Article 

Aurier : «A Paris, je n’ai pas été respecté à ma juste valeur»

Publié le mercredi 6 septembre 2017 à 11:04 par Philippe Goguet
Dans un entretien accordé au site de la CAF, Serge Aurier est revenu sur son parcours parisien et son départ vers Tottenham. S'il souhaite le meilleur à son ancien club, l'Ivoirien envoie aussi quelques tacles.

Serge Aurier a été transféré du PSG à Tottenham Hotspur le dernier jour du mercato estival et le latéral ivoirien a fait une sorte de bilan de son passage à Paris dans un entretien accordé au site officiel de la Confédération Africaine de Football, le joueur étant parti rejoindre sa sélection africaine dès son transfert bouclé. Dans celui-ci, le joueur donne ses vérités concernant son passage de trois ans au PSG et marqué de hauts et de bas.

«J’ai envie de découvrir une autre vie parce qu’à Paris, je n’ai pas été respecté à ma juste valeur. » 

Comme il l'explique, Aurier a vécu son départ de Paris comme une libération : «Je suis moralement libéré. Je quitte le PSG qui m’avait proposé un nouveau contrat de trois ans pour une autre aventure. J’ai refusé pour diverses raisons. J’ai envie de découvrir une autre vie parce qu’à Paris, je n’ai pas été respecté à ma juste valeur. On s’est attardé sur beaucoup de détails, on a pensé plus à autre chose qu’au footballeur. En termes de statistiques, de tous les défenseurs du championnat français de Ligue 1, depuis 2013 jusqu’à aujourd’hui, je suis le plus décisif. J’ai aussi gagné neuf titres avec le PSG. C’est pour dire qu’il y a des choses plus marquantes dans ma carrière, mais ils ont préféré s’attarder sur ce qui s’est passé en dehors des stades. Au club, je m’entendais bien avec tout le monde : dirigeants, joueurs, encadreurs et supporters. A preuve, le club tenait encore à moi mais, il me fallait penser à moi. C’est une décision personnelle.»

«J’ai eu une affaire avec la police qui a été amplifiée par la presse européenne.»

Relancé sur les motivations réelles de son départ de Paris, Aurier va charger le contexte autour de lui : «J’ai eu une affaire avec la police qui a été amplifiée par la presse européenne. Normalement, quand une affaire dure un an ou plus, on tourne la page. Mais dans mon cas, il y a eu trop de tapage. Si je n’étais pas moralement fort, j’aurais craqué. J’aurais pu rester un ou deux ans pour le président Al-Khelaïfi que je considère comme un père spirituel et toute l’équipe du PSG comme une famille, mais (…). En décidant de partir, j’ai dû blesser des gens, mais la vie est ainsi faite. Je tiens à découvrir un autre monde. Cependant, je n’oublierai jamais le PSG et je lui souhaite plein succès en Ligue des champions derrière laquelle il court depuis longtemps.» 

«Si j’avais privilégié l’aspect financier, j’avoue que je serais resté à Paris.»

C'est finalement à Tottenham que le joueur va tenter de rebondir, dans un pays qu'il a hâte de découvrir : «J’ai toujours rêvé de jouer en Angleterre et j’ai su saisir la chance qui s’est offerte à moi. J’ai 24 ans et j’ai plusieurs années de football encore sur les terrains. Je me dois maintenant de me battre, de progresser et de vivre de grands moments avec mon nouveau club. Le salaire ? Il compte peu. Aujourd’hui, je veux être dans un club où je dois prendre du plaisir, m’éclater. Si j’avais privilégié l’aspect financier, j’avoue que je serais resté à Paris où le contrat qu’on m’a proposé était très intéressant. Plus intéressant que le premier. J’ai signé un contrat de cinq ans à Tottenham pour vivre d’autres sensations et demeurer un des meilleurs latéraux droits du monde. Avec la bénédiction de Dieu, j’y parviendrai.»

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

vendredi 27 novembre

jeudi 26 novembre

mercredi 25 novembre

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

dimanche 22 novembre

samedi 21 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux