Article 

Dijon/PSG (1-6), les performances individuelles

Publié le jeudi 13 février 2020 à 0:36 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 6-1 à Dijon en quart de finale de la Coupe de France dans une rencontre d'abord équilibrée puis largement à l'avantage des troupes de Thomas Tuchel. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Bien que Dijon se soit régulièrement présenté dans sa surface de réparation, le gardien costaricien n’a pratiquement rien eu à faire de compliqué et c’est finalement sur une frappe de l’extérieur de la surface qu'il va s’incliner. Sur cette tentative, il n’apparaît pas spécialement bondissant ni vif mais la frappe était parfaitement placée.

Meunier : Vite présent dans la moitié de terrain adverse au cours des premières minutes, il va pourtant surtout avoir des difficultés défensives quand il est défié balle au pied ou que l’ailier dijonnais part dans son dos. Il va peu à peu retrouver un peu de stabilité dans le jeu, étant d’ailleurs presque passeur décisif au passage, mais cela reste dans l’ensemble assez fragile. Replacé un cran plus haut après la pause, il se fait littéralement exploser le pied par Ndong et va logiquement avoir bien du mal à assurer par la suite, au point de sortir assez logiquement.

Kurzawa l'a remplacé côté droit, finissant la partie dans le même rôle inhabituel que lors du tour précédent, et il va faire une entrée sobre et dans le ton du match.

Kehrer : Pas spécialement à l’aise sur ses premiers ballons, il se reprend heureusement très vite et va signer un premier acte de belle qualité, compensant pas mal d’erreurs de ses partenaires autour de lui, même Thiago Silva. Moins sollicité en seconde période, il va se montrer particulièrement dominant dans les airs et plutôt sage balle au pied. Du bon Kehrer au final, moins aventureux que dimanche dernier.

Thiago Silva : Le capitaine faisait son grand retour et, surprise, c’est dans l’axe gauche qu’il jouait alors qu’il évolue habituellement plutôt de l’autre côté de la charnière. S’il va vite rentrer dans la rencontre, il signe toutefois deux gestes très inhabituels : un tacle par derrière complètement raté après avoir été dominé dans un duel et surtout une perte de balle plein axe qui ouvre le chemin du but à un Dijonnais. Les deux erreurs seront sans conséquence et le capitaine se reprend même en étant buteur dès la reprise. Il va aussi se montrer particulièrement solide sur un contre avant de laisser sa place, signant donc une reprise très tranquille mais pas exempte de tous reproches.

Bernat l'a remplacé à l'heure de jeu et le latéral qui rejoué plus d’un mois après son dernier match a réussi à apporter un peu de vitesse sur son aile, et ce sans forcément toucher beaucoup le ballon.

Bakker : Le titulaire surprise du jour aura réussi des débuts de rêve avec ce centre puissant qui est dévié au fond des filets dijonnais après moins d’une minute. Reprenant le rôle de défenseur central gauche quand Paris a le ballon, il va logiquement assez peu monter mais va malgré tout signer deux bons centres en première période. Appliqué, attentif et particulièrement propre en début de match, il perd toutefois légèrement le fil par instant avec notamment un mauvais contrôle et quelque passes pas toujours bien ajustées. Un cran plus haut après la pause, on ne le voit pas forcément beaucoup plus mais il est impliqué sur le but du 4-1 avant de finir comme stoppeur gauche. Très généreux dans ses courses, il se jette en revanche un peu trop dans les duels et se retrouve donc régulièrement hors de position. Pour une première, il aura tout de même largement tenu la route pendant 90 minutes.

Kouassi : De retour dans le onze comme milieu de terrain après avoir beaucoup joué en défense dernièrement, il se montre assez impressionnant de sérénité sur ses premiers ballons. Fort dans les airs, agile techniquement et prompt à casser des lignes avec ses passes, il est en outre assez redoutable quand il se met à presser. Malgré tout, il a parfois un peu de mal à apporter de façon constante dans le jeu et se montre de temps en temps un peu statique dans son rôle défensif. Défenseur central gauche après la pause, il est impressionnant sur ses premiers ballons avant de prendre la suite de Thiago Silva plein axe. Il se glisse immédiatement dans ce costume du patron et assure une belle fin de match, signant donc une nouvelle prestation convaincante.

Herrera : Lui aussi faisait son retour dans le onze de départ et il montre dès les premiers instants une grosse débauche d’énergie : bien présent au cœur du jeu, il n’hésite pas non plus à presser haut et fort pour récupérer le ballon. L’Espagnol court beaucoup, l’espace à couvrir étant pour le moins important dans ce 4-4-2 un peu éparpillé sur le terrain, et il perd en lucidité, signant une passe complètement ratée qui aboutit à l’égalisation de Dijon. Cette erreur très préjudiciable va légèrement le déstabiliser et on le retrouve beaucoup plus sobre voir effacé par la suite pendant un long moment. Associé à Draxler après la pause, il va même paraître un peu neutre aux côtés de l'Allemand, se contentant de jouer très simple.

Aouchiche l'a remplacé pour les 10 dernières minutes et, après avoir perdu un ballon d’entrée, il a tenté d’apporter et d’aller de l’avant à chaque prise de balle.

Draxler : Etrangement placé à droite, un côté qui ne lui réussit guère en général, l’Allemand pèse assez peu voire pas du tout dans le jeu offensif de son équipe en première période, ne parvenant pratiquement jamais à se mettre dans le sens du but. Il est heureusement volontaire défensivement et c’est d’ailleurs un gros pressing de sa part qui déclenche le but du 2-1. Repositionné plein axe à la mi-temps, il se montre en revanche bien meilleur dans ce rôle de relayeur avec le jeu face à lui. Toujours intéressant défensivement avec quelques ballons chipés par-ci par-là, il est aussi une première rampe de lancement de qualité à plusieurs reprises, orientant le jeu avec une belle justesse alors que les espaces s'ouvrent peu à peu devant lui. Après une première période franchement morne, il a largement su redresser la barre et signe un second acte de très belle tenue.

Sarabia : Attendu côté droit, c’est finalement sur l’aile gauche qu’il va être positionné et il ne lui faut que quelques secondes pour décaler Bakker sur l’ouverture du score. Comme contre Lyon dimanche dernier, il va se montrer très bon dans ses passes et exploite parfaitement les espaces laissés par les Dijonnais, se montrant également franchement intéressant pratiquement à chaque prise de balle. Passé ailier droit après la pause, il est d’entrée passeur décisif sur corner, alors qu’il n’en tire pourtant que très peu, puis signe un joli doublé d’opportuniste dans son style bien à lui, à savoir particulièrement précis devant le but adverse même avec son pied faible. Dans l’ensemble, il aura signé une partie de grande qualité, alliant son efficacité des dernières semaines à une justesse dans le jeu qu’on ne lui connaissait pas encore.

Mbappé : Comme ces dernières semaines, c’est entre l’axe et le côté gauche que le génie français était positionné et il va être une menace permanente sur ce côté-là du terrain. Que ce soit balle au pied lorsqu’il accélère ou lancé en profondeur par ses partenaires, il va ravager la défense dijonnaise de façon régulière. Lorsque celle-ci lui offre des cartouches, il ne se fait pas prier pour marquer le but qui fait basculer la partie juste avant la mi-temps. Son second acte sera aussi de belle tenue et, s’il a bien tenté sa chance à quelques reprises, il va aussi faire briller ses partenaires à plusieurs reprises, Sarabia ou Cavani profitant de plusieurs de ses passes.

Cavani : Particulièrement mobile en début de match, il est vite dans la partie et n’hésite pas à chercher Mbappé en profondeur mais il va peu à peu disparaître un peu, ses partenaires ne parvenant plus à le à le trouver dans le sens du jeu. Bien revenu en début de seconde période, il frôle le but à quelques reprises, le gardien ou un pied dijonnais l’empêchant de marquer son fameux 200ème but. Il manque toutefois un peu de carburant sur la durée, même si c’est lui qui initie le sixième et dernier but en lançant Mbappé. Vu tout ce qu’il a couru pour défendre, presser et harceler ses adversaires, on comprend aisément qu’il lui manquait des jambes sur la fin.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 28 mars

vendredi 27 mars

jeudi 26 mars

mercredi 25 mars

mardi 24 mars

lundi 23 mars

dimanche 22 mars

samedi 21 mars

vendredi 20 mars

jeudi 19 mars

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux