et donné une passe décisive, et Fabian Ruiz a lui aussi marqué. Qu’avez-vous pensé de leurs prestations ?

« Soler et Ruiz ont profité de leurs minutes en réalisant un très bon match »

« Ce sont deux joueurs que je connais parfaitement. Je les ai eu sous mes ordres à plusieurs reprises en sélection. Ils ont profité de leurs minutes en réalisant un très bon match. Ils ont participé aux trois buts. C’est important pour ces joueurs qui jouent parfois moins. Ils ont une opportunité et en ont tiré parti. C’est positif pour l’équipe et le rendement de tout le monde. »

Vous avez offert ses premières minutes de jeu cette saison à Layvin Kurzawa. Peut-on espérer le voir rejouer lors des prochains matches ?

« (Il fait la moue) C’est un joueur du PSG. Je le connais parfaitement parce que j’ai joué contre lui à plusieurs reprises. Il a une attitude impressionnante à l’entraînement, en donnant toujours tout. J’essaye de récompenser mes joueurs et de leur offrir les minutes qu’ils méritent d’obtenir. »

Cette animation en 3-3-4 vous permet de disposer de quatre éléments offensifs. Avez-vous en tête de la conserver face à Milan ou pensez-vous l’ajuster avant la Ligue des Champions avec plus d’adversité ?

« Vous dites quatre éléments offensifs, mais vous pourriez parler de cinq ou six, sept ou huit attaquants »

« Chaque match est différent. Vous dites quatre éléments offensifs, mais vous pourriez parler de cinq ou six, sept ou huit attaquants. Mon objectif est, je le rappelle, d’avoir onze joueurs qui attaquent et autant qui défendent. Presque tous mes joueurs peuvent être considérés comme des attaquants par moments. Carlos, Kang-in, Vitinha et bien sûr Bradley, Kylian et Gonçalo ont joué plus devant. L’idée est que, quand nous avons le ballon, nous sommes tous des attaquants, et devenons tous des défenseurs lorsque nous le perdons. Chaque match propose des circonstances différentes qui vont nous faire modifier ce rapport. »

Comment pensez-vous pouvoir aider Ousmane Dembélé à se débrider complètement ?

« Je suis amoureux du jeu d’Ousmane et je ne vois aucun problème à son sujet »

« Je pense qu’il faut profiter d’Ous’. Il est un joueur unique selon moi. Je n’ai aucun problème à ce qu’il ne marque pas ou ne soit pas décisif par la passe. Il génère des supériorités numériques, fixe trois joueurs adverses et crée des espaces à ses coéquipiers. Il n’a aucune peur d’être taclé, de tomber. Il presse et défend. Il faut profiter de lui. Il va s’améliorer, c’est sûr. Il aura aussi des jours où ça ira moins bien, oui. Il est vital, clé pour nous. Je n’ai aucune préoccupation le concernant. Je suis amoureux du jeu d’Ousmane et je ne vois aucun problème à son sujet. »

On a vu Gonçalo Ramos très actif dans le jeu et revenir défendre très régulièrement. Quelles consignes lui donnez-vous ?

« Je dois dire que Ramos, comme (Randal) Kolo Muani ou (Marco) Asensio, qui peut aussi jouer numéro 9, sont des attaquants qui deviennent des défenseurs une fois sans ballon. Ils s’adaptent parfaitement à ma mentalité. Avec cette mission et cette attitude, ils me régalent. Quand je vois Gonçalo, Kolo ou Asensio redescendre pour défendre… et encore Kylian aujourd’hui, ça me donne la chair de poule. C’est l’idée : de créer une énergie et une passion qui représente selon moi ce qu’est une équipe professionnelle. C’est le plus beau. C’est spectaculaire et c’est ce que je veux voir. »


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 

News 

Aujourd'hui

jeudi 18 avril

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

dimanche 14 avril

samedi 13 avril

vendredi 12 avril

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee