Article 

Composition, tactique, Tuchel continue de jouer avec le flou avant Dortmund/PSG

Publié le dimanche 16 février 2020 à 14:44 par Philippe Goguet
S'il ne s'interdit plus de parler de la rencontre, l'entraîneur parisien Thomas Tuchel continue d'alimenter le flou autour de son onze de départ pour Dortmund/PSG. Après le match nul à Amiens, il a placé une quinzaine de joueurs en concurrence tout en s'amusant à rajouter un doute sur sa tactique.

14 à 15 joueurs en concurrence pour le 11

« Je n'ai pas le onze en tête, ce n'est pas possible, on y réfléchira dimanche. Si Kylian est fit mardi, il jouera, ce n'est pas un secret », expliquait Thomas Tuchel vendredi dernier en conférence de presse à la veille d'un Amiens/PSG où la presse tentait surtout de le faire parler de son onze de départ pour le très attendu Borussia Dortmund/PSG. Le match à Amiens est passé mais l'entraîneur allemand cultive toujours le flou autour de sa fameuse composition d'équipe, hors Mbappé et Navas qui ont reçu sans vraiment l'attendre la confirmation qu'ils devraient débuter.

Alors qu'il va devoir trouver 10 joueurs de champ, l'Allemand n'a pas hésité à expliquer que « ce sont 14 ou 15 joueurs qui sont possibles dans différentes structures pour commencer », rappelant ainsi qu'il y a pratiquement une demie équipe incertaine en raison des blessures des dernières semaines. Kimpembe ou Kehrer dans l'axe de la défense ? Bernat ou Kurzawa à gauche ? Marquinhos ou Gueye au milieu ? Icardi, Cavani ou Sarabia en attaque ? Les doutes sont nombreux et Tuchel ne fait strictement rien pour les dissiper, mettant tout son groupe sous pression pour la rencontre, Neymar inclus.

Les 15 en concurrence :

  • Défense centrale : Thiago Silva, Kimpembe et kehrer
  • Arrière gauche : Bernat et Kurzawa
  • Arrière droit : Meunier
  • Milieux axiaux : Verratti, Marquinhos et Gueye
  • Milieux offensifs : Neymar et Di Maria
  • Attaquants : Mbappé, Icardi, Cavani et Sarabia

La forme du moment casse-tête du 11 de départ

Après avoir expliqué qu'il avait « quelques idées » et qu'il déciderait « dimanche » puis « mardi ou lundi » quel sera son onze de départ, l'entraîneur parisien  a aussi rajouté une une inconnue dans l'équation : il ne peut pas avoir trop de joueurs en manque de rythme au coup d'envoi pour un match où l'intensité sera monstrueuse. En d'autres termes, il est dur d'imaginer que tous les joueurs incertains ou en manque de temps de jeu récemment vont débuter, le coach ne pouvant faire que trois changements au cours de la rencontre.

C'est tout particulièrement du côté de la défense que ce problème se concentre. Par exemple, en alignant Bernat, Kimpembe, Thiago Silva et Meunier ensemble comme lors des précédents matchs de Ligue des Champions jusque-là, le PSG se retrouverait avec une défense au sein de laquelle seul le Belge est actuellement à 100% de ses moyens physiques. En rajoutant également Marquinhos devant la défense et Neymar un cran plus haut, cela fait beaucoup de joueurs à surveiller physiquement cours de la partie.

Et Tuchel jeta le trouble sur sa structure

Mais ce flou sur son onze de départ que que Tuchel cultive depuis des jours s'est prolongé de façon inattendue concernant la tactique. Après des semaines sans toucher à son 4-4-2, le technicien allemand s'est remis à jouer avec les dispositifs au cours des derniers matchs, bien que partant toujours de la même base. A Dijon, il est ainsi passé du 4-4-2 au 3-4-3 dès la pause, avec succès puisque ses troupes ont passé un 4-0 aux locaux en seconde période.

Ce samedi, à Amiens, ce sont même trois dispositifs techniques différents qu'il a expérimentés. Après une mi-temps catastrophique dans le traditionnel dispositif, l'Allemand a décidé de mettre en place un 4-4-2 en losange qu'il utilise pour le moins rarement. L'expérience va s'arrêter au bout d'un quart d'heure, Paris finissant la partie en 3-5-2 avec un milieu de terrain inédit Verratti/Draxler/Di Maria. Interrogé quant à un éventuel changement de système pour Dortmund/PSG après tous les essais des derniers matchs, Tuchel n'a pas hésité à laisser la porte ouverte, avec un grand sourire aux lèvres : « Tout est possible dans ma tête, tout est possible. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

vendredi 30 octobre

jeudi 29 octobre

mercredi 28 octobre

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux