Article 

« Non », Luis Campos n'est pas content du mercato du PSG et l'explique

Publié le vendredi 16 septembre 2022 à 20:19 par Philippe Goguet
Invité de RMC Sport, le conseiller football du PSG Luis Campos est longuement revenu sur le mercato estival du PSG et il n'a hésité à dire qu'il n'était pas content du travail général. Selon lui, il y a des superpositions de talent dans les buts et en attaque mais des trous en défense. Il a aussi pointé du doigt le timing des opérations ou encore la prédominance de l'économique sur le sportif. Autrement dit, Antero Henrique en a pris pour son grade.

Rare dans les médias depuis son arrivée à Paris fin mai, qu'il a lui même datée d'avant la prolongation de Mbappé, Luis Campos était l'invité de RMC ce vendredi, deux semaines après la fermeture du mercato estival. Et c'est peu dire qu'il n'est pas content : « Non. Car à la fin du mercato, on n'a pas l'équilibre parfait. On a une énorme qualité dans l'effectif, il n'y a pas de doute. Après, au final, on n'arrive pas à la perfection. C'est toujours difficile d'avoir la perfection mais on essaye de travailler pour en être le plus proche possible. C'est un grave problème pour nous qui travaillons tous les jours. »

« C'est comme faire un puzzle. S'il nous manque une pièce, il n'est pas complet. »

Il pointe alors du doigt le problème de la défense : « C'est très bien d'avoir des joueurs de qualité mais, dans le même temps, quand on a trois défenseurs centraux alors qu'on a commencé à jouer avec trois défenseurs centraux dès le premier match car le modèle de jeu était clair pour tous, ça nous a mis en difficulté. Si Skriniar nous manque ? Je ne vais pas parler de noms car on n'a pas seulement parlé avec Skriniar mais aussi avec d'autres. Au final, on n'a pas réussi à avoir le joueur qui nous manque. C'est comme faire un puzzle. S'il nous manque une pièce, il n'est pas complet. »

Trop de joueurs et le fair-play financier qui rode

Il est donc demandé au conseiller football du PSG ce qu'il s'est passé pour en arriver là : « Quand je suis arrivé au PSG, il y avait 54 joueurs (sous contrat) et pas de deuxième équipe. Cela veut dire que l'an passé, il avait 34 ou 35 joueurs dans le vestiaire. Dès le début, avec Christophe, on a dit qu'on devait être nous-même, on voulait avoir 21-22 joueurs plus intégrer la formation car c'est très important pour nous. On a créé un groupe élite avec cinq joueurs (Lavallée, Bitshiabu, Kari, Zaïre-Emery et Gharbi) qui s'entraînent tous les jours avec l'équipe principale, qui sont sur le banc et ont déjà joué. On a des joueurs exceptionnels à Paris qui doivent être intégré dans le groupe et avoir des opportunités. »

Arrive alors la seconde partie de l'explication et Campos va alors tacler Antero Henrique, le responsable des négociations cet été, sans jamais le citer : « Avec 54 joueurs et le fair-play financier qui conditionne beaucoup, le PSG a l'obligation de d'être dans les clous du fair-play financier. On a commencé à faire le design de notre équipe, on a pensé à comment réduire et, avec un fair-play financier complexe, on a pris des mesures complexes. On a mis en place un modèle différent, avec des responsables du mercato pour la partie économique, et moi plus sur le sportif. L'économique et le sportif doivent marcher ensemble, c'est obligatoire ! »

« A mon avis, à un moment, la priorité a été le filtre économique »

Alors qu'il est est demandé si Antero Henrique est la personne dont il parle sur la partie économique, il ne répond pas et répète : « On doit marcher ensemble, l'économique et le sportif ! Mais on doit le savoir avant, le sportif est avant l'économique, on est un club de foot ! Le filtre économique ne peut pas conditionner le filtre sportif. A mon avis, à un moment, la priorité a été le filtre économique. Pour moi c'est très clair, les deux choses doivent passer ensemble. Quand le club pense au sportif et oublie l'économique, c'est la catastrophe. Le contraire, c'est pareil. »

Antero Henrique taclé sur ses non-ventes et le timing des opérations

« On a réussi à faire Vitinha qui était une priorité, c'est très bien et il joue. Après, on a six ou sept semaines où il ne se passe rien. »

Le règlement de compte ne s'arrête pas là puisque c'est ensuite le timing des opérations qui est pointé du doigt : « On n'a pas fait un bon mercato car c'est un mercato comme les trois dernières saisons. Cela s'est passé un peu pareil. Le mercato, c'est long, même si je suis personnellement contre, mais c'est comme ça, ce sont les règles du jeu. La première semaine, avant même la clôture de la saison 2021/2022 qui est le 30 juin, tout le monde a attaqué sa première priorité, ou même sa seconde, mais tout le monde n'a pas réussi, comme ce qui s'est passé ces 3 dernières années. On a une première semaine, on a réussi à faire Vitinha qui était une priorité, c'est très bien et il joue. Après, on a six ou sept semaines où il ne se passe rien. Arrive la dernière semaine mais tout est beaucoup plus cher ! On est arrivés à la fin et on a été très conditionnés par le modèle qu'on a trouvé et on a laissé le sportif, je n'irais pas jusqu'à dire sans une jambe, mais avec une pièce du puzzle manquante. »

Relancé quant au fait que le PSG a mis trop de temps à vendre pour pouvoir acheter ensuite, Campos attaque de nouveau les opérations effectuées : « On n'a pas vendu beaucoup de joueurs, on a prêté et ils vont revenir l'année prochaine. C'est pour ça que je dis qu'on n'a pas fait un bon mercato. À partir du moment où les décisions économiques conditionnent le sportif, ce n'est pas un bon mercato pour moi. »

Les superpositions de joueurs visées par Campos, dont Navas et Neymar

« Tu ne peux pas avoir deux pièces à deux postes très importants : celui de gardien et d'attaquant »

Le conseiller football du PSG conclut par une nouvelle salve quant au mercato effectué, avec des départs qui auraient dû être bouclés selon lui mais ne l'ont pas été : « Il y a pour moi quelque chose de très important quand on fait l'architecture d'une équipe, c'est la superposition des pièces : tu ne peux pas avoir deux pièces à deux postes très importants : celui de gardien et d'attaquant. Quand on parle de gardien, pour moi, c'est très clair que tu ne peux avoir deux gardiens exceptionnels (il insiste sur le mot). C'est une décision difficile mais le coach l'a prise. Mal ou bien, c'est sa décision et il faut respecter. Et on a eu avec l'accord de Navas l'opportunité de rectifier une superposition de postes. Et je dois dire que Donnarumma est un grand gardien mais Navas est aussi un top gardien. »

Loin de s'arrêter au problème de gardiens, il assure que le PSG « a aussi une superposition en attaque : on a Kylian et Neymar qui aiment jouer dans la même zone du terrain, un peu plus sur la gauche. Cela veut dire que notre mercato n'est pas bon car on a des manques à des postes importants et des superpositions de joueurs. » Relancé quelques minutes plus tard sur le sujet, Campos va nier que Mbappé a souhaité le départ de Neymar et affirmer que le Brésilien n'a jamais vraiment été sur le départ cet été. Visiblement à regret.


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.

News 

Aujourd'hui

lundi 03 octobre

dimanche 02 octobre

samedi 01 octobre

vendredi 30 septembre

jeudi 29 septembre

mercredi 28 septembre

mardi 27 septembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee