Article 

Marquinhos, Danilo, Kean, Neymar, Istanbul, etc, la conf' de Tuchel après PSG/Dijon (4-0)

Publié le dimanche 25 octobre 2020 à 2:06 par Philippe Goguet
Après la victoire 4-0 face à Dijon, l'entraîneur parisien Thomas Tuchel est resté un long moment face à la presse. Il a notamment été question de Danilo et Marquinhos, aux positions désormais inversées, du match de Kean, du capitanat de Neymar ou encore de la suite de la Champions League avec le déplacement à Istanbul qui suit la défaite contre MU sur laquelle il est (encore) revenu.

Son choix de mettre Danilo Pereira en défense et Marquinhos au milieu ?

« Ce n'est peut-être pas tactique parce que Danilo peut aussi jouer à ce poste. Marquinhos est aussi un défenseur central du meilleur niveau mais il est le cœur et l'âme de l'équipe. Pour ça, il doit jouer au cœur du jeu, au milieu, car il a une combinaison extraordinaire. Il est talentueux au très haut niveau, il a toutes les qualités des meilleurs, avec une mentalité de travailleur. C'est une combinaison que l'on cherche, que tout le monde chercher. Quand il joue au milieu, il peut aider tous les joueurs car il a les meilleures capacités. Il est celui a le meilleur volume, il aide les attaquants, les joueurs offensifs avec le contre-pressing. Il est décisif et a été décisif au Portugal pour nous, il a marqué contre Bergame et Leipzig. Pour les joueurs défensifs, quand il joue juste devant eux, il aide tout le monde car il est le coeur et l'âme de notre équipe. Donc il joue au coeur du match et du jeu.»

Satisfait de la prestation de Danilo Pereira en défense et une solution pour la suite ?

« Oui, bien sûr. On l'a testé aujourd'hui et je suis convaincu qu'il a toutes les qualités pour nous aider. On joue très haut normalement, avec beaucoup de possession de balle. Cela veut dire qu'il a joué pendant plusieurs minutes dans la même position que comme un milieu défensif. Il est capable d'ouvrir le jeu avec confiance, il est très fort de la tête, c'est bien et avec Marquinhos proche, avec Abdou (Diallo) ou Kimpembe, on a un gaucher et un droitier, cela va améliorer la défense. Il a bien sûr la mentalité et la capacité pour faire ce qui est nécessaire pour l'équipe. On a testé aujourd'hui car c'était mon souhait d'avoir Marquinhos au milieu. C'est une situation où il y a beaucoup de blessures, de changements, de joueurs nouveaux donc c'est vraiment important d'avoir Marquinhos proche de tout le monde pour aider vu qu'il est le chef. »

Un défenseur manquant si Marquinhos est amené à évoluer au milieu de terrain cette saison ?

« On a toutes les possibilités. Si c'est nécessaire qu'il joue en défense centrale, Marquinhos peut le faire mais il a montré, il a prouvé qu'il est capable de pousser cette équipe sur le même niveau au milieu. Il l'a fait au Portugal, il l'a fait plusieurs fois l'année dernière, contre Bergame, Leipzig et le Bayern. Il est exceptionnel et ce n'était pas possible sans lui au milieu du terrain. Cela ne change rien pour le nombre de joueurs. On a Thilo (Kehrer) qui peut jouer à ce poste-là, on a Danilo qui va s'améliorer j'espère mais qui a déjà joué à ce poste. Cela ne change rien pour le nombre de joueurs, on a les joueurs que l'on a et on va chercher les meilleures solutions pour l'équipe.  »

Le poste et la prestation de Moise Kean :

« Pour moi, il est attaquant. Son meilleur poste, c'est avec deux attaquants, car il est déjà un peu plus oublié que tout seul en n°9. Il donne de l'intensité à notre jeu. C'est sa force, son côté athlétique. Je suis heureux car il a donné ça contre Nîmes et Dijon. C'était difficile pour lui contre Manchester car c'est une autre qualité. Il a montré qu'il peut aider à ce niveau-là. On ne peut pas trop attendre. Il n'a pas beaucoup joué à Everton, pas du tout. Maintenant, il faut continuer. »

Istanbul, un tournant dans sa carrière d'entraîneur du PSG ?

(il ne comprend pas, puis fait répéter avant de commencer à répondre en anglais)

« Vous en savez peut-être plus que moi (sourires). Je ne pense pas à cela comme ça et je ne vais pas commencer à y réfléchir. Si vous me connaissez depuis quelques années, vous savez bien que je vais préparer ce match pour le gagner. Ce ne sera pas facile. On a perdu le premier match mais ce n'est pas la fin du monde. On est toujours capables de répondre et d'avoir une réponse. On a perdu Draxler aujourd'hui, ça coûte cher car ce n'est pas possible normalement de perdre encore de la qualité au milieu. Il va nous manquer Marco Verratti, Leandro Paredes et Julian Draxler. Cela va être difficile mais je n'attends rien d'autre. On joue la Ligue des champions et c'est la compétition la plus difficile du monde. On va chercher des solutions mais c'est d'abord le moment pour récupérer et trouver des solutions. Une chose est claire, j'ai beaucoup confiance en mon équipe et nous avons montré beaucoup de fois que nous sommes capables de surmonter les obstacles. Il y a quelques obstacles en ce moment et on va recommencer mercredi mais je pense vraiment qu'on peut le faire. On va voir. »

Pourquoi Neymar a fini capitaine :

« A la fin, il ne restait pas trop d'options sur le terrain donc c'était Ney (sourires). »

Rassuré par l'intensité montrée ?

« Je suis content de l'intensité car ce n'est jamais facile. A domicile, à huis clos, les joueurs doivent toujours chercher l'état d'esprit et le momentum, seuls, à l'intérieur. Les spectateurs nous manquent, c'est complètement différent avec 5 000, encore différent avec 40 000. C'est plus dur de toujours retrouver l'état d'esprit, l'envie de recommencer en attaque, de contre-presser, etc. Cela demande plus d'efforts aux joueurs que s'il y avait 45 000 personnes. Et je suis très content car on n'a jamais perdu l'intensité et les distances dans le bloc. Il y a eu des minutes où c'était nécessaire de défendre mais où on a défendu ensemble. On a parlé de ce match contre Manchester avec l'équipe et ce sont des gars exceptionnels. Ils savent bien que quelque chose a manqué en première mi-temps et ils ont déjà montré une réaction. C'était peut-être nécessaire en ce moment de se rappeler de souffrir. Ne pas souffrir, cela n'existe pas en Ligue des champions. Même en Ligue 1, tout le monde pense qu'on va gagner et il y a des gars qui ne sont pas habitués à jouer toujours, il y a beaucoup de changements de poste. Ce n'est jamais facile, la facilité n'existe pas mais l'équipe était prête aujourd'hui et on doit bien sûr être prêts mercredi. »

Son bilan de la semaine :

« Personnellement ? Ce n'est jamais facile, je n'ai pas trouvé de façon d'accepter des défaites avec le sentiment qu'on n'a pas montré notre qualité ni notre vrai visage. C'est vraiment dur à accepter. Mais j'ai toujours le sentiment que nous sommes toujours ensemble, que c'est aussi moi avec l'équipe, qu'on n'a pas préparé de la meilleure façon ce match contre Manchester parce que je ne sais pas pourquoi c'était comme ça. Mais c'est vraiment difficile pour moi de digérer. Même pendant quelques moments, on regarde encore, on en reparle avec mon staff, avec les joueurs pour retrouver le sourire sur le terrain. C'est aussi nécessaire par moments de couper et regarder devant. Ce n'était pas facile et je ne veux pas m'habituer à perdre avec ce sentiment. »

Rassuré après ce PSG/Dijon ?

« Oui. C'était nécessaire de faire ça avant le prochain match car c'est du sport et il y a des raisons pour lesquelles on a perdu et des raisons évidentes. Donc il y a des choses à améliorer et on doit recommencer, on ne peut pas trop réfléchir à des défaites. On peut beaucoup apprendre et c'est parfois nécessaire pour tout le monde de vraiment se sentir mal pendant quelques heures ou un ou deux jours mais c'est ensuite nécessaire de surmonter, de regarder devant et d'être actif. Pas seulement y penser mais faire. On a retrouvé l'état d'esprit aujourd'hui, de la qualité, et c'était ensuite le moment. Un match et un résultat comme ça aident beaucoup et on ne va pas oublier mais on ne peut pas penser toujours à ce match-là. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

jeudi 26 novembre

mercredi 25 novembre

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

dimanche 22 novembre

samedi 21 novembre

vendredi 20 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux