Article 

Les difficultés parisiennes sur les côtés, Navas, le manque de réussite du SCO : la réaction de Moulin après Angers/PSG

Publié le dimanche 17 janvier 2021 à 11:47 par Arthur Verdelet
Stéphane Moulin a livré une conférence de presse passionnante à la suite du match opposant Angers au PSG (0-1) ce samedi soir. Le technicien angevin a notamment détaillé ce qu’il avait travaillé avec ses joueurs pour mettre Paris en difficulté. Il a tout de même regretté à demi-mot le manque d’efficacité de son équipe dans un jour où elle aurait pu espérer bien mieux qu’une défaite.

Présent en conférence de presse à la suite de la défaite 1-0 de son équipe à domicile face au PSG ce samedi soir, le coach d’Angers Stéphane Moulin est longuement revenu sur le match. Il a notamment démarré en livrant une analyse poussée sur un rapport de force entre les deux équipes qui aurait selon lui pu tourner dans les deux sens :  « Il y a de la frustration et de la déception si l'on ne s'arrête qu’au résultat. Sinon, il y a beaucoup de satisfaction dans notre production parce qu’ils avaient mis la grosse équipe ce soir. C’était difficile de faire mieux en dehors de Kimpembe. Et malgré ça, on a fait jeu égal avec le PSG. On doit être à 11 tirs partout, 4 tirs cadrés à 3 et 7 corners à 5 pour eux. La possession, on n’en parle pas parce qu’ils sont imbattables à ce jeu-là (61.5 % contre 38.5 %). Par contre, j’ai aimé le visage de notre équipe ce soir, on a joué crânement notre chance comme on l’avait décidé et préparé. C’est facile à dire, et autre chose de le faire, mais aujourd’hui, on l’a fait. Malheureusement, ce n’est pas validé par un résultat positif. Je pense qu'on méritait autre chose. »

« Si Diony marque sa tête, je ne suis pas sûr qu'ils soient capables d’inverser la tendance. »

Moulin a senti un PSG moins maître de son sujet que d’habitude. Néanmoins, le scénario du match a tout de même souri aux champions en titre : « Même s’il y avait une adversité solide de leur côté, s'il y avait un soir pour prendre le PSG, c'était peut-être celui-là. C’est toujours difficile de savoir si c’était du fait de notre niveau de jeu où s’ils n’étaient pas à leur meilleur niveau. Je crois qu’il y a un petit peu des deux, mais j’ai bien senti qu’ils n’étaient pas très sereins et que c’était en partie lié à nous. Je pense qu’ils trouvaient le temps long. Si Diony marque sa tête, je ne suis pas sûr qu'ils soient capables d’inverser la tendance. Habituellement, on défend beaucoup parce qu’ils nous imposent ça. Il y a eu un vrai match, sans nous renier, et ça, ce n’est pas si facile que ça contre eux. On a zéro regret. Les garçons ont fait le boulot. »

C'est aussi la chance que souligne Moulin : « Ils ont eu le soupçon de réussite qu'on n'a pas eu. Sur le but, ce ballon, s’il n’est pas dévié au premier poteau, il ne prend pas la même trajectoire. Pour qu’il arrive là où il arrive, il faut qu’il soit dévié. On ne peut pas parler de chance et de réussite tout le temps, ça fait partie du paysage du foot, mais ce soir ils en ont eu au contraire de nous. Malgré tout, on a été là jusqu’au bout, on a créé du mouvement et du danger devant leur but. On n’a pas su saisir nos opportunités, on a sans doute laissé passer notre chance et eux l’ont sans doute ressenti aussi. On a réussi à contrecarrer beaucoup de leurs forces ce soir et ils le savent même s’ils ne l’ont pas montré collectivement. »

« On est tombé sur un grand gardien qui fait partie des meilleurs du monde et l’a encore prouvé »

Le capitaine du navire angevin a poursuivi en expliquant partiellement ce qu’il voulait que ses joueurs fassent pour gêner les Parisiens : « On a mis dans les actes ce qu'on avait préparé et décidé. Notamment de ne pas reculer et de les harceler le plus souvent possible, notamment dans la zone du milieu de terrain. Avec le ballon, on a vu de belles séquences de jeu. Quand on a fixé d’un côté et sommes allés de l’autre côté, on a très souvent trouvé de très gros décalages. Malheureusement, on est tombés sur un grand gardien qui fait partie des meilleurs du monde et l’a encore prouvé ce soir. Je ne peux pas en tenir rigueur aux joueurs. On a eu un visage qui me plaît. »

Moulin a bouclé sa prise de parole en revenant, là aussi de façon assez détaillée, sur les difficultés posées au PSG sur les ailes. L’un des points faibles défensifs de l’équipe parisienne selon lui : « On savait, et c’est de plus en plus visible, qu’il faut les faire courir. Notamment leur premier rideau défensif qu’on avait trouvé relativement performant lors des derniers matches. Il l’a été nettement moins ce soir. Quand on a joué d’un côté, puis de l’autre et réussi à le faire deux/trois fois de suite, on sentait qu’on pouvait s’engouffrer sur les côtés. On savait que des espaces allaient s’ouvrir sur les ailes, et c’est ce qui s’est produit plusieurs fois, notamment en première mi-temps. Ça implique des efforts défensifs, et évidemment, ces joueurs ne jouent pas pour ça. Mais il faut avoir la capacité de sortir du mini-pressing qu’ils font côté ballon pour avoir des solutions à l’opposé. Et là, les possibilités se sont ouvertes. On n’a pas réussi à concrétiser malgré tout, et c’est bien dommage ! »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 23 février

lundi 22 février

dimanche 21 février

samedi 20 février

vendredi 19 février

jeudi 18 février

mercredi 17 février

mardi 16 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux