Article 

OL/PSG (0-1), les performances individuelles

Publié le lundi 19 septembre 2022 à 1:44 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 1-0 à Lyon face à l'OL grâce à un but rapide en début de match avant de gérer la partie dans l'ensemble. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Donnarumma : L'Italien a gardé sa cage inviolée et il n'a même pas spécialement eu à s'employer pour arriver à ce résultat. A l'exception d'une tentative puissante de Toke Ekambi bien captée, Donnarumma n'a pas vraiment eu d'arrêts à faire. C'est dans la gestion des airs et de l'espace qu'il a été le plus sollicité et, s'il a plutôt bien géré l'espace avec notamment une bonne sortie de la tête loin de son but, il a eu un peu plus de mal sur les centres lyonnais devant sa surface. Il se rate un peu devant Dembélé, certes hors-jeu, et aurait pu mieux faire à une ou deux reprises mais rien de catastrophique pour autant. Au pied, il a joué simple mais a comme toujours manqué de solutions lorsqu'il devait allonger.

Ramos : Le vétéran espagnol enchaîne les parties mais il n'est pas toujours constant au sein des matches. Sa malice est toujours bien présente et lui permet régulièrement de ne pas être trop dominé alors qu'il semble pourtant proche de la rupture mais il a aussi souffert franchement dans les duels en début de partie, Lacazette le déposant par exemple sur une grosse percée. Il a toutefois fini fort la première période et bien démarré la seconde mais est ensuite un peu retombé dans ses travers. Passé axe gauche pour la fin de partie, il a été bien présent défensivement mais a en revanche eu plusieurs ratés dans la relance, et plus dangereux que les deux transversales ratées précédemment dans la partie.

Marquinhos : Le capitaine parisien a continué d'esquisser le début de sursaut vu par périodes à Haïfa et il a signé un vrai bon match ce dimanche soir, même si c'est surtout en seconde période qu'on l'a vu être sollicité. Face à un OL qui abusait des centres, il a souvent fait parler sa bonne lecture des trajectoires et il a montré une bonne présence sur des ballons chauds que ce soit devant ou dans sa surface. Avec le ballon, il a toujours assuré mais a aussi parfois allongé un peu le jeu, ce qui est toujours appréciable vu qu'il en a largement les capacités.

Danilo : Le Portugais a continué son intermède comme défenseur central gauche et ce rôle en faux pied ne l'a pas toujours aidé, notamment à la relance. Une ratée a failli coûter très cher en milieu de première période mais Danilo n'a jamais renoncé et continué à jouer depuis l'arrière en s'appliquant. Défensivement, il est pris dans son dos par Lacazette sur la grosse occasion de l'attaquant mais il a dans l'ensemble largement tenu son rang. Passé au milieu pour la dernière demi-heure, il a été dans le ton immédiatement. Présent dans les duels et même dur à passer, il n'a pratiquement pas perdu un ballon et plutôt bien orienté le jeu, se sortant du pressing sans trembler.

Hakimi : Les matches du latéral marocain doivent être des plus frustrants à vivre tant il est régulièrement ignoré par ses partenaires, quels qu'ils soient, mais il ne se décourage jamais et continue d'arpenter son couloir droit avec la même flamme, forçant la défense adverse à contrôler la largeur. Quand il a été servi, il a fait preuve d'un bel apport avec notamment un centre en retrait parfait pour Mbappé et quelques incursions dangereuses jusque dans la surface adverse. En seconde période, il a été trop négligé alors qu'il était souvent une bonne solution. Défensivement, il a été peu sollicité mais tenu bon en général.

Mendes : Si Hakimi touche peu le ballon, son pendant à gauche l'a régulièrement et il se propose lui aussi en permanence, avec plus ou moins de réussite selon les moments. Sa première période a été un peu moyenne dans l'utilisation de la balle, la seconde bien meilleure puisqu'il aurait pu avoir deux passes décisives au compteur après deux très belles actions de sa part. Défensivement, il a été très fort dans les duels même s'il oublie Lacazette de près et a parfois dû gérer seul les montées de Gusto. Sur les contres adverses, on l'a aussi vu revenir comme une bombe pour les casser. Un gros match, avec pourtant un léger manque de justesse qui en dit long sur le niveau exceptionnel qu'il peut atteindre.

Ruiz : Le milieu espagnol a eu droit à sa première titularisation et c'est un rôle dans l'axe droit du milieu, souvent devant Verratti, qu'il a occupé. Vite dans le match, il s'est glissé dans la circulation de balle parisienne sans souci, n'hésitant pas à se projeter en attaque à tel point qu'il a été proche de marquer dans la surface. Il n'a pas hésité à faire jouer ses partenaires, notamment Hakimi, mais son manque de repères l'a parfois empêché de jouer vite et a engendré deux pertes de balle coûteuses. Il a aussi malheureusement souffert de son manque de rythme et baissé de pied après une demi-heure, disparaissant peu à peu jusqu'à sa sortie. Défensivement, il s'est toujours montré volontaire mais pas forcément efficace. Une bonne première malgré tout, dans l'esprit du soir.

Vitinha l'a remplacé pour la dernière demi-heure et il s'est immédiatement fondu dans l'équipe parisienne. Il a fait du bien par ses courses permanentes dans une équipe qui commençait à manquer de jus tandis que sa touche technique a été appréciable, même s'il n'a pas non plus régulé le milieu tel un Verratti.

Verratti : Milieu de terrain parfois très reculé, le génial Italien a tout ordonné depuis l'arrière, construisant le jeu parisien tranquillement et échappant au pressing lyonnais sans aucun problème. Dans une partie où le contrôle était la clé côté parisien, il a été particulièrement précieux et a offert à son équipe un confort exceptionnel. Il a également su accélérer quand il le fallait, en témoigne la façon dont il a trouvé Messi sur le but. Défensivement, il s'est comme toujours beaucoup donné et a été averti de façon rapide, sans que ce ne soit forcément mérité, mais a connu un certain déchet dans ses tacles malgré tout. 

Mukiele l'a remplacé pour la dernière demi-heure et il est entré comme défenseur axial droit. Il a fait simple avec le ballon et a défendu avec sa puissance athlétique avant tout, mettant beaucoup d'impact dans les duels. Il a aussi signé une bonne intervention pour compenser une erreur de Ramos.

Messi : Positionné très haut sur le terrain en début de match, il a fait basculer le match d'entrée en créant puis inscrivant le seul but du match avec son compère Neymar. Dans un rôle plutôt côté droit, il a touché au final un nombre limité de ballons mais a fait terriblement mal à Lyon pratiquement à chaque touche de balle. Hakimi, Neymar ou Mbappé ont reçu quelques passes magistrales malheureusement non converties mais le plus grand opposant de Messi aura été Lopes qui l'a privé d'un doublé avec de multiples parades sur sa ligne. Et la seule fois où l'Argentin l'a couché, c'est Lukeba qui l'a suppléé. Défensivement, on l'a aussi plus vu que dernièrement mais il a en revanche de nouveau eu son coup de mou post-heure de jeu avant de mieux finir.

Neymar : Le Brésilien a beaucoup donné ce dimanche soir et sa passe décisive ne représente qu'une partie de son match. Car Neymar n'a pas donné qu'un ballon de but à l'Argentin, plutôt trois, et il a souvent été inspiré pour lancer ses coéquipiers même si tous ne lui ont pas rendu. Il a aussi gâché une énorme balle de 2-0 d'une frappe trop molle mais le match de Neymar est plutôt à lire via l'énorme générosité et débauche d'énergie affichées. Toujours présent, brillant en première période puis un peu moins juste au fur et à mesure du match, il en est malgré tout resté un acteur central jusqu'au bout puisque présent aussi bien pour défendre que pour attaquer. C'est dans l'expression offensive en première période que le meilleur Neymar a existé mais tout son match est à saluer.

Soler l'a remplacé pour la fin de match alors que le Brésilien était franchement épuisé et, se positionnant une nouvelle fois entre milieu et attaque, il s'est rapidement mis en évidence : du jeu simple, un bon coup-franc provoqué et une passe bien sentie pour Mbappé.

Mbappé : L'attaquant français n'a pas marqué, ce qui n'est pas courant pour lui sur cette pelouse, et son match a montré un joueur une nouvelle fois en dedans. C'est surtout sa seconde période avec de nombreux ballons perdus sur des actions mal jouées qui renforce cette impression, Mbappé finissant très mal la partie, mais la première période avait été bien meilleure. S'il a parfois abusé de quelques gestes techniques pas toujours utiles, le Français avait aussi fait de grosses différences balle au pied et sa vitesse avait rendu exploitable des actions pourtant mal engagées. Ses mauvais choix dans les derniers mètres étaient en revanche déjà présents en partie et constituent aujourd'hui son plus gros souci. 


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

lundi 03 octobre

dimanche 02 octobre

samedi 01 octobre

vendredi 30 septembre

jeudi 29 septembre

mercredi 28 septembre

mardi 27 septembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee