Article 

Le nouveau rôle de Verratti analysé

Publié le mardi 12 janvier 2021 à 14:15 par Nathan Menez
Mauricio Pochettino est l’entraîneur du Paris Saint-Germain depuis le début du mois de janvier. Il a déjà pu diriger deux matches, à Saint-Étienne et face à Brest. On connaît le coach argentin adepte du 4-2-3-1 et en l’absence de Neymar, il a confié le rôle de meneur de jeu à Marco Verratti. Le milieu italien s’est ainsi retrouvé dans une position plus offensive que d’habitude.

Un rôle plus offensif faisant de Verratti le meneur du PSG

Pour ces deux premiers matches de l'ère Pochettino, Marco Verratti est accompagné des mêmes joueurs : Gueye et Herrera derrière lui, Di María et Mbappé sur les ailes, Kean devant. Comme demandé par son nouvel entraîneur, l’Italien est plus haut sur le terrain. On le voit suivre les contres en étant au même niveau que Kean, Mbappé ou Di María. Il conserve son positionnement axial avec ou sans le ballon et se montre disponible. On le voit devenir une solution très avancée que ce soit sur attaque placée ou en contre.

Et alors qu'il n'est pourtant pas un grand habitué ni même un fan de l'endroit, Verratti est dans la surface à plusieurs reprises, prêt à recevoir un ballon en position de frappe.

Comme avec Neymar, le PSG mené par Verratti penche plutôt à gauche offensivement. Si l’Italien recherche la verticalité et se positionne la majorité du temps dans l’axe, quand il décroche, il vient se placer en relayeur gauche et débute ainsi la transition vers l’attaque de ce côté.

Dans ce rôle plus offensif, Marco lâche son ballon plus vite que lorsqu’il est occupé à la relance. Face à Saint-Étienne, sa justesse technique combinée à son activité dévorante est impressionnante. Il reste juste et lucide jusqu’en fin de match comme sur cette passe vers Bakker à la 82e à Saint-Étienne. 

Le positionnement plus avancé de Verratti joue un rôle dans le pressing parisien plus intensif dans ses deux premiers matches avec Pochettino. La pression du milieu italien sur l’adversaire ralentit l’action, elle permet aux attaquants de venir l’aider et de ne pas être rapidement effacés du jeu comme on l’a trop vu ces derniers temps.

De manière générale, la mobilité de Verratti, jamais avare en terme d’efforts, offre au PSG une attitude différente dans les intentions au pressing.

Une position avancée qui entraîne des difficultés défensives

Cependant, la position avancée de Verratti contraint Paris à s’exposer plus fréquemment à des contres. Face à Brest, les Parisiens se font peur à plusieurs reprises dans cette phase de jeu. Les réflexes défensifs du milieu italien ne peuvent être sollicités puisqu’il est bien trop loin du ballon. Marco Verratti mène les attaques placées et entraîne ses coéquipiers à jouer haut, le PSG s’expose alors bien plus aux contres que lorsqu’il jouait à trois derrière lors des dernières sorties de Thomas Tuchel.

Le PSG a connu des temps faibles en début de seconde période lors des deux matches. Les Parisiens ont moins le ballon, jouent plus bas et sont stériles offensivement puisqu’ils privilégient la profondeur mais celle-ci n’aboutit jamais. Ces passages à vide coïncident avec un changement de rôle pour Marco Verratti. En effet, à Saint-Étienne, le PSG passe en 4-4-2 à l’heure de jeu avec l’entrée de Draxler pour remplacer Gueye et face à Brest, c’est Sarabia qui supplée le Sénégalais et fait ainsi descendre Verratti d’un cran. Marco est plus bas, aux côtés d’Herrera et joue le rôle principal à la relance auquel il est habitué. Face à Brest, dans un match où Paris mène au score, Verratti ne monte plus en seconde période et est le milieu le plus défensif de la paire de l’entrejeu parisien.

En deux matches pleins soient 180 minutes, Marco Verratti a dans l'ensemble bien rempli la mission que son nouvel entraîneur lui a confiée. Il a un poids sur le jeu offensif : l’Italien mène les attaques placées, trouve une position plus axiale et n’hésite pas à entrer dans la surface. Cependant, il abandonne ce rôle à la mi-temps après un changement rapide (les entrées de Draxler et Sarabia) et retrouve une position plus basse et l’impact habituel qu’il a sur la relance. Sa position plus haute influence le bloc parisien et expose le PSG à des contre-attaques pas maîtrisées.

Ce nouveau poste pour Verratti confirme aussi l’intérêt de Pochettino pour le 4-2-3-1 mais ne dévoile rien de ses préférences de titularisation au cœur du jeu compte tenu de l’absence de Neymar.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

dimanche 24 janvier

samedi 23 janvier

vendredi 22 janvier

jeudi 21 janvier

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux