Article 

PSG/Dijon (4-0), les performances individuelles

Publié le dimanche 25 octobre 2020 à 3:06 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-0 face à une équipe de Dijon pour le moins faiblarde mais la partie des Parisiens n'a pas forcément été linéaire. Retour sur leurs performances individuelles au cas par cas.

Rico : Si Dijon a bien été dangereux à plusieurs reprises, le gardien espagnol n'a pratiquement rien eu à faire vu que les Bourguignons ont tiré à côté la plupart du temps. On note seulement quelques arrêts faciles sur des frappes sans puissance ou ralenties par ses défenseurs. Une pige tranquille donc.

Dagba : Comme souvent, le latéral parisien s'est surtout appliqué à ne pas faire d'erreurs et il a, dans l'ensemble, réussi sa mission. S'il a bien eu quelques difficultés sur des duels défensifs en milieu de première période, il s'en est convenablement sorti dans l'ensemble. Offensivement, il combine plus qu'il ne centre et n'est d'ailleurs pas toujours précis dans ce domaine, préférant donc laisser faire les autres. Un match neutre au final, qui ne bouleversera pas la hiérarchie.

Danilo : Défenseur central droit pour la première fois, il se met en confiance d'entrée avec une bonne intervention et des ballons bien négociés. Souvent opposé à Konaté, il va dans l'ensemble largement gagner son duel et l'attaquant ne va d'ailleurs réellement exister qu'en première période, même si Danilo se loupe un peu face à lui avant la pause. Après la mi-temps, c'est surtout dans les airs qu'il va être sollicité et il s'y montre très dominant. Avec le ballon, il va réussir de bonnes choses, orientant avec application ou tentant d'allonger, prenant même parfois la responsabilité d'avancer avec dans le camp adverse. Il s'est aussi montré devant le but adverse avec deux têtes sur coups de pied arrêtés qui auraient pu aller au fond. Dans l'ensemble, son match est positif, même si pas parfait puisqu'il a aussi montré quelques difficultés à gérer la profondeur, et il va visiblement devoir s'y habituer.

Diallo : Contrairement à Danilo, il va être assez peu sollicité en première période, malgré son sauvetage d'entrée face à Baldé quand Marquinhos se loupe, mais les deux défenseurs centraux se comprennent mal lorsque Dina-Ebimbe vient les défier sur une percée et que Diallo lui ouvre le chemin du but. Comme face à Manchester, cette erreur semble le réveiller et son match est meilleur par la suite, avec plusieurs interventions de qualité et une bonne seconde période dans l'ensemble. Il se fait toutefois chiper le ballon dans les pieds sur la plus grosse occasion dijonnaise du second acte, signe de ses mi-temps pas encore abouties.

Bakker : Le Néerlandais qui retrouvait sa place dans le onze de départ n'a mis que quelques minutes à délivrer un centre parfait à Kean sur l'ouverture du score et il a, une nouvelle fois, confirmé ses qualités dans ce domaine puisque ce ne sera pas le seul bon centre du soir. Pour le reste, il ne va pas monter énormément et n'est pas toujours très utilisé par ses partenaires non plus. Défensivement, il a été peu sollicité, se montrant assez solide dans l'ensemble malgré un ballon perdu sur la première action adverse.

Marquinhos : De retour au milieu du terrain, le capitaine commence par une ouverture royale vers Bakker sur l'ouverture du score mais il enchaîne par une passe interceptée qui aurait pu valoir une égalisation. Dans l'ensemble, sa partie aura régulièrement été de la sorte avec le ballon : quelques très bons ballons vers l'avant notamment en direction de Neymar, un jeu long régulièrement performant et utile mais aussi quelques moments où l'utilisation laisse fermement à désirer, particulièrement en fin de première période. Défensivement, il a tenté de combler les trous mais il a parfois du mal avec le positionnement très haut de Rafinha à sa droite, moins avec Draxler à sa gauche. 

Ruiz l'a remplacé et il est entré comme milieu relayeur gauche. Il s'est appliqué pour presser et a tenté de montrer ce qu'il sait faire, multipliant parfois les touches de balle.

Rafinha : Relayeur droit après avoir été à gauche à Nîmes, le Brésilien va avoir un peu de mal à entrer dans la partie, voire à trouver sa position. Parfois très haut sur le terrain pour soutenir ses attaquants ou devenir le quatrième joueur offensif parisien mais aussi parfois trop haut quand il s'agir de revenir défendre ou aspiré par l'avant sur le contre-pressing, il va alterner les bonnes et les mauvaises actions. Dans l'ensemble moins inspiré qu'à Nîmes la saison précédente à l'image de ses quelques transversales pas très heureuses, il ne s'est pas aussi bien fondu dans le collectif même s'il a réussi quelques jolis échanges avec Neymar quand il s'est rapproché de lui. Il a aussi parfois semblé souffrir un peu de son manque de rythme et sa gourmandise dans ses prises de balle n'a pas toujours été récompensée.

Fadiga l'a remplacé pour la fin de match et il a mordu dans le ballon immédiatement, ce qui ne l'a pas empêché de se louper sur la dernière action du match.

Draxler : Aux côtés des très visibles Marquinhos et Rafinha, l'Allemand a joué dans un tout autre registre, sans fioritures mais toujours tourné vers l'efficacité. Parfois très bas pour construire (mais aussi pour défendre), il va certes par moments sembler jouer sans prendre de risques mais sa fluidité technique en toutes circonstances lui a aussi beaucoup servi et il a confirmé son regain de forme des dernières semaines avant qu'il ne se blesse. C'est notamment lui qui lance Neymar d'une excellente passe pour le 2-0 et son coup d'oeil a souvent été bon. Il sort malheureusement blessé, une nouvelle fois.

Herrera l'a remplacé, d'abord poste pour poste puis vite positionné devant la défense. Malgré un coup sur le genou d'entrée, il va tranquillement organiser le jeu parisien depuis l'arrière et c'est par exemple lui qui trouve Neymar lancé vers le but adverse sur le 3-0. Une bonne entrée donc.

Sarabia : L'ailier droit espagnol du soir s'est encore illustré par une passe décisive pour Mbappé, particulièrement généreuse alors qu'il aurait pu conclure lui-même, mais toute sa partie n'a pas été aussi limpide et propre. S'il a donné plusieurs bons ballons à Neymar en première période, notamment quand le Brésilien trouve le poteau, il n'avait pas vraiment réussi à exister après la pause et semblait être retombé dans ses travers. Dommage car il avait auparavant réussi à être un bon appui pour les attaques parisiennes dans le premier acte, un rôle qu'il n'arrive plus à tenir ensuite puisqu'il n'était plus ce joueur qui permet d'enchaîner, tandis que ses déplacements étaient moins tranchants. A l'heure du bilan, un match avec du bon dans le jeu en première période mais une passe décisive en seconde. 

Neymar : Le Brésilien va commencer assez discrètement son match mais est bien là pour envoyer une tête sur le poteau. Après une petite frayeur pour un coup reçu, il prend de plus en plus de place et se montre royal avec Kean sur le 2-0 en le lui donnant littéralement. Ce n'est pas le seul ballon parfait qu'il va donner au cours de la soirée puisqu'il a créé des occasions pour tous. Pas forcément autant meneur de jeu que d'habitude mais malgré tout très souvent le déclencheur n°1 du PSG dans le dernier tiers du terrain, il provoque beaucoup de fautes adverses et finit très fort, souhaitant visiblement montrer des choses. Son dernier quart d'heure qu'il dispute avec le brassard de capitaine au bras est magistral, Dijon ne parvenant plus du tout à l'arrêter de façon propre. Seul regret du match (outre le repli défensif alternatif comme toujours en L1), des coups franc directs dans l'ensemble ratés alors qu'il a pourtant été très précis sur les indirects, trouvant notamment Danilo à deux reprises. Vu le reste de son match, c'est vite pardonné.

Kean : Il ne lui faut que 140 secondes pour ouvrir le score d'une belle reprise et ainsi faciliter le match à son équipe. Dans la foulée, il se montre en revanche moins adroit de la tête, une nouvelle fois, mais est présent du pied pour doubler la mise. Il aurait pu s'offrir un triplé en début de seconde période mais loupe le contrôle sur son enchaînement. Dans le jeu, il a surtout en vue en première période avec de bonnes choses dans le collectif, notamment quand il se désaxait vers le côté gauche. Défensivement, il a encore pas mal travaillé mais a toujours ce souci de fautes qu'il provoque. Son match reste toutefois largement positif.

Mbappé l'a remplacé en pointe et a plus touché le ballon, hésitant beaucoup moins à décrocher et à s'excentrer. C'est pourtant bien dans l'axe et après un appel tranchant qu'il marque le troisième but, pas si facile puisqu'il lui aura fallu fixer un défenseur et ajuster du pied gauche. Il marque ensuite son but le plus facile de la saison, mais encore fallait-il être au bon endroit au bon moment. Il l'était ce samedi, de quoi faire oublier son mercredi ?

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

dimanche 22 novembre

samedi 21 novembre

vendredi 20 novembre

jeudi 19 novembre

mercredi 18 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux