Article 

[Interview CulturePSG] Anaïs Ebayilin : « Le signe que l'on compte sur moi pour les années à venir »

Publié le jeudi 22 février 2024 à 15:00 par Bruno Hermant
Après la signature de son tout premier contrat professionnel avec le PSG, la milieu de terrain internationale française U17 Anaïs Ebayilin a répondu aux questions de CulturePSG pour évoquer cette nouvelle étape dans sa très jeune carrière. La joueuse originaire de Clichy, passée par Pierrefitte et Sarcelles avant d'intégrer le PSG il y a une saison et demi, a donc paraphé son premier contrat professionnel, qui la voit donc s'inscrire au PSG jusqu'en juin 2026. Découverte de cette jeune joueuse d'à peine 16 ans, pleine de talent et d'ambition.

Anaïs, félicitations pour cette signature de contrat, quelle est votre première réaction par rapport ce nouveau pas franchi dans votre carrière ?

« Très heureuse ! Je suis très heureuse de pouvoir intégrer mon club de cœur en tant que joueuse professionnelle. C'est un rêve qui commence à se dessiner. Ce n'est pas fini mais je pense que c'est une bonne étape de pouvoir signer mon premier contrat professionnel avec le Paris Saint-Germain.»

Pour revenir sur ton parcours, vous avez évolué à Sarcelles précédemment. Comment s'est passé votre recrutement au PSG ?  

« J'ai été repérée par Sébastien, qui est un des recruteurs du PSG. Suite à cela, j'ai continué à faire des tests, à faire plusieurs jours de stage, à faire des petits tournois amicaux comme au Maroc. Et on m'a proposé de rejoindre le club, j'ai décidé d'intégrer le PSG.»

Vous avez déjà une saison complète avec l'effectif des U19 Parisiennes la saison dernière, quel est votre ressenti par rapport à cette saison ?

« La saison dernière, on va dire que c'était une année de découverte. J'ai appris les bases du niveau professionnel. A Sarcelles, l'équipe avait un bon niveau mais c'était un peu plus amateur. Parce que la première année en U19 avec le PSG, ça m'a direct mis au niveau professionnel. Là, il y avait plus d'exigence. On s'entraînait deux fois plus. On se réveillait plus tôt. On avait vraiment un cycle de travail et d'études plus professionnel qu'à Sarcelles.»

Comment jugez-vous votre progression depuis Sarcelles, à votre arrivée au PSG, jusqu'à votre blessure en fin de saison qui vous fait manquer l'Euro U17 féminin (remporté par la France) où votre place de titulaire était quasiment assurée ? 

« Comme je l'ai dit, ça a été aussi une année de découverte. En sélections, on est passées en mode compétition. J'avais déjà fait des stages en équipe de France U16. Mais ma première année en U17, j'ai découvert beaucoup de choses. J'étais surclassée d'un an. J'ai commencé les compétitions avec les qualifications pour l'Euro. Ca m'a vraiment fait grandir. Parce qu'il y avait plus de pression. Il fallait la gérer mais j'ai très bien été accueillie dans le groupe.

Et au niveau du PSG, en U19, ça s'est bien passé. J'ai beaucoup progressé. On peut le voir aussi physiquement, j'avais perdu beaucoup de poids. Cela montre que le travail mis en place avec le département performance, les préparateurs physiques, la nutritionniste, a été bien fait. Cela a été une grande année où j'ai pu me développer mieux que lorsque j'étais à Sarcelles.»

Depuis le début de saison, vous survolez la catégorie U19. La direction sportive ne tarit pas d'éloges sur vous, et il ne vous reste pas grand chose à accomplir au niveau U19. Vous qui évoluez avec le groupe professionnel, comment voyez vous la différence entre votre première année avec l'équipe U19 du PSG et les entraînements avec le groupe pro ? 

« Il y de grandes différences. A tous les niveaux. Déjà, dans l'exigence que tu mets, à chaque geste que tu fais. Que ce soit le contrôle, la passe, la prise d'information, il faut faire tout ça deux fois plus vite avec deux fois plus de concentration. Juste sur l'aspect tactique, puis technique, cela a été encore plus exigeant, plus dur. Après, il y a une pression qu'on se met nous-même puisqu'on a envie de bien faire. Je pense qu'en U19, je voulais déjà bien faire mais j'étais un peu plus relâchée. Alors qu'avec les professionnelles, les premières semaines, j'ai dû m'adapter à la pression que j'avais. Mais après cette période d'adaptation, ça déroule, on on s'y fait.» 

Vous êtes quand-même mise en confiance ici, avec pas mal de coéquipières qui ont passé un parcours à peu près similaire, des joueuses formées au club. Vous êtes la première joueuse de la promotion qui inaugure le centre de formation féminin du PSG qui signe un contrat professionnel avec le club. Êtes-vous maintenant devenue la grande soeur de vos 33 autres partenaires de promotion ?

« Non (rires) C'est surtout une grande fierté de faire partie des premières, en sachant que le centre formation féminin a été inauguré cette année. On peut dire que c'est un bon propulseur d'être la première joueuse à signer son premier contrat professionnel. Et je pense que ça va aussi aider mes amies à se dire que si j'ai réussi, elles pensent qu'elles aussi, elles peuvent le faire. Et moi, j'ai complètement confiance en elles. Je sais qu'elles peuvent le faire. Si j'ai pu les motiver à aller chercher haut et loin, c'est une grande fierté pour moi.»

Avez-vous tout de même été surprise de voir que le club vous propose un contrat de trois ans aussi vite ? Cela ne fait qu'un an et demi que vous êtes là, deux ou trois mois que vous avez intégré le groupe professionnel...

« Quand je suis arrivée de Sarcelles, non. Cette saison, nous avions déjà un peu discuté avec la direction sportive. Cela montre aussi qu'ils ont confiance en moi. Qu'ils savent de quoi je suis capable. Cela me fait chaud au coeur puisque la direction me porte de l'attention. Je sais qu'il y a beaucoup de joueuses qui sont là depuis un bon bout de temps. Mais ils ont décidé de me faire signer. C'est le signe que l'on compte sur moi pour les années à venir. Et je compte bien leur rendre la pareille en me donnat à fond dans chaque match, chaque séance. Et partout où ils me diront d'aller, j'irai et je me donnerai à fond.»

Quels sont tes objectifs jusqu'à la fin de saison, d'un point de vue personnel, avec le club et la sélection ?

« Comme vous l'avez dit, en équipe de France, l'année dernière, je me suis blessée. Donc je n'ai pas pu aller chercher les objectifs que j'avais pour l'année dernière, qui était de gagner l'Euro. Donc aujourd'hui, mes objectifs en équipe de France, c'est de gagner l'Euro U17. Gagner ce que je n'ai pas pu gagner l'année dernière. J'ai beaucoup de frustration par rapport à ça. Et je compte vraiment me donner à fond pour aller le chercher. C'est un gros objectif que je cherche à atteindre.

Au niveau du PSG, je compte continuer à progresser, avec de grandes joueuses qui sont autour de moi comme Marie, Sakina, Grace, et plein d'autres qui ont été aussi issues du centre de formation du PSG. Et je compte bien aussi me donner à fond. Que ce soit aux séances, pour qu'elles puissent se donner à fond en matchs. Et avoir l'intensité qu'il faut pour prétendre à disputer les matchs. Si j'ai l'opportunité de jouer, je me donnerai encore à fond pour montrer au coach que je suis disponible et qu'il peut compter sur moi.»


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.

News 

Aujourd'hui

samedi 20 avril

vendredi 19 avril

jeudi 18 avril

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

dimanche 14 avril

samedi 13 avril

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee