Article 

Neymar/Alvaro, un dossier délicat pour la Ligue

Publié le mercredi 30 septembre 2020 à 10:23 par Marius Cassoly
Alors que les accusations présumées de racisme et d'homophobie issues de la dernière rencontre entre le PSG et l'OM (0-1) vont être jugées ce mercredi soir par la commission de discipline de la Ligue, Neymar et Alvaro Gonzalez risquent jusqu'à dix matches de suspension dans le cadre d'un dossier délicat à gérer pour la LFP.

Réunie ce mercredi soir dans ses locaux du 16e arrondissement de Paris, la commission de discipline de la LFP va se pencher pour la troisième semaine consécutive sur la rencontre entre le PSG et l'OM (0-1) du 13 septembre dernier avec un verdict très attendu et surtout très commenté sur fond d'accusations racistes et homophobes. Pour rappel, Neymar accuse depuis le départ Alvaro Gonzalez de l'avoir insulté de « singe », ce qu'ont pu confirmer les analyses de plusieurs experts en lecture labiale sondés par la chaîne de télévision brésilienne Globo ou encore le journal français Le Parisien. Mais, rapidement, le Brésilien a été soupçonné d'avoir tenu des propos homophobes à l'encontre du défenseur central marseillais, avant que l'attaquant du PSG ne soit également accusé d'avoir insulté Hiroki Sakai de « chinois de merde », comme révélé via les dernières images publiées par la Cadena SER.

Pour tous ces faits reprochés, Neymar et Alvaro Gonzalez risquent jusqu'à dix matches de suspension chacun dans un dossier qui sera délicat à gérer pour la Ligue. Selon les informations de RMC, l'instance française se montre très embarrassée par la forte résonance prise par cette affaire, qui implique deux clubs très médiatisés et surtout une star mondiale en la personne de Neymar. Par ailleurs, la LFP ne souhaite pas établir de hiérarchie entre le racisme et l'homophobie dans ses sanctions, si les accusations venaient à être avérées. 

Des insultes racistes difficiles à prouver, pas celle homophobe ?

Or, comme l'indique L'Équipe dans son édition du jour, la commission a « l'absolue nécessité d'avoir des éléments incontestables pour trancher », ce qui ne semble pas être le cas, au moins concernant les insultes racistes présumées. D'après RMC, l'OM indique que celles d'Alvaro seraient difficiles à décrypter : si le PSG cherche à prouver que l'Espagnol a bien employé le terme « mono », le club phocéen et le joueur affirment n'avoir jamais employé ce mot mais plutôt une autre insulte, non précisée par la radio française. Point important, le même média indique que l'insulte présumée de Neymar à destination de Sakai est également floue, et que l'OM compterait s'en servir pour montrer que la lecture labiale n'offre aucune certitude et laisse plutôt place aux diverses interprétations. 

Toutefois, un membre de l'entourage du club marseillais confie à RMC que la présumée insulte homophobe adressée par Neymar à Alvaro est de son côté plus facile à reconnaître. L'OM craint alors que si Neymar est sanctionné pour homophobie, Alvaro le soit aussi pour racisme alors que le verdict, ultra-médiatisé, sera scruté de près et viendra créer une jurisprudence. 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

lundi 19 octobre

dimanche 18 octobre

samedi 17 octobre

vendredi 16 octobre

jeudi 15 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux