Article 

PSG/Nice (0-0), les performances individuelles

Publié le jeudi 2 décembre 2021 à 12:00 par Rédaction
Le PSG n'a pas su faire mieux qu'un match nul (0-0) face à Nice mercredi soir au Parc des Princes dans le cadre de la 16e journée de Ligue 1. Retour sur les performances individuelles au cas par cas.

Donnarumma : fêté en début de soirée pour son trophée Yachine, l’italien s’est chauffé en repoussant un tir lointain de Dolberg, avant de faire parler ses réflexes sur une tête puissante de Delort (32e). Sauvé par son poteau sur la tête du danois (59e), Donnarumma s’est offert une petite montée d’adrénaline en réussissant un crochet sur un attaquant adverse.

Hakimi : avant d’attaquer, son rôle principal est tout de même de défendre. Plutôt à l’aise pour combiner avec Di Maria et prendre son couloir, il a néanmoins manqué de justesse sur ses centres et sa reprise au second poteau (42e). Remuant jusqu’à sa sortie, Kluivert lui a également posé des problèmes à plusieurs reprises.

Marquinhos : sobre et efficace comme à son habitude, le capitaine parisien aurait pu inscrire un nouveau but sur l’une de ses rares montées dans la surface adverse. Bien seul, il frôle le ballon du crampon droit sur un centre de Mendes (79e).

Kimpembe : lui aussi concentré et solide pour son retour dans le onze, l’international français a notamment réalisé un retour salvateur sur un Delort prêt à dégainer (17e). Parfois pris de vitesse par un Dolberg remuant, il a dû céder sa place à Paredes la 77e minute, gêné à l’arrière de la cuisse.

Mendes : auteur de centres dangereux à plusieurs reprises, notamment pour Hakimi (42e) ou Marquinhos (79e), il n’a pas été inquiété défensivement au contraire de certains soirs.

Danilo : sans doute le meilleur Parisien sur la pelouse ce mercredi, il a assuré la couverture de ses partenaires à de nombreuses reprises. Aussi bien en tant que sentinelle, pendant 75 minutes, qu’une fois passé en défense centrale. Un roc (9 duels gagnés sur 15 disputés) par ailleurs plutôt adroit dans ses relances.

Gueye : un match neutre et discret durant lequel le sénégalais a beaucoup couru, mais dans le vide. Toujours utile à la récupération et à la compensation, son manque de projection et son déchet technique parfois flagrant l’ont privé d’être un relais idoine pour l’attaque parisienne. Sur l’une de ses rares incursions dans la surface niçoise, il a toutefois été proche de marquer et de délivrer ses coéquipiers mais un sauvetage in-extremis de Walter Benitez l’en a empêché (27e).

Dina Ebimbe : un match plutôt convenable et une nouvelle prestation assez prometteuse pour le joueur formé au club. Remuant en début de match, il ne s’est pas caché et a multiplié les prises d’espaces dans le couloir gauche, et les combinaisons tant avec Nuno Mendes qu’avec Kylian Mbappé. Parfois maladroit, il a eu le mérite de tenter sa chance de loin à plusieurs reprises – en vain (8e, 19e). De plus en plus quelconque et en baisse d’intensité au fil de la rencontre, il est remplacé par Marco Verratti (62e) qui a aimanté les ballons sans l’impact espéré.

Di Maria : s’il a été l’un des éléments les plus actifs avec son compère de l’aile droite Achraf Hakimi, son inconstance technique et son incapacité à éliminer son adversaire ont neutralisé tous ses efforts. Déterminé à trouver Lionel Messi, il a livré une prestation sans inspiration ni génie, à l’image de son face-à-face perdu avec Walter Benitez pour la plus grosse occasion parisienne de la rencontre (51e). Déjà en échec, il s’est peu à peu éteint et a été remplacé pour le dernier quart d’heure par un Mauro Icardi (77e) qui n’a touché qu’un ballon et a eu la dernière opportunité du match d’enfin ouvrir le score.

Messi : son positionnement axial n’a pas changé la donne et le désormais septuple Ballon d’Or a réalisé une performance dans la lignée d’un début de saison décevant - et donc très éloignée des standards qui ont justifié la cérémonie de ce début de semaine. Bousculé par la défense niçoise, il n’a pas suffisamment pesé sur la rencontre malgré quelques coups de pattes bien sentis quoique stériles (64e). Un match sans relief – insipide pour un joueur de sa trempe – marqué par son manque de provocation balle au pied et l’absence d’occasion franche.

Mbappé : sans réussite, brouillon, et bien trop souvent esseulé à gauche, le meilleur buteur parisien est passé à côté de son match. Très éloigné dans le jeu du duo offensif argentin, il n’a pas su compenser par une présence dans la surface pour exploiter les centres de Di Maria et Hakimi. Entre dribbles ratés, mauvais choix (87e) et occasions manquées (64e), il a donc beaucoup gâché même s’il reste le joueur le plus apte à bousculer le rythme monotone de son équipe.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

lundi 24 janvier

dimanche 23 janvier

samedi 22 janvier

vendredi 21 janvier

jeudi 20 janvier

mercredi 19 janvier

mardi 18 janvier

lundi 17 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux