Article 

Attaques axiales, dribbles qui passent, Bakker solide, Marqui vers l'avant, etc, les autres chiffres de Reims/PSG

Publié le mercredi 30 septembre 2020 à 16:23 par Thibaut Brossard
En complément de l’analyse tactique du match proposée et de l’article sur le manque de réalisme offensif parisien disponible par ailleurs sur le site, voici quelques statistiques marquantes du match Reims/PSG (0-2). Il est notamment question de la façon dont le PSG attaque, de la réussite dans les dribbles, des bonnes attitudes de Bakker et Marquinhos ou encore des spécificités de Neymar et Di Maria.

72 % de réussite aux dribbles (13/18) :

  • Il s’agit du 2e match consécutif à plus de 70 % de réussite aux dribbles, après le 74 % à Nice (14/19)
  • Jamais la saison passée, le PSG n’avait enchaîné deux matches consécutivement avec un tel taux de réussite
  • Paris n’avait, sur toute la saison, dépassé les 70 % de réussite dans les dribbles qu’à 3 reprises en 2019-2020
  • Neymar (5/7) et Mbappé (4/7) sont les deux principaux contributeurs à cette stat impressionnantes

40 % des attaques par le centre

  • Le PSG a concentré ses attaques dans l’axe, au détriment des côtés, à l’inverse du début de saison où les ailes avaient souvent été privilégiées. Jamais jusque-là les offensives axiales n’avaient représenté plus de 30 % des attaques. Un taux largement dépassé à Auguste Delaune.
  • Même en remontant sur 3 exercices, on ne trouve pas trace d’une rencontre où le PSG a autant concentré ses attaques sur la partie centrale du terrain. En effet, le taux record la saison passée est de 35 %, 37 % la saison précédente et 39 % en 2017-2018.
  • Comme le montre le schéma ci-dessous, la position moyenne des cinq joueurs à vocation offensive est effectivement très axiale.

  • La heatmap est très axiale également :

0.21 expected goals concédés

  • Malgré un tir sur le poteau, les Rémois ont été assez inoffensifs pour Navas. Les 0.21 expected goals comptabilisés par understat.com constituent même le plus faible total de la saison pour un adversaire du PSG.
  • Parmi les adversaires du PSG, seuls Bordeaux (0.10) et Montpellier (0.16) ont fait moins bien la saison passée.
  • Les joueurs de David Guion ont quand même tiré 8 fois au but. Cela signifie que leur ratio d’expected goal/tir est de 0.03 seulement. Traduire : chaque frappe avait en moyenne 3 % de chances de se transformer en but. Il s’agit du plus faible ratio pour un adversaire du PSG cette saison.
  • Stat encore plus avancée : les Post Shot Expected Goals traduisent le danger réel représenté par la frappe du tireur (et non pas le danger supposé par la position de frappe). Ces PSxG sont évalués par le site fbref.com à 0.1, ce qui constitue là aussi le plus faible total pour un adversaire du PSG cette saison.

Bakker : un second match convaincant de suite

Déjà bon à Nice, le Néerlandais a livré de nouveau dimanche une partie de bonne facture. Plusieurs statistiques, principalement dans le domaine défensif, en attestent. Prochaine étape : progresser offensivement.

  • 10 ballons récupérés : c’est le plus haut total du match (à égalité avec Cassama)
  • 6 duels gagnés sur 8 : meilleur ratio pour un joueur du PSG
  • 3/3 aux tacles
  • 6/13 au pressing : plus haut total de pressing réussis de l’équipe avec Icardi
  • 11.31 kms parcourus : plus haut total de l’équipe

Marquinhos : du jeu vers l’avant, sans déchet pour autant

On a souvent reproché aux défenseurs centraux parisiens leur manque d’initiative et de prise de risque balle au pied. Malgré une composition déjà très offensive, Marquinhos a fait étalage à Nice de sa capacité à jouer vers l’avant. Sans pour autant faire baisser son taux de réussite aux passes.

  • Il a réussi 78 des 79 passes qu’il a tentées, soit 98.7 % de réussite !
  • Parmi celles-ci, on notera un propre 3/3 aux passes longues. Depuis le début de saison, il a réussi 20 de ses 23 tentatives dans le jeu long !
  • Il a réussi 11 passes dans le dernier tiers du terrain. Il s’agit du meilleur total derrière Neymar (12)
  • Il a perdu 1 seul ballon, sur les 87 qu’il a joués (3e plus haut total du match)
  • En cumulé, il a fait progresser le ballon de 912 mètres, le plus haut total de l’ensemble des acteurs : 564m par la passe et 348m par la conduite de balle (2e derrière Neymar)

Neymar : un match ultra complet de milieu relayeur

Positionné de manière inhabituelle comme milieu relayeur par Tuchel, le Brésilien a montré qu’il savait s’adapter à ce nouveau poste. Aussi bien pour les missions défensives que cela implique (en première mi-temps) que pour les aspects offensifs qu’il maîtrise comme personne.

  • Côté défensif, il a récupéré 8 ballons, tous en première mi-temps. Il s’agit du 3e total de l’équipe. Il a déjà battu son record sur un match de la saison passée (7).
  • Avec 10.16 kms parcourus, il présente le plus haut total des joueurs parisiens derrière les 2 arrières latéraux Bakker et Florenzi
  • Côté offensif, on peut citer ses 4 tirs (non cadrés), 4 passes clés, 5 passes longues réussies. En raison de sa position plus reculée, il n’a par ailleurs pas abusé du dribble (5/7).

Di Maria : du déchet mais toujours des passes clés

Peut-être un peu dans le dur physiquement, et souvent exilé côté droit, l’Argentin a moins pesé sur le match (comme souvent quand Neymar revient). Mais il a encore délivré des passes débouchant sur un tir.

  • Il a disputé son 21e match consécutif de Ligue 1 avec au moins 1 passe clé (2 à Reims)
  • Aucune frappe cadrée (0/3), et peu de réussite dans les centres dans le jeu (2/9)
  • 1 seul dribble tenté (et réussi) alors qu’il était sur une moyenne de 5 par match depuis le début de saison
Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 19 octobre

dimanche 18 octobre

samedi 17 octobre

vendredi 16 octobre

jeudi 15 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux