Article 

Lens/PSG, Ugarte, Beraldo, Asensio, etc, la conf' complète de Luis Enrique

Publié le samedi 13 janvier 2024 à 20:09 par Fouzia
A la veille d'un énorme Lens/PSG qui va réellement lancer l'année 2024, Luis Enrique était en forme en conférence de presse et n'a pas caché qu'il s'agissait d'une sacrée affiche. Il a également abordé quelques cas individuels comme Ugarte, Beraldo ou encore Asensio. Voici ses propos complets, traduits par nos soins.

EN CONFÉRENCE DE PRESSE

Compte tenu de l'adversité que représente Lens et de la difficulté de jouer dans le stade Bollaert, ce match est-il un premier gros test dans votre préparation avant le match contre la Real Sociedad dans un mois ?

« Oui, cela pourrait être un bon test. Le match de demain contre Lens a tout pour plaire à une équipe de haut niveau. C’est un adversaire pratiquement imprenable à domicile, une équipe qui presse beaucoup et joue très bien au ballon, une équipe qui obtient de très bons résultats, et qui ne te laisse pas le temps de réfléchir. C'est un test merveilleux à vivre dans un stade plein avec une ambiance merveilleuse pour jouer au football : j'adore ça. »

Vous allez être privé de Hakimi mobilisé pour la CAN. A quel point cela change-t-il votre équilibre offensif et défensif ? Qu'est-ce qui vous a conduit ces dernières semaines en Ligue 1 à privilégier Carlos Soler Warren Zaïre Emery plutôt que Mukiele à ce poste d'arrière droit ?

« C'est très facile de répondre à la deuxième question. Je suis l'entraîneur donc c’est ma responsabilité de décider quels joueurs jouent ou non. C'est aussi simple que ça. Il n'y a aucune équipe au monde dans laquelle tous les joueurs jouent, c'est impossible. Même si vous (journalistes) aimez toujours parler de qui joue ou pas. Si s’agissait d’un autre joueur, vous me poseriez aussi la question, j'en ai l'habitude et je n’ai aucun problème avec ça. Je veux juste dire que c’est  moi qui décide toujours de tout ça.

« Si moi je me plains auprès de l'équipe, imaginez les autres entraîneurs du championnat… »

Et concernant la première question, avec notre staff, nous ne nous plaignons jamais des absences des joueurs. Si moi je me plains auprès de l'équipe, imaginez les autres entraîneurs du championnat… Nous sommes une équipe, toutes les équipes doivent trouver des solutions pour surmonter ces situations que l’on rencontre tout au long de la saison. »

Marco Asencio a fait un bon match contre Revel. Il est très polyvalent. Peut-on espérer le voir davantage titulaire en 2024 et notamment demain contre Lens ? 

« Peut-être. Peut-être que oui, peut-être que non.  »

En phase de poules de Ligue des Champions, vous avez connu beaucoup de difficultés à l’extérieur. Quels sont les points que vous voulez améliorer dans ces matchs à haute intensité à l'extérieur ?

« La seule chose que je ne me pardonnerais pas ou que je ne pardonnerais pas à mon équipe, c'est de ne pas avoir le courage et l'audace de jouer chaque match à fond. Nous l’avons fait à chaque match de championnat et de cette saison, même quand nous avons perdu. L'adversaire joue aussi, nous ne sommes pas les seuls à jouer, donc chaque match représente toujours un défi. Peu importe l'adversaire et son niveau, il représente toujours un objectif à atteindre. 

« Lens est pratiquement imprenable à domicile »

Celui de demain est un très bel objectif parce que c'est un adversaire qui, je le répète, est pratiquement imprenable à domicile et qui pratique un très bon football. Ils te pressent, ils ne te donnent pas de répit, ils occupent très bien les espaces quand ils ont le ballon, c’est la cinquième équipe de L1 en termes de possession de balle, la deuxième en termes de centres. Ils ont un attaquant comme Wai qui peut créer le danger à tout moment, qui attaque très bien les espaces. C'est une équipe qui s'adapte parfaitement à notre organisation défensive et qui peut nous rendre la vie très difficile. Ils jouent à domicile, ce qui ajoute un facteur de complication. Mais nous n'allons pas spéculer, nous n'allons pas le faire, nous ne l'avons pas fait jusqu'à présent et nous ne le ferons pas de la saison. Et l'objectif est d'aller gagner ce match et qu’il puisse nous servir de préparation pour la suite. »

On sait que le transfert de Moscardo est retardé en raison d’un pépin physique. Avez-vous la garantie qu’il sera bien parisien et estimez-vous avoir besoin dès cet hiver d’un défenseur supplémentaire ?

« Je n'ai besoin de rien, j'ai de tout, et en quantité, et en qualité. En d'autres termes, je n'ai besoin de rien. Par ailleurs, la mission de la direction sportive menée par M. Luis Campos et moi-même, est d'être ouvert à l'amélioration de l'équipe. Ce sera toujours le cas. A chaque mercato qui se présente, le PSG a l'obligation de chercher des opportunités d’améliorer son effectif. C'est notre objectif donc au mercato, nous sommes toujours attentifs et ouverts à l'amélioration mais en termes de besoins, nous n’en avons aucun. Moi je n’en ai aucun.  »

Depuis 2010, le PSG n’a pas battu Lens à Bollaert. L’un des clés de la rencontre est-elle l'utilisation de la première passe après un contre-pressing et avez-vous un joueur capable de remplir ce rôle très précis ? 

« Quand nous avons le ballon ou quand ils l’ont ? Ah, quand nous avons le ballon et que nous le perdons… Ce que nous faisons est très simple, ce n’est pas un secret, tout le monde sait ce que nous faisons quand nous avons la balle et que nous la perdons. Nous allons au pressing pour le récupérer. Les joueurs à proximité (de la perte) comme les plus éloignés doivent presser en avançant. C’est notre objectif, il n’y aucun secret. Après, la théorie est une chose de le dire, pouvoir le faire en est une autre. Demain nous affrontons un rival qui se comporte un peu comme nous, qui ne laisse aucun répit, aucun temps pour réfléchir et j’ai donc beaucoup de joueurs qui pourront jouer ainsi à Lens. Au Parc des Princes, nous avons réalisé un grand match contre eux mais si nous n’étions pas arrivés inspirés, ils nous auraient battus, j’en suis sûr.  »

Fin 2023, vous nous annonciez que votre équipe serait meilleure en 2024. Avec un match par semaine, est-ce plus facile et cela pourra-t-il se voir déjà contre Lens ? 

« J’étais sûr depuis un moment que vous alliez beaucoup aimer ma phrase “on sera plus forts en février”  »

« J’étais sûr depuis un moment que vous alliez beaucoup aimer ma phrase “on sera plus forts en février” et que vous alliez me la ressortir dès le 1er janvier ou à peine la Galette des Rois avalée. C’est pas aussi simple que 1+1=2. C’est un processus mais oui, je dis qu’on sera plus forts en février, en mars, en avril, en mai et en juin. Et je continuerai à le dire parce que je suis optimiste de nature et je pense clairement que le travail de mes joueurs paiera. C’est mon avis même si je sais qu’en cas de défaite vous direz qu’il n’y a aucune progression et que c’est un désastre. Mais, bon, c’est toujours comme ça (avec vous), toujours.  »

Un mot sur Ugarte qui a déclaré avoir bien débuté et avoir eu plus de difficultés par la suite pour diverses raisons. Qu’avez vous pensé de son intégration et avez-vous pu échanger avec lui de sa situation ?

« C'est normal, ce n'est pas facile de changer de club, qu’il s’agisse d’un joueur d’un âge avancé, d’un jeune joueur ou d’un joueur qui a déjà une certaine expérience. Ce n'est pas facile de changer de pays, de langue… La période d'adaptation est différente pour chaque joueur et au cours d’une saison, il est normal que les joueurs passent par des hauts et des bas. C'est normal.

Concernant Manuel, je vois qu’il est bien, je le vois comme un joueur d’équipe impressionnant qui a beaucoup de personnalité et de qualité, et qui est toujours à disposition des demandes de l’entraîneur. 

Je parle toujours à mes joueurs, de façon superficielle ou de manière plus profonde quand c’est nécessaire. Je suis toujours à l'écoute des besoins de mes joueurs. Je ne peux pas leur parler toutes les semaines en profondeur, c'est impossible, mais je ne suis pas du tout inquiet, pour aucun joueur. Certains s'adaptent avant d'autres, d'autres ne s'adaptent pas, c'est la vie dans les grandes équipes. Il est très difficile d'être un joueur du Paris Saint-Germain, comme de n'importe quelle autre grande équipe de quelque pays que ce soit. C’est normal. C’est un processus qui ne dépend pas de l’âge mais plutôt du moment, de chaque situation de vie personnelle, et de différentes choses. Mais dans notre cas, je dois dire que tous les joueurs que nous avons recrutés me paraissent être dans une très bonne phase d’adaptation. C’est valable aussi pour les U19 qui montent s’entraîner avec nous et qui s’adaptent très vite, peut-être qu’être français facilite les choses aussi..

En tout cas, c’est logique et normal que ce processus d'adaptation ne soit pas linéaire, qu'il connaisse des hauts et des bas. »

Beraldo est un joueur qui est passé directement du Brésil au PSG, que vaut-il et peut-il être important dans la construction du jeu en partant de l'arrière ?

« Cela fait à peine deux semaines qu'il est avec nous donc c’est de nouveau une question d’adaptation. C’est évident qu'il y a une période où on peut être impacté par tous ces changements : le pays, la langue, le voyage transocéanique, le passage de l’été (au Brésil) à l’hiver ici. Tout diffère totalement d’un joueur à l’autre. 

« Beraldo est un joueur qui a un grand avenir »

En ce qui concerne Berardo, je le vois très bien, il s'adapte à ce que nous lui demandons, aux différences qui existent avec le football brésilien, je le vois très bien, très mature pour son âge. Au sein du club, nous sommes une famille. L’équipe est comme une famille dans laquelle nous essayons d’accueillir au mieux les nouveaux joueurs pour qu’ils s’intègrent le plus rapidement possible et puissent aider l'équipe. Lui (Beraldo) aide déjà l'équipe à l'entraînement grâce à son niveau. C'est un joueur qui est un peu différent en termes de caractéristiques et de qualités. Il correspond un peu à ceux que nous avions déjà vu et connaissions déjà de lui. C'est un joueur qui a un grand avenir. »

Quelle importance ont pour vous les jeunes joueurs du centre de formation et comment procédez-vous pour les intégrer ?

« Je suis le dernier maillon de la chaîne, je récolte tout le travail qui a été fait en matière de recrutement, c'est-à-dire en attirant les joueurs, et en matière de formation, c'est-à-dire (le travail) des entraîneurs des catégories inférieures. 

« Il est très important de ne pas s’enflammer avec les jeunes joueurs »

A partir de là, quand on voit qu'ils ont le niveau, ils nous rejoignent et commencent à s'entraîner avec nous. Je pense qu'il est très important de ne pas s’enflammer avec les jeunes joueurs. Ils viennent s'entraîner avec nous, poursuivre leur formation et s’améliorer. Ils ont accès au nutritionniste de l'équipe première et ont la possibilité de faire un travail en salle. Ils doivent également répondre à leurs obligations scolaires, nous avons ici un magnifique campus avec une école (intégrée) où ils peuvent assurer leurs obligations scolaires. Il faut beaucoup de tranquillité d'esprit pour les jeunes joueurs. Ils ne peuvent s’en sortir que grâce à eux-mêmes, à leurs qualités et à leur capacité à s'adapter à la nouveauté. 

Il faut rester serein avec tous les jeunes, je sais bien que vous n'allez pas m'écouter, mais surtout vous, la presse, il faut rester serein parce qu'il est très facile de perdre la tête, avec la famille, les amis… Ces joueurs doivent rester sereins. Pouvoir jouer un jour avec nous, le lendemain retourner avec les U19. Il ne faut pas être pressé, jamais. En tout cas, c’est merveilleux pour moi d'avoir des joueurs de ce niveau et de pouvoir les utiliser au niveau professionnel. »

AU MICRO DE PSG TV

La première partie de saison vient de s’achever. Quels sont les changements majeurs que vous souhaitez appliquer pour la seconde partie ? 

« Plus que “changer”, j’utiliserais le mot “évoluer". Nous autres entraîneurs aimons que nos équipes évoluent dans le temps pour être meilleures, c’est notre objectif. Mais je dirais que je suis content de ce que je vois chaque semaine aux entraînements, cette capacité qu'ont les joueurs à accepter de nouvelles idées. Et je crois que nous entrons dans la période excitante où vont se jouer les titres et notre objectif est d’être à la hauteur. »

Votre premier déplacement à Lens avec son ambiance très particulière et son équipe très joueuse devrait être un beau challenge ? 

« Oui, tout est beau. Le match de demain est très attrayant et, en tant que supporter, j'adore le stade. Je ne l'ai vu qu'à la télévision, mais avec les supporters dans les tribunes latérales et l'atmosphère qui y règne, on sait déjà que ce sera spectaculaire. Ce sera un match contre une équipe qui évolue en Europe, qui a un niveau très élevé et qui a un bilan très intéressant à domicile, en termes de victoires et d’absences de défaites. C’est une très belle équipe, qui me plaît beaucoup, et ce sera un beau défi pour nous. »

Asensio était impliqué sur les buts au match aller contre Lens, il a également marqué en Coupe de France la semaine dernière. Quatre mois après ses débuts, est-ce un joueur sur lequel vous allez compter sur la seconde partie de saison ?

« Pas seulement Marco Asensio, tous les joueurs (il sourit). Mon objectif est d'avoir de très bons joueurs à tous les postes, de très bonnes options et leur objectif est de prouver à chaque entraînement et à chaque match qu’ils méritent leur chance. Marco a eu la malchance de se blesser il y a plusieurs mois mais il est aujourd’hui en conditions (de jouer). C’est à moi de sélectionner les joueurs à chaque match et c’est un bon dilemme.  Et je suis heureux d’avoir à faire ce choix, et Marco et tous les autres seront très importants. »


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

vendredi 19 avril

jeudi 18 avril

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

dimanche 14 avril

samedi 13 avril

vendredi 12 avril

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee