Article 

PSG/Gazélec Ajaccio (2-0), les performances individuelles

Publié le lundi 17 août 2015 à 0:49 par Philippe Goguet
Retour sur les performances individuelles des Parisiens face au Gazélec Ajaccio.

Trapp : Encore un match très tranquille pour le gardien allemand, jamais sollicité. S'il ne peut rien sur la tête décroisée et hors cadre de Pujol en première période, il sort très bien devant un attaquant du Gazélec en début de seconde mi-temps, montrant au passage sa capacité à intervenir loin de ses buts. 

Aurier : Très présent dans son couloir, il a tenté d'apporter offensivement durant toute la soirée et ses partenaires l'ont régulièrement sollicité vu ses nombreuses propositions. S'il a logiquement dominé physiquement, il a été plus en difficulté techniquement, notamment en fin d'action, et ses centres ont rarement trouvé preneur quand ils n'étaient pas contrés. Défensivement, il a multiplié les retours intéressants mais a parfois été dominé par Zoua sur des accélérations. Il a également écopé d'un carton jaune un peu dur, son deuxième en deux matches.

Thiago Silva : Si sa non-sélection en équipe du Brésil pouvait laisser à penser qu'il allait être perturbé, cela n'a absolument pas été le cas et il a été l'auteur d'une prestation de très haute volée, marquée notamment par ce but d'une tête pleine de rage. Dans ses interventions défensives, il a été impeccable de bout en bout, entre maîtrise et anticipation, et ses relances ont également apporté une première touche technique des plus appréciables. Sa domination dans le jeu aérien a été implacable.

David Luiz : Moins propre que son partenaire et capitaine, il a malgré tout souvent pris le dessus sur son adversaire direct, particulièrement en première période, mais s'est parfois montré imprécis dans ses relances. De la tête, il a souvent apporté, notamment sur les coups de pieds arrêtés et un but aurait réhaussé d'un ton sa performance.

Maxwell : Des montées spontanées et d'une rare justesse en première période, à chaque fois conclues par des centres amenant le danger puis une deuxième période plus tranquille où il a laissé Lucas faire le show sur son aile. Défensivement, il a fait le travail comme toujours, avec à propos. Un match à la Maxwell.

Verratti : Absolument toutes les actions sont passées par lui et il a été à la manoeuvre de façon permanente, souvent avec justesse, notamment dans son jeu long, mais il a régulièrement souffert du manque de mouvement de ses partenaires pour enclencher des actions. Techniquement parfait, comme souvent, il a également apporté sa part au travail défensif avec ses habituels tacles glissés. Sur ces actions, on l'a également vu retirer ses jambes pour éviter de provoquer des coup-francs, signe de maturité.

Motta : Si Verratti a été la base de tout le jeu parisien, avec parfois quelques lenteurs, Motta en a encore été l'accélérateur à de nombreuses reprises par ses passes vers l'avant. L'Italien joue de façon complètement libérée et régale à chaque sortie. Ses prises de risque payent pratiquement toujours et seul son manque de vivacité devant la surface adverse s'est parfois fait sentir, le dernier geste tardant trop. Remplacé pour le dernier quart d'heure par Stambouli qui se sera surtout applqué à vite donner la balle (à cause des sifflets ?). Actif à la récupération.

Matuidi : Un début de match intéressant et surtout marqué par ce but incroyable combinant flair, toucher de balle puis qualité de frappe, lui, ordinairement si besogneux. Durant le reste du match, il s'est appliqué à jouer simple et propre comme toujours mais a montré qu'il faudrait compter sur lui à l'avenir. Il aurait également pu (et dû) s'offrir une passe décisive sur son très bon centre pour Cavani. Remplacé à vingt minutes de la fin par Pastore qui s'est surtout fait remarquer en distillant de superbes longs ballons. 

Lucas : Très explosif en début de match, le Brésilien avait perdu le fil de son match à la pause, perdu dans ses dribbles et souvent à contre-temps. En deuxième période, il a en revanche été le grand détonateur du PSG et est à la base de la plupart des actions parisiennes avec ses accélérations sur l'aile gauche, prouvant que son match n'était pas qu'une question de placement. Sur coups de pieds arrêtés, il a également été une menace constante et a failli faire marquer Aurier et David Luiz de cette façon. 

Augustin : Très à l'aise durant la préparation avec les décrochages d'Ibrahimovic, il a eu plus de mal à se situer dans le côté droit avec les montées d'Aurier et le placement de Cavani dans l'axe. Il a souvent cherché sa place et, s'il a majoritairement su s'intégrer au collectif, il s'est parfois compliqué la vie dans ses choix de jeu. Il s'offre tout de même une très belle occasion à la demi-heure de jeu quand il a été trouvé dans la surface mais le réalisme l'a fui. Remplacé par Lavezzi, mobylette pleine de gaz mais toujours sans GPS.

Cavani : Un excellent début de match, plein de justesse, puis on a malheureusement retrouvé le Cavani des mauvais jours, invisible dans le jeu, trop limité techniquement et coincé dans la défense adverse. En deuxième période, ses partenaires ont mieux su le trouver mais il n'a pas été des plus réalistes avec une frappe loupée en excellente position, une tête hors-cadre mais compliquée et une nouvelle tête, plus facile, qui finit sur le gardien. Le bilan n'est pas très positif sur le match et Zlatan revient bientôt...

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 25 novembre

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

dimanche 22 novembre

samedi 21 novembre

vendredi 20 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux