Article 

PSG/Rennes (1-1), les performances individuelles

Publié le dimanche 25 février 2024 à 22:41 par Philippe Goguet
Le PSG n'a pu faire mieux que match nul contre Rennes (1-1), évitant même la défaite de peu, et les Parisiens n'ont pas brillé dans l'ensemble. Retour sur leurs performances individuelles au cas par cas.

Donnarumma : Le gardien parisien n'a strictement rien eu à faire, la seule frappe cadrée adverse étant le but de Gouiri qu'il est impossible de lui imputer vu l'exploit technique réalisé. Pour le reste, une sortie loin de sa surface assurée, quelques passes de relance et une sortie aérienne qui fait du bien en fin de partie. Sous la pluie, il a dû trouver le temps long.

Hakimi : Le latéral marocain a beaucoup couru sur son côté, et ailleurs, mais il n'a pas produit grand-chose au final. Il se rate un peu dans la surface adverse en début de match sur un pressing proche de payer et le déchet dans le dernier geste a été le grand thème de son match, avec beaucoup de tentatives de frappe, dans le jeu ou sur coups de pieds arrêtés, pour bien peu de réussite. Son activité a heureusement fait du bien au jeu parisien. Défensivement, il était forcément très loin sur les contres, de par son placement offensif, mais a été présent dans les duels. Dommage d'être averti pour contestation alors que la faute n'existait pas.

Danilo : Après un match à Nantes où ses erreurs grossières avaient failli coûter cher, elles ont été à peine moins visibles cette fois-ci mais le grand Portugais a été à la peine en de trop nombreuses occasions. Sur le but puis l'action de Gouiri qui se termine par une frappe à côté, il est littéralement déposé et affiche toutes ses limites physiques, l'Algérien se jouant de lui bien trop facilement. Alors que Rennes a beaucoup joué long, Danilo n'a pas non plus été parfait de la tête, rendant souvent le second ballon. Il aurait pu se racheter en égalisant sur un corner, mais sa tête de près n'a pas été assez précise non plus. Un match vraiment insuffisant au final.

Beraldo : Positionné dans l'axe plutôt qu'à gauche, le jeune Brésilien a confirmé qu'il y était beaucoup plus à l'aise. Souvent opposé à Kalimuendo, il a très bien géré les déplacements de l'attaquant français même s'il lui a parfois laissé un peu de liberté dos au jeu. Pour autant, il l'a parfaitement géré dans la profondeur, se montrant parfois aussi vicieux à retardement, tandis qu'il a aussi su être tranchant face à Gouiri sur quelques interventions. Il est en revanche en retard sur le but, gêné par un placement initial inadéquat et une vitesse trop limitée qui l'empêchent d'intervenir, et pas forcément très inspiré non plus sur la grosse occasion de Bourigeaud en tentant de sortir de sa défense. Mais vu qu'il a aussi fait parler sa bonne relance de façon régulière, il est d'assez loin le meilleur Parisien en défense et l'auteur d'un bon match dans l'ensemble.

Hernandez : Le latéral a été un véritable pitbull sur son côté gauche et il n'a absolument rien laissé passer, parvenant à annihiler toute tentative de contre plus ou moins proche de son propre but. Cela lui a coûté un avertissement malgré tout, mais le travail défensif a été très bien fait. Offensivement, c'est en revanche trop moyen, avec bien trop peu de différences faites à la relance ou sur ses montées.

Nuno Mendes l'a remplacé pour la fin de partie, sous les vivas, et le Portugais a signé une entrée timide, se concentrant sur ses tâches défensives avant tout. Son explosivité légendaire balle au pied n'a ainsi pas été visible.

Vitinha : Placé devant la défense même face à un adversaire qui n'a pas pressé, le Portugais a livré un match à deux facettes. Offensivement, il a réussi plusieurs bonnes choses, de sa frappe sortie de peu par Mandanda à sa dernière passe vers Gonçalo Ramos pour aller chercher un penalty. Même avec un nombre de ballons touchés moyens pour une sentinelle, il a su peser et faire parler sa technique. Mais lorsqu'il s'est agi de défendre et d'empêcher l'accès à son but, il a été en grande difficulté. Comme Danilo, il est exposé grossièrement à la fois sur le but et l'action suivante, mais aussi sur plusieurs autres contres. Sa valeur comme sentinelle est aujourd'hui dans la sortie de balle, mais cela semble trop peu pour être une solution pérenne à ce poste.

Fabian Ruiz : Positionné en relayeur droit, il a eu du mal à entrer dans le match, notamment défensivement, et n'y est même jamais totalement parvenu malgré quelques ballons récupérés au fur et à mesure du match. Mais c'est surtout offensivement que l'Espagnol a coincé. Il a bien tenté de s'insérer entre Hakimi et Dembélé sur le flanc mais n'y est jamais parvenu et a au final plus gêné qu'autre chose. Avec le ballon, Ruiz a aussi trop souvent cherché Mbappé, donc régulièrement sans que le jeu ne le nécessite, et il a joué à l'envers toute la partie. Seul point positif, une jolie volée de peu à côté en fin de match, mais cela ne sauve pas un nouveau match très pauvre depuis son retour de blessure.

Lee Kang-in : Positionné en relayeur gauche un peu plus haut que Ruiz, le Sud-Coréen a mis du temps à peser dans la partie et il a totalement raté sa mi-temps. Rarement bien coordonné avec ses coéquipiers autour de lui avec des passes à contre-temps, il a en plus affiché un déchet technique inhabituel et a logiquement été sorti dès la pause. Seul point positif, sa présence générale au pressing.

Asensio l'a remplacé poste pour poste et il a été totalement invisible dans ce même rôle pendant 25 minutes. Passé côté droit en fin de partie pour tenter d'arracher l'égalisation, il a été un peu plus intéressant en revanche, faisant parler la qualité de son pied gauche en quelques occasions. Rien de décisif pour autant.

Dembélé : Comme toujours à droite mais parfois très bas sur le terrain, il a dans un premier temps semblé avoir du mal à se défaire du gros marquage rennais sur lui. Cela n'a pas duré et il a délivré durant une bonne partie de la rencontre une nouvelle prestation brillante, avec des feintes de corps exceptionnelles de façon régulière pour lancer ses actions. C'est lui qui est à la base de la plupart des meilleures actions parisiennes, voire des actions tout court, et son ambidextrie a été un cauchemar pour Rennes, lui permettant de s'ouvrir le chemin de l'axe de façon régulière. En revanche, ses frappes ont été trop quelconques dans l'ensemble. Dans un PSG sans inspiration, heureusement qu'il était là malgré tout.

Zaïre-Emery l'a remplacé pour la fin de match et ses courses, balle au pied ou à vide, ont fait du bien à son équipe. Rien de révolutionnaire dans l'ensemble, mais du mouvement était nécessaire.

Barcola : Le jeune ailier gauche a semblé vite entré dans son match, à l'aise sur ses premiers ballons et très présent défensivement, mais cela a été un feu de paille. Comme à Nantes et durant une large partie du match contre la Real Sociedad, il n'a jamais réussi à placer la moindre accélération balle au pied et a donc fait bien peu de différences. Ses prises de balle dans l'ensemble ont été assez quelconques et il n'a pas su utiliser ses coéquipiers pour être utile.

Kolo Muani l'a remplacé poste pour poste et il a signé une entrée catastrophique techniquement. Il s'est battu, mais autant avec le ballon qu'avec les adversaires, ce qui est rarement bon signe.

Mbappé : Pas sifflé malgré l'annonce de son départ et même capitaine, il s'est vite mis à décrocher pour toucher le ballon et les premières minutes l'ont vu alterner de bonnes combinaisons sur la droite et des touches de balle très gourmandes. Il s'est malheureusement assez vite concentré sur la mauvaise partie et a souvent joué trop seul, forçant les frappes sans réussite. C'était un peu mieux en seconde période avant qu'il ne soit rappelé sur le banc, un événement très rare alors que son équipe est menée, mais ce remplacement n'était volé vu son match.

Gonçalo Ramos avait la lourde tâche de le remplacer et le Portugais a plutôt bien réussi dans cette mission compliquée : un enchaînement de pur buteur dans la surface contré de justesse, un premier penalty pas loin d'être gratté comme un malin, un second arraché de la sorte et finalement transformé d'une frappe assurée. Alors que tout semblait aller dans le sens d'une défaite, il a su réécrire l'histoire à temps et éviter à son équipe une défaite le jour de l'hommage à celui qui fut l'un de ses compatriotes les plus importants de l'histoire du PSG.


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

vendredi 19 avril

jeudi 18 avril

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

dimanche 14 avril

samedi 13 avril

vendredi 12 avril

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee