Article 

Montpellier/PSG (2-2, 5-6 t.a.b.), les performances individuelles

Publié le jeudi 13 mai 2021 à 3:18 par Philippe Goguet
Le PSG s'est qualifié pour la finale de la Coupe de France grâce à sa victoire aux tirs au but face à Montpellier après avoir fait match nul 2-2 dans le temps réglementaire, malgré une très large domination. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Un match frustrant pour le gardien costaricien, battu à deux reprises sur des buts où il ne pouvait strictement rien faire. Pour le reste, il a surtout eu des centres à capter, notamment dans le domaine aérien, et a repoussé une frappe puissante de Ristic en fin de partie. De façon étrange vu ses états de service, il n'a pas brillé durant la séance des tirs au but, n'en détournant aucun même s'il n'est pas passé loin à plusieurs reprises.

Florenzi : Le latéral italien a vécu un match aux deux visages, un par mi-temps. Rarement sollicité défensivement en première période à l'exception de longs ballons qu'il lit plus ou moins bien, il n'a pas hésité à monter pour apporter du surnombre et cette activité a bien aidé son équipe, en plus des quelques centres intéresssants qu'il a délivrés. Il a toutefois fini assez mal le premier acte en ne serrant pas assez Laborde sur la première égalisation montpelliéraine. Peut-être en est-ce la conséquence mais sa seconde période a été bien plus tournée vers la défense et il a assuré en général, repoussant plusieurs offensives via des interventions bien senties. 

Neymar l'a remplacé en fin de match pour arracher la victoire et tirer lors de la séance des tirs au but. S'il a bien évidemment réussi dans ce dernier domaine, il avait signé une entrée hors du ton général du match avec des pertes de balle offrant des contres. Il a aussi été averti, ce qui va déclencher une suspension à une date peu claire.

Marquinhos : Le capitaine parisien a encore réussi le gros de son match, avec notamment une belle capacité à lire le jeu pour couper les attaques adverses. Toujours solide au sol malgré un duel perdu face à Mavididi en fin de partie, il a aussi régné dans les airs et repoussé bon nombre de ballons de la sorte. Seule son attitude sur le 2-2 peut lui être reprochée, Delort égalisant dans son dos. Avec le ballon, il a toujours été propre et n'a jamais hésité à prendre ses responsabilités pour relancer. Il a transformé son penalty également, certes de peu.

Diallo : De retour dans l'axe gauche, le défenseur central avait fort à faire avec Delort face à lui et cela a donné un duel incertain et disputé. Que ce soit dans les airs ou au sol, les deux hommes se sont souvent retrouvés face à face et le Parisien a dans l'ensemble pris le dessus, collant l'avant-centre adverse pour l'empêcher de se retourner. Il s'est aussi montré solide sur des actions où il devait faire parler son placement et aurait pu marquer à deux reprises, signe d'une belle présence sur coups de pieds arrêtés.

Bakker : Le latéral gauche néerlandais a encore beaucoup couru sur la pelouse de Montpellier, même s'il n'a toujours pas été servi. Toujours en mouvement et disponible pour animer son flanc, il a comme toujours eu quelques touches de balle en trop dans le dernier tiers, ce qui l'a empêché d'être vraiment dangereux, mais il a été propre à la relance. Défensivement, il a dans l'ensemble fait le travail, avec notamment un bon retour sur Laborde en fin de match, mais il a aussi oublié Congré sur un corner et semble un peu douteux sur le 2-2.

Paredes : Positionné seul devant la défense, l'Argentin a livré un match pour le moins dense. Sans le ballon, son activité défensive a été précieuse et il a rarement aussi bien protégé sa défense. Tacles, interceptions, duels aériens, il a été parfaitement efficace dans ce registre où il manque pourtant souvent de régularité. Avec le ballon, il s'est souvent retrouvé dans un fauteuil pour lancer le jeu, particulièrement en première période, et il a donc régalé. Moins libre après la pause, il a joué plus simple mais a signé une belle performance d'ensemble, comme lors des tours précédents. Un tir au but transformé, avec un brin de réussite.

Gueye : Milieu relayeur, il lui a fallu quelques minutes pour entrer dans le match mais cela a été l'un des meilleurs sur le terrain par la suite. Sa présence défensive en seconde lame a fait du bien, le Sénégalais arrachant bon nombre de ballons, mais c'est avec bien avec le ballon qu'il a été le plus convaincant. Toujours en mouvement et dans la zone libre, il a tout le temps joué vers l'avant et son entente avec Mbappé a été remarquable. Cela a abouti à un but, cela aurait pu être bien plus vu le nombre d'échanges réussis entre les deux hommes. Techniquement, on l'a également rarement connu aussi inspiré même s'il avait baissé en gamme avant de sortir.

Danilo l'a remplacé sur la fin de partie. Entré comme milieu défensif, il a fini latéral droit et a même failli donner la victoire à son équipe en fin de partie sur un corner.

Rafinha : Plus relayeur que meneur de jeu, le Brésilien s'est promené entre les lignes comme il aime tant le faire et il a su utiliser sa technique à bon escient à de nombreuses reprises. S'il a été irrégulier dans l'orientation du jeu, passant d'une première période moyenne à une superbe passe décisive sur le deuxième but, sa touche technique a fait du bien en toutes circonstances et il a été un relais constant pour ses partenaires, ne se cachant jamais. Il signe notamment une très bonne seconde période pour ce qui a été sa meilleure prestation depuis des mois.

Draxler l'a remplacé et il s'est vite mis au niveau en termes d'agressivité, à l'image d'un contact tendu avec Savanier. Cela n'a pas toujours été le cas dans le jeu et il signe une entrée moyenne mais convertit très bien son tir au but.

Sarabia : L'ailier espagnol a été relancé par Pochettino et il a une nouvelle fois affiché son manque de confiance du moment. Il ne s'est pas caché, s'appliquant défensivement, tout en jouant bien plus en rupture qu'Icardi et Mbappé qu'il a bien complété. Malgré un peu trop de déchet avec le ballon, il n'a jamais renoncé et a même donné quelques ballons de buts à ses partenaires sur des centres et remises. Le vrai problème a été son efficacité devant le but. L'Espagnol a eu plusieurs grosses occasions et il a été franchement insuffisant au moment de conclure, faisant surtout briller le gardien.

Di Maria l'a remplacé sur la fin de match et il a été discret sur son aile droite. Il a toutefois raté une grosse balle de 3-1 qui s'est transformée en 2-2 vingt secondes plus tard. Cette entrée ratée a au moins été compensée par un tir au but impeccable.

Mbappé : Le génie français était de retour dans le onze de départ et c'est peu dire qu'il avait des jambes. Pratiquement chacune de ses prises de balle a débouché sur quelque chose, que ce soit un tir, une occasion, ou même un but. Bien trop rapide pour la défense adverse, il a accéléré deux fois pour marquer deux buts et aurait même pu en inscrire d'autres sans un grand gardien en face. Inarrêtable lancé en profondeur ou en accélérant balle au pied, l'arme de destruction massive de l'attaque parisienne a même beaucoup fait jouer ses coéquipiers alors qu'il aurait mieux fait d'y aller tout seul en de nombreuses circonstances. Le mollet semble aller mieux...

Kean l'a remplacé pour la fin de match et il n'a eu que quelques ballons à toucher. Il a surtout semblé afficher les mêmes manques que dernièrement mais a transformé le tir au but de la victoire.

Icardi : De retour dans le onze de départ, l'Argentin a livré une partie complètement à l'opposé de ce qu'il montre depuis des mois. Il n'a certes pas marqué alors qu'il a pourtant eu des valises d'occasions, gâchant même des cartouches indignes pour un buteur de sa trempe. Mais alors quelle disponibilité et quelle présence dans le jeu ! N'hésitant pas à décrocher pour jouer en appui de façon juste, capable de trouver ses coéquipiers aussi bien en retrait que vers l'avant, s'effaçant de façon formidable pour placer Sarabia en orbite, Icardi a signé son meilleur match dans le jeu depuis une éternité. Il aurait mérité un but pour l'ensemble de son match, lui qui a si souvent sauvé des prestations ternes par une réalisation. 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 21 juin

dimanche 20 juin

samedi 19 juin

vendredi 18 juin

jeudi 17 juin

mercredi 16 juin

mardi 15 juin

lundi 14 juin

dimanche 13 juin

samedi 12 juin

vendredi 11 juin

jeudi 10 juin

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux