Article 

L’arrivée et l’intégration de Messi, la forme de Ramos, la concurrence entre Navas et Donnarumma, la seconde partie de l’interview de Leonardo à Canal+

Publié le jeudi 16 septembre 2021 à 11:40 par Arthur Verdelet
Leonardo s’est très longuement confié à Canal+ avant l’entrée en lice du PSG en Ligue des Champions. À la suite d’une première partie d’entretien diffusée la veille, la suite est passée à l’antenne avant Bruges/PSG (1-1) ce mercredi soir. Voici la seconde partie complète de son entretien.

On a été surpris par la rapidité avec laquelle le PSG s’est positionné sur Lionel Messi. Aviez-vous été surpris sur le moment ou étiez-vous à l’affût dans le dossier ?

 « Je pense que cela a été fait de manière parfaite. Je commence à le connaître, et Messi est quelqu’un de très correct, sérieux et concret. Je pense que son idée était de rester à Barcelone. Je ne peux pas le cacher qu’on a eu des contacts avant, à partir de janvier, quand il était à six mois de la fin de son contrat à Barcelone. On n’a jamais contacté Messi avant le mois de janvier 2021. C’est vrai qu’on a parlé, mais c’était clair que son envie était de rester voire de terminer sa carrière là-bas. La situation du Barça a fait que son histoire avec le club s’est terminée, et là on est arrivés, on avait déjà un passé. L’envie qu’il a montré de venir nous a beaucoup motivés à le faire. Voir un joueur comme Messi au Parc des Princes avec un maillot du PSG est quelque chose d’énorme et très beau. »

Comment s’est passée son intégration au sein du vestiaire du PSG ?

« Je pense que c’était très beau que Neymar lui donne la possibilité de choisir, et que lui dise non. C’est une belle histoire ! »

« Je ne veux pas entrer dans les détails, c’est quelque chose qu’on garde pour nous, mais la manière dont il arrive représente un silence impactant. Il est ce qu’il est, il représente beaucoup de choses, ne parle pas trop, mais il arrive tout de même. C’est quelque chose de fantastique. Si je veux illustrer sa personnalité par quelque chose, je peux revenir sur le moment où on discutait de son arrivée. Neymar dit alors : « Je vais lui laisser le numéro 10. Il n’y a pas de souci, c’est comme cela. » Mais Messi a dit « Non, je ne veux pas prendre le 10 de Neymar. C’est à lui, on va choisir un autre numéro. On a discuté de numéros par la suite, et il ne restait que le 28. 2+8 cela fait 10, on a pensé à cela, mais à la fin, on a demandé à la Ligue (la LFP) de faire une exception pour accorder le 30, numéro réservé au gardien à Messi. Je pense que c’était très beau que Neymar lui donne la possibilité de choisir, et que lui dise non. C’est une belle histoire. »

Vous regardiez Venezuela-Argentine quand Messi a subi cet horrible tacle ? Avez-vous eu peur ?

« La seule chose que je dis est que nous ne voulons pas bénéficier de quoi que ce soit, d’un traitement spécial, on demande seulement une exécution d’un règlement précis »

« J’ai même peur en Ligue 1. Honnêtement, je demande une attention particulière par rapport à cela. Déjà son premier match, quand il est entré à 20 minutes de la fin (à Reims) … Je comprends que c’est difficile de gérer, tout le monde est humain, les arbitres également. De temps en temps, ils vont se dire « Je ne vais pas siffler parce que c’est Messi, c’est Neymar, c’est Mbappé. Ou je vais siffler pour montrer que c’est eux. » Je ne demande pas que cela se passe. La seule chose que je dis est que nous ne voulons pas bénéficier de quoi que ce soit, d’un traitement spécial, on demande seulement une exécution d’un règlement précis. C’est important parce qu’on doit « protéger », enfin on doit protéger tous les joueurs, mais aussi le beau jeu. »

Êtes-vous inquiet pour Sergio Ramos du fait de ses blessures ?

« Non, parce qu’on savait qu’il avait eu un problème. On savait qu’il n’était pas en forme lors des derniers mois de la saison passée et qu’il récupérait d’une lésion. Il a fait ses vacances, c’était d’ailleurs difficile pour lui de tout faire par rapport à sa rééducation. Après, on a eu notre accord, il a signé un contrat de deux ans, pas de deux mois, donc on a le temps. C’est pour cela qu’on n’est pas inquiets, je pense que c’est normal. Il a un problème à un mollet, c’est une question de condition. Il n’est pas encore prêt par rapport à cela, c’est tout»

On comprend l’opportunité de marché liée à Donnarumma, mais ne vous attendez-vous pas à une gestion compliquée entre Navas et lui ?

« Tout le monde sait qu’ils sont à disposition d’une équipe, et qu’après, ce sera le coach qui décidera comment les utiliser »

« Pourquoi cela serait compliqué ? C’est compliqué de ne pas les avoir. C’est ça qui est compliqué. Aujourd’hui, on a créé de la concurrence partout. On parle de deux gardiens de 22 ans et 34 ans, deux joueurs qui sont peut-être parmi les cinq meilleurs au monde. Je pense qu’on doit gérer le fait de les avoir, leur parler, mais tout est clair. Pas seulement pour les deux joueurs, mais pour tout le monde. Tout le monde sait qu’ils sont à disposition d’une équipe, et qu’après, ce sera le coach qui décidera comment les utiliser. L’un va jouer un match, l’autre sera moins content, etc., cela on va le gérer. C’est normal d’avoir ces réactions, on ne veut pas avoir des joueurs satisfaits d’être sur le banc. On ne veut pas cela non plus. Il faut trouver un équilibre, mais cela nous donne la vraie compétitivité que l’on souhaite. »

Sentez-vous cette attractivité liée au PSG pour les plus grands joueurs du monde ?

« Paris est différent, Paris est différent. Si on gagne, si on fait quelque chose, c’est toujours différent à Paris comparé au reste de la France. On dit toujours « oui, les arrivées des étrangers », mais cela ne va rien changer. C’est comme cela, c’est fort, c’est la manière d’être. Le Qatar est le propriétaire du club, mais il n’y aura jamais la culture qatarie et toujours celle française. C’est une évidence et une fierté. Je pense que c’est une puissance d’être en France et à Paris si on réussit à obtenir du succès, cela est unique. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

vendredi 22 octobre

jeudi 21 octobre

mercredi 20 octobre

mardi 19 octobre

lundi 18 octobre

dimanche 17 octobre

samedi 16 octobre

vendredi 15 octobre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux