Article 

Pays de Cassel/PSG (0-7), les performances individuelles

Publié le mardi 24 janvier 2023 à 2:10 par Philippe Goguet
Le PSG s'est très facilement imposé 7-0 contre les amateurs de l'US Pays de Cassel en Coupe de France, retour sur les performances individuelles d'un match forcément à sens unique malgré une première demi-heure équilibrée.

Navas : Vu l'adversaire, il n'a bien évidemment pas eu grand-chose à faire mais il a été appliqué, avec notamment une bonne sortie en fin de partie dans les pieds de l'attaquant adverse qui s'était infiltré. Il avait déjà su sortir à bon escient loin de son but un peu plus tôt. Pour le reste, du jeu au pied court et propre.

Pembélé : Relancé par Galtier après neuf mois d'absence, le jeune latéral a largement répondu aux attentes. Très présent dans son couloir pour l'animer dès le coup d'envoi, il n'a jamais hésité à se proposer et à percuter. Il n'a bien évidemment pas tout réussi, même si l'un de ses centres aurait pu aboutir à une ouverture du score de Mbappé plus précoce que la réelle, mais son activité générale a été prometteuse pour la suite, notamment car elle a été couplée à une présence au contre-pressing bien utile. Pour un match de reprise, cela a été très bien.

Hakimi l'a remplacé à l'heure de jeu et il a été dans la même veine : une certaine application défensive et beaucoup de jus pour attaquer. Pas toujours servi alors qu'il était souvent en bonne position, mais parfois aussi un sentiment un peu confus.

Danilo : Positionné dans l'axe droit de la défense, le grand Portugais a régné sur la rencontre et, à l'exception d'une petite erreur en fin de match, il n'a strictement rien laissé passer. Il a totalement éteint l'avant-centre adverse, le faisant même s'énerver de par sa domination, et il a été aussi parfait dans la prévention des contres que dans la gestion de la profondeur. Avec le ballon, il a alterné passes simples et ouvertures en profondeur bien vues, à l'image de sa passe décisive pour Mbappé sur le troisième but. 

Ramos : Encore une fois dans l'axe gauche et sans opposant direct, il en a profité pour régulièrement sortir de sa défense et aller couper les contres à la source, avec plus ou moins de succès. Avec le ballon, il n'a pas forcé non plus, ratant même quelques transversales largement dans ses cordes.

Bitshiabu l'a remplacé pour la fin de match et il s'est montré excellent, enchaînant les interventions pleines de jus et de justesse. Du mieux après certaines sorties récentes moins abouties.

Nuno Mendes : Lui aussi faisait son retour à la compétition et, s'il s'est vite montré offensif dans son positionnement, il a dans un premier temps semblé jouer un peu arrêté. Loin d'avoir retrouvé toute son activité habituelle, il a malgré tout fait exploser la défense adverse par son coup de rein sur l'ouverture du score, concluant son accélération par un excellent centre. Ce n'était ni le premier ni le dernier, et il a signé une bonne mi-temps pour son retour.

Bernat l'a remplacé dès la pause et il a lui aussi bien occupé le couloir, avec une gestion forcément différente du ballon, plus dans la maîtrise, la technique et la conservation. Il n'a pas hésité non plus à se projeter dans la surface et a notamment signé quelques bons centres en retrait.

Renato Sanches : Dans un rôle un peu bâtard entre l'axe et le côté droit, le Portugais a signé une prestation mitigée, et pas seulement en raison d'un sale coup à la cheville d'entrée. Il n'a jamais rechigné à aller au duel dans l'entrejeu, même s'il est loin de les avoir tous gagnés, mais n'a pas toujours été très inspiré dans la construction du jeu. Il semble être revenu en septembre dernier, lorsqu'il cherchait sa place dans l'équipe, mais enchaîne au moins les minutes.

Fabian Ruiz l'a remplacé pour la dernière demi-heure et s'est signalé par plusieurs frappes, dont une proche de tromper le gardien, mais aussi pas mal de déchet dans les passes, notamment des diagonales ratées. Rien de fou, mais rien de bien convaincant non plus, et lui aussi semble revenu au niveau de ses premières rencontres.

Vitinha : Le Portugais était le milieu parisien le plus axial et il a été bien utile par son volume de jeu habituel, confirmant au moins son regain des derniers matches sur ce point. Sa bonne lecture des situations lui a permis de récupérer pas mal de ballons et il en a souvent fait bon usage, jouant notamment simple et vite à l'image de sa jolie passe décisive sur le quatrième but. Il a en revanche été assez moyen dans la surface mais a signé une bonne frappe. A quelques centimètres près, il s'offrait son premier but et sa première passe décisive le même soir.

Soler : Sorte de pendant à droite de Neymar dans le très asymétrique 4-4-2 du PSG, l'Espagnol a signé une rencontre comme toujours faible en ballons touchés mais pas inintéressante pour autant. Il a régulièrement tenté de combiner avec Pembélé sur son aile, avec plus ou moins de succès, et a signé des passes justes qui font du bien. Il est ainsi à la base de la première occasion du match, le but refusé à Mbappé, et a plusieurs fois su avoir des touches de balles judicieuses puisqu'il est impliqué sur pas moins de quatre buts au final. Il a certes longtemps péché dans la surface avant de finalement marquer d'une jolie talonnade, enchaînant dans la foulée par un bon centre sur le 6-0. Défensivement, il a été appliqué. Si son match n'est pas flashy à l'exception des deux gestes décisifs de la fin, il est bien possible qu'il ait plu à son entraîneur.

Neymar : Milieu offensif très libre, le Brésilien a vécu un match en deux temps, au moins dans l'attitude. A une première période où le Neymar qui s'énerve et rend les coups jusqu'à être averti a succédé une seconde période avec un joueur concentré sur le jeu et plus inspiré. Car avec le ballon, le Brésilien a encore été un joueur aux multiples facettes. Toujours prompt à créer, souvent dans la provocation balle au pied, régulièrement brillant, c'est finalement par ses passes en profondeur sublimes qu'il a plus régalé, trouvant des angles de passes formidables et créant des actions de par son seul talent. Il a aussi marqué un bien joli but, même s'il aurait pu en mettre plusieurs autres puisqu'il a eu du mal sur la fin. Le Brésilien reste un joueur de génie, même si ce n'est pas ce match qui le rendra plus populaire et accepté par le grand public.

Ekitike : Positionné dans l'axe de l'attaque aux côtés de Mbappé, le jeune avant-centre est complètement passé à côté de son match et il a rendu, comme à Rennes, une copie très pauvre. Bien qu'il a pourtant régulièrement fait de bonnes choses lorsqu'il a eu le ballon dans les pieds, il n'a pas vraiment semblé se battre pour l'avoir et son attitude, particulièrement en première période, est franchement discutable alors qu'il avait du temps de jeu. Cela a été un peu mieux en seconde période mais cela n'a pas duré et sa sortie rapide a été des plus logiques.

Gharbi l'a remplacé et sa bonne disponibilité générale a sacrément tranché avec celle de celui dont il a pris la place. Dommage de ne pas avoir su mieux exploiter le ballon en revanche, même si ses partenaires ne l'ont pas toujours aidé.

Mbappé : Capitaine du PSG au coup d'envoi pour la première fois, l'attaquant français a pourtant eu du mal à lancer sa partie : ballons perdus, hors-jeux, il semblait ne pas vraiment être dedans. Il aura fallu ce premier but, certes un peu chanceux, pour lancer la machine et les malheureux Nordistes ont ensuite été passés à la moulinette. Absolument injouable en profondeur pour des amateurs qui n'ont pas su jouer le piège du hors-jeu avec efficacité sur la durée puisqu'ils ont concédé trois buts de la sorte, Mbappé a également fait mal par sa collaboration technique avec Neymar. Les deux se sont beaucoup cherchés et régulièrement trouvés, notamment au moment de tuer le match avec le deuxième but. En marquant cinq fois, Mbappé est entré encore un peu plus dans l'histoire du club et le record de Cavani lui semble promis avant même la fin février, le mois de tous les dangers pour le PSG. 


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

vendredi 03 février

jeudi 02 février

mercredi 01 février

mardi 31 janvier

lundi 30 janvier

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee