Article 

Verratti-Paredes, une association complémentaire ?

Publié le mardi 19 janvier 2021 à 9:08 par Thibaut Brossard
Alors qu’on la pensait rangée aux oubliettes fin 2020, la paire Paredes-Verratti a enchaîné samedi soir à Angers (victoire 1-0) dans un double pivot qui a su se montrer efficace par certains aspects, sans forcément totalement convaincre sur tous les plans. Retour en chiffres sur la performance du duo italo-argentin.

On ne sait pas ce que Pochettino a retenu de l’expérience Verratti en numéro 10, mais elle semble avoir déjà vécu. La principale innovation du technicien argentin lors de ses trois premiers matches à la tête du PSG a été abandonnée avec le retour de Neymar dans le onze de départ. Conséquence directe, Verratti se retrouve un cran plus bas contre Angers, là où il a quasiment toujours joué sous les couleurs du PSG. Ce qui est moins fréquent en revanche, c’est son association en « double pivot » avec Paredes, l’Argentin ayant été plutôt considéré comme la doublure de luxe de l’Italien. Cette association n’avait d’ailleurs pas été reconduite une seule fois la saison dernière par Tuchel après des essais en deuxième partie de saison 2018-2019 pas vraiment concluants (défaite à Lille, matches nuls contre Strasbourg et Nice notamment). 

Des positionnements proches

Avant de se plonger dans les données chiffrées, intéressons-nous à leur positionnement sur le terrain. Et s’ils ont parfois donné l’impression de se marcher un peu sur les pieds samedi soir, ils ont fini par trouver chacun leur rôle et leur espace, comme le montre leur heatmap ci-dessous : 

Il y a évidemment pas mal de similitudes entre les deux, mais la zone d’influence de Paredes (à droite) est plus en retrait et plus centrale, celle de Verratti (à gauche) plus portée vers l’avant et sur le côté droit. Cela confirme que Pochettino a confié à l’Argentin le rôle de premier relanceur (quitte à se positionner entre les deux centraux), tandis que son binôme doit évoluer plus haut, presque comme un relayeur.

Le PSG ayant eu la possession à Angers (61 %), les deux garçons, qui aiment tant avoir le ballon dans les pieds et ont en outre disputé l’intégralité de la partie, ont affolé les compteurs en termes de ballons joués : 147 pour Verratti et 142 pour Paredes.

Verratti est ainsi sur une série incroyable de cinq matches consécutifs en Ligue 1 à plus de 100 ballons, et même nettement plus puisqu’il tourne à 136 de moyenne depuis Lille ! Les 142 ballons de Paredes constituent pour sa part le second plus haut total de l’Argentin en Ligue 1 derrière ses 148 en octobre 2019 - déjà contre Angers.

L’écart sur le match avec le troisième, Marquinhos qui a quand même joué plus de 100 ballons, est conséquent. Ils ont d’ailleurs auto-alimenté cet écart en redoublant de passes entre eux puisqu’ils se sont échangés 73 passes au Stade Raymond Kopa (31 de l’Argentin vers l’Italien, 42 dans le sens inverse). Il s’agit du meilleur total pour un duo de milieux de terrain en Ligue 1 cette saison (source : psg.fr).

Beaucoup de passes, mais pour quoi faire ?

Mais ces passes ont-elles réellement fait progresser le jeu du PSG ? Le site fbref.com nous en dit plus sur la localisation de ces touches de balle :

Le graphique apporte tout d’abord une confirmation de la répartition géographique du terrain : Paredes, première rampe de lancement, a plus le ballon dans la zone défensive parisienne ; tandis que Verratti domine au milieu et dans les zones offensives. En conformité avec les heatmaps vues plus haut, le nombre de ballons joués au milieu de terrain, dans la zone proche du rond central est incroyablement élevé.

Des difficultés à toucher les attaquants

Néanmoins, en comparaison du nombre de ballons joués, ceux touchés dans la zone offensive paraissent bien faibles : seulement trois à eux deux dans la surface adverse. Il doit évidemment y avoir une consigne de relative prudence puisque le duo constituait le seul rempart défensif du milieu de terrain, mais cela témoigne également des difficultés collectives à amener le ballon dans les zones dangereuses. Les Parisiens n’ont en effet touché que 22 fois le ballon dans les 18 mètres adverses samedi soir alors que leur moyenne jusque-là était de 33. Ils n’avaient fait moins qu’à deux reprises cette saison en Ligue 1 (contre Rennes et à Monaco).

Un ratio témoigne bien de l’impuissance des joueurs de la capitale à trouver un joueur démarqué au sein de la dense défense angevine : le pourcentage de mètres gagnés par la passe rapportés à la distance totale des passes. Plus le ratio est élevé, plus les passes sont jouées vers l’avant. A Angers, Verratti n’a pas dépassé les 25 % et Paredes les 29 %, alors qu’ils tournent à près de 30 % habituellement. Le taux de Verratti notamment rend bien compte de ses difficultés à percer le coffre-fort mis en place par Stéphane Moulin.

Il a notamment eu du mal à trouver son habituel complice du côté gauche, Neymar, à qui il n’a donné que 9 ballons. Mais c’est surtout son incapacité à toucher Mbappé (2 passes) et Kean (1 seule) qui rend bien compte des réglages à trouver dans ce nouveau dispositif.

On ne dénombre au final que deux passes clés pour le duo. C’est un peu dur de résumer leur performance ainsi mais on ne peut que constater que sur les 248 passes qu’ils ont réalisées à eux deux, seulement deux ont abouti à un tir d’un coéquipier. Les deux pour Verratti qui en est désormais à douze en Ligue 1 (soit le 10e total de l’effectif) tandis que Paredes n’en a toujours pas distribué malgré les 538 minutes jouées et les 575 passes tentées…

Un autre indicateur témoigne de leur difficulté à créer le danger jusqu’au but adverse : les expected goals chain (xG Chain). Il s’agit de la contribution de chaque joueur à une action se concluant par un tir. Cela permet normalement de mettre justement en valeur des joueurs dont le champ d’intervention se situe plutôt au début ou au milieu de l’action et non au moment de la frappe ou de la dernière passe. Paredes est crédité par le site understat.com de 0.81 xG Chain et Verratti de 0.65. Des chiffres assez modestes, légèrement supérieurs à ceux de Diallo par exemple (0.56). Pour Verratti, il s’agit même de sa moins bonne performance en championnat depuis Lille.

Bref, beaucoup de passes, de ballons joués, mais pour un nombre d’occasions créées au final assez famélique. La faute ne leur incombe pas entièrement puisque les déplacements des offensifs furent sans doute insuffisants. Mais on attend plus de créativité de joueurs aussi talentueux balle au pied, surtout quand ils ont le ballon 22 % du temps à eux deux.  

Un apport offensif indéniable

Ils n’ont pourtant pas été complètement inoffensifs et plusieurs indicateurs témoignent des efforts du duo pour créer le danger dans la défense angevine.  

Ils se sont quand même démenés pour trouver leurs attaquants puisqu’ils sont les principaux pourvoyeurs de passes vers le dernier tiers du terrain :

C’est d’ailleurs sur une passe vers l’avant de Paredes pour son compatriote Di Maria que viendra l’unique but de la rencontre (centre de Florenzi repris par Kurzawa).

Outre leur capacité supposée à jouer vers l’avant, l’un des atouts de ce double pivot est son aptitude à jouer long. Cela ne s’est pas démenti puis qu’ils ont réussi à eux près de la moitié des passes longues de l’équipe (8 des 17). C’est particulièrement l’Argentin qui s’est distingué dans cet exercice avec six transversales réussies sur neuf, contre deux sur cinq pour l’Italien.

Outre la passe, c’est par le dribble qu’ils ont essayé de déstabiliser, avec succès, l’arrière-garde angevine.

Verratti a frôlé la perfection avec sept dribbles réussis sur huit tandis que Paredes, par habitude et de par ses fonctions, a été plus prudent mais a quand même réussi deux dribbles sur les trois tentés.

Enfin, au niveau offensif, on n’omettra pas de souligner qu’ils sont les auteurs de trois frappes sur les onze de l’équipe. Verratti a été à la conclusion d’un beau mouvement où il reprend de manière acrobatique, du pied gauche, un centre de Neymar. Paredes, lui, a pris ses 40e et 41e tirs de l’extérieur de la surface depuis qu’il évolue au PSG (pour un seul tir de l’intérieur des 18 mètres, face à Bordeaux fin novembre). Pour 9 tirs cadrés en tout.

Paredes très présent défensivement

Au niveau défensif, c’est l’ancien Romain qui s’est particulièrement mis en évidence. Il a réussi les sept tacles qu’il a tentés. Il n’avait d’ailleurs jamais atteint un tel niveau de tacles réussis sous le maillot rouge et bleu. Il a également récupéré 12 ballons, ce qui constitue son record de la saison et la 2e performance du match derrière Marquinhos (13) :

L’Argentin s’est fait violence pour aller plus que d’habitude à la bagarre (dans le jeu s’entend). Il a d’ailleurs remporté 9 des 11 duels disputés ce qui constitue un excellent ratio. Verratti n’a pas à rougir de sa prestation dans ce secteur non plus puisqu’il est le joueur qui a remporté le plus de duels : 14 sur les 22 disputés. L’Italien égale ainsi sa meilleure performance de la saison (à Lens).

Cela témoigne surtout d’une excellente forme physique. Si l’on intègre le Trophée des champions, il a donc disputé l’intégralité des six derniers matches du PSG (depuis Lille-PSG du 20/12/2020). Depuis son arrivée au PSG en 2012, c’est la seconde fois que cela lui arrive, après une série de 6 rencontres complètes en avril 2017 (5 de Ligue 1 et 1 demi-finale de coupe de France contre Monaco). Il est également le Parisien qui a couvert la plus grande distance samedi soir (12.3 km).  

Difficile, au final, de juger la partie de ce double pivot qui a été performant là où on ne l’attendait pas forcément (l’abattage défensif de Paredes notamment) mais qui a failli sur ce qui est censé constituer son point fort (la capacité à connecter avec les attaquants). Surtout, malgré son répondant dans ce domaine samedi soir, quelle est la réelle capacité de ce milieu à répondre à un défi physique d’envergure au milieu de terrain ? Réponse dans les prochaines semaines.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

dimanche 07 mars

samedi 06 mars

vendredi 05 mars

jeudi 04 mars

mercredi 03 mars

mardi 02 mars

lundi 01 mars

dimanche 28 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux