Article 

Jobard (Dijon) : «Le PSG est une bête blessée»

Publié le vendredi 28 février 2020 à 17:33 par Marius Cassoly
Présent en conférence de presse, le coach dijonnais Stéphane Jobard s'est projeté sur le déplacement au Parc des Princes samedi après-midi face au PSG «une bête blessée» selon lui. Une duel qu'il qualifie d'«immense challenge», tout en espérant que ses joueurs feront «preuve d'audace».

Après une semaine sans rencontre à disputer, le PSG s'apprête à retrouver la compétition ce samedi (17h30) au Parc des Princes face à Dijon, dans le cadre de la 27e journée de Ligue 1. À l'instar de Thomas Tuchel, l'entraîneur du DFCO Stéphane Jobard était présent en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes. 

«À l'aller, on avait récupéré des ballons hauts»

Le coach du DFCO s'est d'abord remémoré de bons souvenirs avec le succès de son équipe face à Paris (2-1) lors de la phase aller, la dernière défaite du PSG en compétition nationale : «Il y avait eu de bonnes choses. On avait récupéré des ballons hauts qui nous avaient permis de nous projeter vite vers l’avant. Mais d’ici à le rééditer au Parc des Princes, c’est une autre paire de manche. Il faudra qu’on gomme nos grossières erreurs, fautes de concentrations qui ne pardonnent pas face à un gros de notre championnat».

«J’aimerais qu’on puisse proposer du jeu»

Mais cette fois, le match aura lieu au Parc des Princes, et Jobard a bien conscience que c'est une donnée à prendre en compte : «On n’a encore jamais marqué au Parc. Le PSG a marqué sur chacune de ses sorties à domicile, à part contre Reims. Cela situe l’immensité du challenge qu’on doit relever samedi». Loin d'être fataliste, l'homme de 49 ans attend un état d'esprit conquérant : «J’aimerais qu’on ne soit pas non plus inhibé par le contexte et par l’adversaire. J’aimerais qu’on puisse proposer du jeu. Si cela ne sert pas pour tout de suite, ça servira pour après. C’est important. J’aimerais qu’on fasse preuve d’audace, c’est ce que je vais inviter mes joueurs à faire samedi».

«On sait qu’on va courir»

Jobard poursuit et précise un peu plus sa pensée concernant la tactique à adopter contre le PSG ce samedi : «Le plus dur contre Paris sera d’avoir ces temps de possession qui te permettent de souffler, et d’avoir des joueurs assez haut sur le terrain pour te permettre de garder le ballon et de sortir la tête de la nasse (sic). (…) On sait qu’on va courir pour réduire les espaces». Et d'ajouter : «Il va falloir être discipliné pour leur poser des problèmes. Et avoir des temps de possession qui font mal, où tu te projettes chez l’adversaire pour laisser planer un peu le doute».

«Profiter des moindres failles»

Dans cette même lignée, ce dernier souhaite également profiter de la moindre carence de son adversaire, notamment défensivement : «J’ai l’impression que Tuchel est en train de chercher la bonne formule derrière. J’ai le sensation qu’il n’a pas encore trouvé donc, forcément, ne pas s’appuyer sur une charnière stable ça peut poser problème, et sur une défense quel l’est encore moins, c’est compliqué aussi. A nous de profiter des moindres failles et défaillances qui pourraient apparaître samedi».

«L’absence de Neymar ? Un problème en moins»

Interrogé sur l'absence de Neymar, suspendu, le coach de la formation bourguignonne ne cache pas son petit soulagement : «L’absence de Neymar ? C’est un problème en moins à gérer. Enfin… faut-il encore pouvoir gérer ce genre de problèmes. On sait qu’il est capable de tout déstabiliser sur une seule prise de balle, une inspiration. C’est un élément en moins mais il y en a encore quelques un derrière. Ne pas le voir contre nous soulage un peu ma peine».

«Le PSG est une bête blessée»

Enfin, Stéphane Jobard a expliqué qu'il s'attendait à voir un PSG avec du caractère, malgré la défaite récente à Dortmund en Champions League : «Je ne pense pas que le PSG ait l’esprit ailleurs. C’est quand même une bête blessée aujourd’hui. Tous les journaux font leur chou gras (sic) avec le match face à Dortmund, ils se projettent déjà sur le retour. Chez les grands joueurs comme les Parisiens, l’orgueil compte beaucoup et je pense qu’ils vont mettre le pied sur l’accélérateur jusqu’au match retour, pour prouver que c’était juste un accident».

Match lié 


News 

lundi 30 mars

dimanche 29 mars

samedi 28 mars

vendredi 27 mars

jeudi 26 mars

mercredi 25 mars

mardi 24 mars

lundi 23 mars

dimanche 22 mars

samedi 21 mars

vendredi 20 mars

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux