Article 

PSG/Reims (0-2), les performances individuelles

Publié le jeudi 26 septembre 2019 à 3:00 par Philippe Goguet
Le PSG s'est très logiquement incliné 2-0 à domicile face à Reims ce mercredi soir, signant une prestation très insuffisante. Retour sur les performances individuelles des joueurs, au cas par cas.

Navas : Le gardien costaricien a finalement encaissé ses premiers buts avec le maillot du PSG, faisant revivre une statistique décidément récurrente des gardiens parisiens avec ces deux buts encaissés sur les deux seules frappes cadrées adverses. Dur de lui imputer pour autant, même s'il repousse finalement seulement sur son montant la tête de Kamara sur l'ouverture du score, la rendant encore plus frustrante car possiblement évitable. Pour le reste, il a été sauvé par son montant et s'est aussi bien couché sur une frappe de Cafaro qui était finalement hors-cadre. 

Mbe Soh : Le jeune défenseur central dépannait comme arrière droit et sa troisième titularisation avec l'équipe première a globalement été un cauchemar. S'il se montre assez présent en début de match dans les duels, il est en revanche dominé de façon incompréhensible par Kamara sur l'ouverture du score de la tête alors que le Rémois lui rend pratiquement 20 cm de taille ! Outre cet énorme accroc défensif, il va tenter d'apporter offensivement mais, s'il se positionne parfois un peu haut dans son couloir comme le nécessite le poste, il ne va pratiquement jamais jouer vers l'avant et s'est contenté de faire des passes en retrait. Ses rares transitions vers le but adverse ne vont pas être couronnées de succès et n'ont fait qu'ajouter à sa terrible fébrilité du jour.

Meunier l'a remplacé à l'heure de jeu et il a immédiatement montré plus d'allant offensif. S'il a bien eu de la présence, il a en revanche été catastrophique d'un point de vue technique, ratant pratiquement tous ses centres ainsi que de très nombreuses passes. La preuve d'un joueur fatigué.

Diallo : Le défenseur central gaucher était placé dans l'axe droit et il va se signaler par une excellente ouverture d'entrée, l'une de ses rares bonnes choses du soir vu qu'il va ensuite être très quelconque dans l'utilisation du ballon, ce qui est inhabituel pour lui. Neutre offensivement, il va aussi longtemps l'être défensivement puisqu'il n'aura la plupart du temps pas d'adversaire direct. Sa fin de match va toutefois être de plus en plus délicate, avec notamment plusieurs erreurs de lecture sur des longs ballons. Si l'une d'entre elles sera bien corrigée d'un tacle osé dans la surface en toute fin de partie, il est en revanche complètement défaillant sur le deuxième but rémois où il oublie totalement Dia dans son dos. Après plusieurs bons matches depuis quelques semaines, Diallo a donné l'impression de rechuter.

Kimpembe : Le capitaine du soir est l'un des rares à avoir fait honneur au maillot qu'il porte et il a d'ailleurs été le meilleur Parisien. Avec le ballon, il a souvent tenté de faire vivre le jeu depuis l'arrière et d'impulser un peu de vie, sans y parvenir tout le temps. Mais c'est surtout défensivement qu'il s'est montré en livrant un gros duel face à Donis, le gagnant dans les grandes largeurs malgré la belle résistance du Grec. Solide en toutes circonstances, auteur de plusieurs belles interventions défensives, il a confirmé son bon retour constaté lors des derniers matches.

Kurzawa : L'autre latéral parisien a également complètement coulé ce mercredi soir, dix jours après un PSG/Strasbourg déjà très compliqué. L'envie était pourtant bien là en début de partie et on le retrouvait par exemple très haut sur le terrain, prêt à s'insérer dans la surface. Cela ne va pas durer et il va vite avoir du mal à combiner avec ses partenaires, ce qui va le brider offensivement. Défensivement, cela va être encore pire. Une mauvaise relance assez vite, un centreur laissé trop seul sur l'ouverture et énormément de fautes commises dans des duels défensifs. Bref, un nouveau match à oublier pour le latéral gauche parisien.

Marquinhos l'a remplacé pour la fin de match et il s'est glissé devant la défense dans un rôle très libre apportant de l'énergie, un impact positif dans les duels et des courses sans le ballon. Cela n'aura pas suffi pour revenir au score.

Paredes : Titulaire pour la première fois de la saison, l'Argentin a livré une prestation qui justifie à elle seule pourquoi il ne joue pas plus. Après avoir eu du mal à se situer en début de match, il va passer la majeure partie de la rencontre à n'avoir aucun impact. Lent ou complètement neutre dans ses transmissions, inutile défensivement et donnant l'impression de marcher sur le terrain, il ne va se mettre en évidence de façon positive que via une demi-volée superbe en début de partie. Paradoxalement et alors qu'on pensait le voir finir au petit trot vu le ton de son match, il va signer un dernier quart d'heure un peu meilleur dans un rôle de milieu relayeur gauche après l'entrée de Marquinhos, claquant notamment quelques passes intéressantes vers l'avant ou pour ouvrir le jeu. Dommage d'attendre aussi longtemps pour se mettre à jouer.

Herrera : Trois jours après une première titularisation intéressante contre l'OL, l'Espagnol n'a pas vraiment confirmé la bonne impression laissée. S'il a couru sans le ballon contrairement à d'autres, il a été terriblement neutre avec le cuir dans les pieds, ayant les pires difficultés à le faire vivre ou à l'amener jusqu'à Sarabia devant lui. Herrera va courir et parler pour placer les autres mais n'aura qu'un impact minime. Il va bien réussir quelques vagues bonnes choses mais va surtout donner l'impression d'un joueur facultatif.

Bernat : Milieu relayeur gauche pour la première fois de la saison après avoir été arrière latéral depuis le début, il se signale d'entrée par une énorme séquence de conservation balle au pied, ce qui sera finalement sa plus belle action du match. Comme souvent à ce poste plus axial, il va avoir du mal à aller vers l'avant et à trouver des solutions, sécurisant le ballon plus qu'il ne le fait vraiment avancer. Le jeu n'est que peu passé à gauche et Bernat n'y est pas forcément étranger avec un volume de jeu en deçà de ses standards. Il finit la partie arrière gauche, ne se montrant pas bien meilleur dans ce rôle.

Sarabia : De retour dans le onze de départ, l'ailier droit espagnol n'a pas été aidé en début de rencontre par un Mbe Soh qui ne parvenait jamais à jouer vers l'avant et un Herrera pas beaucoup plus inspiré. S'il a eu du mal à être trouvé dans le bon sens, il a aussi eu beaucoup de mal à faire les bons choix, son problème récurrent des dernières semaines, malgré un bon centre en retrait pour Choupo-Moting d'entrée. Passé fausse pointe après la pause, il ne va jamais trouver sa place dans ce nouveau rôle même s'il provoque un penalty évident dont on se demande comment il a pu, au moins, ne pas être revisionné par l'arbitre. Une action qui pèse par mi-temps, cela fait peu à l'heure du bilan, même s'il a souffert de l'apathie collective autour de lui.

Neymar : Le sauveur des derniers matches n'a pas réussi le même exploit, même s'il a eu une très belle occasion d'ouvrir le score d'un joli coup-franc de peu à côté. Pour le reste, le match de Neymar aura été celui de la frustration. Très libre sur le terrain, il va souvent dribbler mais finalement peu conclure. Soit car il va s'empaler sur le joueur rémois suivant, soit car les visiteurs vont lui réserver un traitement de valeur que l'arbitre va tolérer au grand dam du joueur, pas vraiment en tort quand il réclamait plus de sévérité vu les coups reçus. Si Neymar a bien créé quelques différences, il aura aussi été très gourmand et perdu un nombre non négligeable de ballons. A l'image du PSG, la star brésilienne n'avait pas forcément envie de faire tous les efforts nécessaires pour gagner ce match face à un adversaire bien évidemment à sa portée. Il est très loin d'être le principal responsable du marasme vu mais n'a pas vraiment porté son équipe non plus, perdant trop souvent le fil en cours d'action alors que le début était souvent bon. Peut-être aussi le contre-coup physique après avoir joué son premier vrai gros match depuis des mois.

Choupo-Moting : Le fidèle Choupo-Moting était encore présent dans le onze de départ pour la rencontre et il a même tenté d'ouvrir le score d'une Madjer en pleine surface en début de partie. Ce fut pratiquement sa seule apparition dans la surface et vers le but vu qu'il a pratiquement toujours été cherché en pivot et dos à la cage adverse. Il ne va d'ailleurs pas toujours se montrer juste dans ses remises et sort finalement avant la pause, touché aux côtes après un coup reçu dimanche qui s'est réveillé.

Di Maria l'a remplacé juste avant la pause et, après quelques minutes dans l'axe, il va passer le second acte à droite. Il va tenter de faire bouger les choses, souvent de façon individuelle, et ce n'est pas un hasard si le jeu a penché de son côté. Il va tenter via des dribbles, des centres ou encore des frappes mais ne va jamais avoir la justesse nécessaire. C'est mieux que la plupart de ses partenaires qui n'ont jamais réussi à arriver jusque-là mais il aurait fallu plus de précision pour compenser un collectif absent. Dur de lui en vouloir malgré tout.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

vendredi 27 novembre

jeudi 26 novembre

mercredi 25 novembre

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

dimanche 22 novembre

samedi 21 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux