Article 

Nantes/PSG (3-1), les performances individuelles

Publié le dimanche 20 février 2022 à 2:13 par Philippe Goguet
Le PSG s'est incliné 3-1 à Nantes dans un match riche en occasions de buts des deux côtés. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : L'alternance a repris dans le but parisien mais le costaricien n'a clairement pas marqué des points ce samedi soir à Nantes. Surpris d'entrée par une frappe entre ses jambes, il a ensuite constaté les dégâts sur le second but, sur une frappe déviée ; avant de lancer un peu sa partie avec un bon arrêt sur une frappe lointaine et surtout un duel important gagné face à Simon. Il se fait ensuite fusiller par Blas sur penalty, sa main n'étant pas assez ferme, tandis que sa seconde période ne montre aucun vrai signe de mieux, avec une sortie pittoresque loin de sa ligne en fin de partie. 

Kehrer : De retour à droite, l'allemand a tenté de jouer comme un latéral droit moderne, et il s'est donc régulièrement projeté en avant. Nantes n'en demandait pas tant et a beaucoup exploité l'espace dans son dos sur des contres, sans que le joueur ni le coach parisien ne corrigent la chose. Lorsqu'il était en place, Kehrer a aussi souffert dans les duels et n'est pas veinard sur le second but en étant contré à la relance. Il a d'ailleurs tenté de s'appliquer dans le domaine toute la soirée, perdant assez peu de ballons et se montrant plutôt à l'aise avec le ballon. 

Hakimi l'a remplacé pour la fin de match, tentant d'apporter offensivement pour revenir au score sans que cela ne soit très payant, Di Maria le servant peu. Il est aussi averti pour une contestation.

Marquinhos : Le capitaine parisien a bien symbolisé les errements défensifs parisiens de la première période, à l'image du premier but où il est en retard du début à la fin de l'action et se retrouve à courir derrière les Nantais. Forcé de sortir régulièrement de sa défense pour couvrir sur le côté, il a été en grande souffrance face aux vagues nantaises avant de finir un peu mieux la première période. Il est resté sur cette voie après la pause, gagnant enfin des duels défensifs, et passe proche de marquer sur un corner. Mais il est attendu beaucoup mieux d'un prétendu leader de défense quand le bateau tangue autant.

Kimpembe : Face à une équipe de Nantes qui a surtout attaqué sur le côté droit, le défenseur central gauche parisien n'a pas vraiment été sollicité en première période, mais il n'a pas réussi à sauver son partenaire de charnière en train de couler. Il n'a pas hésité à répondre physiquement à l'impact nantais, envoyant quelques gros tacles, et a également été solide sur les contres nantais en seconde période. Avec le ballon, il a en revanche été gêné par le pressing nantais, peinant à relancer depuis l'arrière. 

Bernat : De retour dans le onze, l'occasion ratée par le latéral gauche d'entrée aurait pu être un tournant du match mais lui, contrairement à la plupart de ses partenaires, était au moins vite entré dans le match. Il a d'ailleurs régulièrement tenté d'apporter offensivement dans son couloir et a souvent pris ses responsabilités avec le ballon pour le ressortir depuis l'arrière. S'il a signé deux très bons gestes défensifs juste avant et après la pause, il a parfois été en difficulté dans les duels mais s'est accroché.

Mendes l'a remplacé pour la fin de match et, s'il a concédé un bon coup franc largement évitable, il a aussi réussi un superbe centre à destination de Draxler.

Verratti : L'italien était repassé en sentinelle pour ce match et il y a passé une grosse mi-temps avant de retrouver plus de liberté offensive, Gueye reprenant le flambeau. Devant la défense, Verratti a encore excellé pour relancer et trouver les joueurs devant lui - même s'il était parfois bien gêné par le pressing adverse. Pas aidé par ses partenaires de l'entrejeu, il s'en est souvent sorti seul pour trouver ses attaquants et a même parfois sonné la charge balle au pied. Le plus gros bémol vient de son match défensif où, s'il a énormément couru, il n'a jamais vraiment réussi à peser ni à récupérer le ballon, trop dominé physiquement par les Nantais. Il est aussi averti, lui qui va déjà purger une suspension contre Saint-Étienne la semaine prochaine.

Wijnaldum : Relancé comme milieu relayeur droit, le néerlandais n'est jamais entré dans la partie, même lorsqu'il est passé à gauche par séquences avec Gueye. De façon étonnante pour un joueur ayant son CV, il a été complètement broyé par l'intensité adverse et a régulièrement perdu des ballons dans les duels, dépassé par la vitesse adverse. Inutile défensivement, il finit de plomber son équipe avec cette main improbable juste avant la pause. Malgré un très vague rebond après la pause, il a logiquement été le premier Parisien sorti.

Draxler l'a remplacé et il a constaté d'entrée l'intensité du match avant de peser un peu. Il s'est régulièrement retrouvé impliqué proche de la surface et a réussi à trouver Mbappé, certes avec un peu de chance, avant de faire lui aussi briller Lafont. 

Gueye : Le champion d'Afrique retrouvait le onze de départ et il a signé un début de partie catastrophique, lui aussi dépassé par la vitesse et l'engagement adverse à l'image du second but où il est bien trop spectateur. Pas au niveau techniquement, il n'a pas aidé non plus avec le ballon mais a vaguement réussi à lancer sa partie après une vingtaine de minutes avec une interception judicieuse puis une projection dans la surface conclue par une bonne occasion. Il a ensuite été utile par moments dans le match mais n'a pas vraiment pesé pour autant et a été trop souvent imprécis techniquement, perdant trop de balles. 

Icardi l'a remplacé pour la fin de match mais n'a pas touché le ballon. 

Messi : Positionné plutôt sur le côté droit, l'argentin a débuté timidement la partie alors qu'il était opposé au très physique Pallois ; mais il est peu à peu apparu, et pas seulement lorsqu'il rate une grosse occasion face à Lafont. Fin dans le jeu et inspiré, il a donné bon nombre de bons ballons à ses partenaires - même en étant dominé physiquement. Encore plus impliqué après la pause, il s'est mué en lanceur de jeu et a notamment régalé Neymar sur la réduction du score, puis Mbappé quand ce dernier obtient le penalty. Il a eu plus de mal à finir la partie, coulant un peu sur la fin, mais son match est encore une fois à découper en deux parties : franchement inspiré si ce n'est brillant pour distribuer le jeu, mais bien trop juste dans le dernier geste où il semble manquer autant de force que de conviction - à moins que ce ne soit simplement de confiance.

Neymar : Pour sa première titularisation depuis pratiquement trois mois, le brésilien a signé un match inégal mais loin d'être inintéressant et son début de partie le résume bien : un ballon perdu puis une passe qui aurait pu être décisive à Bernat dans la foulée. Cet enchaînement de déchet et de belle inspiration résume assez bien son match où il a eu beaucoup de poids dans l'animation, a pris dans des coups dans les duels et s'est parfois un peu perdu. Devant les buts, il a également été le seul à réussir à tromper Lafont mais a lui aussi beaucoup gâché, et pas seulement ce penalty qui aurait pu tout relancer. Cet échec a semblé le faire plonger mentalement puisqu'il n'est plus parvenu à se mettre en évidence ensuite. Mais pour un match de reprise, Neymar a été bien meilleur que sur bon nombre de rencontres de la sorte.

Di Maria l'a remplacé pour la fin de match et il a été vite sollicité, ce qui n'implique pas forcément qu'il est bien entré dans le match. Au contraire, entre sa recherche permanente mais caricaturale de Messi, ses inspirations peu payantes et ce carton jaune logique, il n'a pas réussi grand-chose de positif.

Mbappé : De retour en pointe, l'attaquant français a été une menace terrible dans la profondeur pour Nantes et il a créé bon nombre d'occasions de la sorte, ses coéquipiers le servant de façon très régulière. Sa vitesse a fait exploser la défense nantaise à de nombreuses reprises mais Mbappé a été trop maladroit dans le dernier geste et a beaucoup fait briller Lafont. Il aurait aussi dû faire expulser Appiah mais l'arbitre en a décidé autrement et l'agacement provoqué par cet arbitrage qui ne lui convenait (logiquement) pas l'a fait sortir de son match, au point de récolter un carton jaune. Sur l'action, il ne semble pourtant pas faire grand-chose mais a visiblement payé ses incessantes protestations. 


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

dimanche 22 mai

samedi 21 mai

vendredi 20 mai

jeudi 19 mai

mercredi 18 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux