Article 

Donnarumma solide et Verratti en difficulté lors d'Italie/Espagne (1-2)

Publié le jeudi 7 octobre 2021 à 9:44 par Rédaction
Après un Euro remporté et une fantastique série de 37 matchs sans défaite, l’Italie s’est inclinée face à l’Espagne aux portes de la finale de la Ligue des Nations ce mercredi soir (2-1). Malgré cet échec, Donnarumma a montré une prestation plutôt satisfaisante selon la presse italienne. Verratti, lui, a eu plus de difficultés.

Après un sacre à l’Euro et une invincibilité de 37 matchs toujours active, l’Italie s’est présentée face à l’Espagne avec un gros enjeu sur les épaules ce mercredi soir. Et la Roja a fait tomber la Squadra Azzurra à San Siro (2-1). Alors que les Espagnols menaient 1-0 par l’intermédiaire de Ferran Torres dès la 17e minute, la rencontre a été totalement chamboulée, côté italien, après l’exclusion de Leonardo Bonucci juste avant la mi-temps. À quelques secondes du retour au vestiaire, Ferran Torres a de nouveau frappé, donnant une avance confortable aux champions du monde 2010. Malgré un but de Lorenzo Pellegrini en fin de partie, les efforts de l’Italie n’ont pas été suffisants. C’est donc l’Espagne qui accède à la finale de cette édition de la Ligue des Nations.

Deux parisiens ont été titularisés par Roberto Mancini ce mercredi : Gianluigi Donnarumma et Marco Verratti. Après le match, la presse italienne s’est adonnée à la tradition de la notation des joueurs. Et elle semble plutôt d’accord au sujet des parisiens. Gianluigi Donnarumma obtient de la note de 6.5 : « Il est inacceptable de devoir jouer à domicile avec un public hostile. Il est humain : sur une occasion, il perd sa concentration et évite un but contre son camp sensationnel. Il s’est grandement racheté face à Alonso en gardant l'Italie en vie (77e) » peut-on lire sur la Gazzetta dello Sport.

Même constat chez le Corriere dello Sport : « Sifflets laids et peu généreux de San Siro finalement transformés en applaudissements et le refrain "Gigio, Gigio". En partie perturbé, on le voit quand la frappe d'Alonso lui échappe, repoussé par le poteau (18e). Sur l’ensemble, il s’en sort bien et le prouve en repoussant, par un exploit, le troisième but, déjà inscrit ou presque, de l’ancien de la Fiorentina (77e). San Siro, à ce moment-là, s'est mis à chanter en son nom. »

En revanche, pour Marco Verratti, les notes sont plus sévères. Le milieu de terrain écope de la note de 5. La Gazzetta dello Sport ne mâche pas ses mots : « Le doute existe quant au fait que Verratti souffrait encore là contre les Espagnols. Peut-être que Mancini l'a sur-estimé. Cela s'applique à l'avenir : il ne peut y avoir d'intouchables. Perdu, jamais une action en direction dans la zone d’attaque. » D'où sa sortie rapide du terrain, avant même l'heure de jeu ?

Le Corriere dello Sport, quant à lui, résume le match de Marco Verratti en le comparant à celui de Gavi, jeune espoir du FC Barcelone qui a crevé l'écran pour sa première sélection à 17 ans à peine : « Mancini, s'il le peut, ne l'enlève jamais. Il n'a pas encore retrouvé sa forme. Gavi, l'enfant prodige du Barça, a tourné autour de lui et l’a décomposé avec une pression infinie. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

dimanche 24 octobre

samedi 23 octobre

vendredi 22 octobre

jeudi 21 octobre

mercredi 20 octobre

mardi 19 octobre

lundi 18 octobre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux