Article 

PSG/Bordeaux (2-2), les performances individuelles

Publié le dimanche 29 novembre 2020 à 2:46 par Philippe Goguet
Le PSG n'a pu faire mieux que 2-2 face aux Girondins de Bordeaux dans une rencontre particulièrement ouverte et riche en occasions. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Rico : De nouveau titulaire face à Bordeaux quelques mois après un match fort compliqué face au même adversaire, il commence mal sa partie et n'est pas clair du tout sur le premier but parisien avec cette parade dans son propre but. Il se reprend en revanche très bien face à Zerkane avec un gros arrêt puis va dans l'ensemble largement faire son match. Il ne peut pas grand-chose quand Adli l'aligne en bonne position mais gagne un duel décisif face à De Préville en fin de rencontre. 

Florenzi : Le latéral italien n'a pas vraiment rassuré sur ce match mais toute sa prestation n'est pourtant pas à jeter. Il a régulièrement apporté une belle largeur au jeu parisien et aurait notamment pu marquer en début de rencontre. Pas si souvent servi, il n'a en revanche jamais su trouver ses partenaires par ses centres mais va s'appliquer dans la relance du début à la fin, permettant de bien sortir le ballon. Défensivement, l'impression mitigée est la même : quelques bonnes choses comme ce sauvetage en toute fin de match mais aussi pas mal d'actions où il ne semble pas parfait. 

Pembele : Le jeune défenseur parisien a découvert la L1 en tant que défenseur central droit, lui qui joue surtout sur un côté depuis quelques saisons. S'il assure sur ses premiers ballons, il est malheureux d'entrée avec ce but contre-son-camp où il est aussi coupable de ne pas être assez attentif. Pas toujours très conventionnel dans son placement défensif avec quelques sorties hors de sa défense, il va aussi sauver son camp à quelques reprises sur des ballons chauds et va plutôt bien gérer les larges espaces de la seconde période. Avec le ballon, il va jouer simple au début puis s'enhardir au fur et à mesure avec notamment quelques belles percées balle au pied après la pause. Pour une première, tout n'a pas été parfait mais il aura au moins su montrer quelques belles qualités, ce qui est prometteur.

Kimpembe : Le capitaine du soir va commencer sa partie par un bon sauvetage devant Ben Arfa mais il ne va pas pour autant gérer aussi bien toute la soirée. Associé à Pembele pour la première fois, il ne va pas hésiter à l'aider et à aller dans sa zone mais le large espace dont il tente de se charger n'est pas facile à gérer et cela lui porte parfois préjudice avec quelques sorties à contre-temps. Souvent volontaire pour aider, il se disperse ainsi un peu trop. En seconde période, il alterne entre couvertures tranquilles et vagues adverses où il fait comme il peut pour tenir le cap. A noter une grosse erreur qui aurait pu coûter un but, signe d'un match pas spécialement bien apprécié de sa part.

Bakker : Le latéral gauche néerlandais enchaînait sur le flanc gauche et il a encore montré tout son coffre, arpentant sans cesse son côté sans être forcément servi. Il va tout de même l'être régulièrement mais ne va que trop rarement bien utiliser le ballon. Pour un tir intéressant et quelques centres bien vus dans l'idée, il va en faire un nombre incroyable directement sur ses adversaires, même si le choix dans la surface n'était pas forcément énorme. Défensivement, son apport offensif a logiquement engendré de l'espace dans son dos mais il n'a pas forcément beaucoup souffert pour autant, seulement en fin de match face à Ben Arfa.

Paredes : L'Argentin était associé à Verratti, une rareté dans l'ensemble, mais il a souvent joué un cran plus bas que l'Italien, se plaçant avec le ballon entre ses deux défenseurs centraux la plupart du temps pour organiser le jeu parisien depuis la source. Il va orienter avec plus ou moins de réussite, son jeu long s'améliorant au fur et à mesure du match pour être de plus en plus précis après quelques tentatives ratées en première période, et il est clairement l'homme fort de la fin de match parisienne avant de sortir. Défensivement, il n'a pas toujours très bien protégé sa défense mais a aussi réussi quelques interventions de qualité. Dans ce rôle relativement nouveau et très reculé sur le terrain, il a alterné d'excellentes périodes et d'autres bien moins pertinentes mais semble sur la bonne voie.

Icardi l'a remplacé pour les dernières minutes mais n'a eu aucun impact.

Verratti : Positionné un cran plus haut que Paredes et pratiquement comme seul milieu de terrain quand le PSG avait le ballon, le petit Italien va mettre quelques minutes à rentrer dans le match, montrant une technique un peu moins ciselée que d'habitude. Cela ne va pas durer et il va vite retrouver son coup d'oeil magique. S'il est toujours aussi fort pour trouver Neymar devant lui, il va donner des bons ballons à tous et apporter beaucoup de choses positives au jeu parisien. Défensivement, il a comme toujours beaucoup couru et pressé mais n'a pas forcément beaucoup récupéré le cuir. Après une heure de jeu très rassurante dans l'ensemble, il sort de façon logique, ses dernières minutes étant plutôt pénibles car épuisé.

Herrera l'a remplacé et a forcément joué une autre partition. S'il est actif au contre-pressing, il ne protège pas forcément bien sa défense mais devait couvrir une zone immense, probablement trop grande pour lui. Avec le ballon, il a fait simple et efficace.

Rafinha : Positionné comme milieu offensif droit, le Brésilien va réussir un excellent début de partie, à la fois juste techniquement et présent dans tous les bons coups, régalant avec son pied gauche. Il n'hésite pas à quitter le couloir pour venir ailleurs et se connecte bien avec Verratti ou les autres en plus d'avoir un impact défensif non négligeable. Il disparaît en revanche peu à peu du jeu quand Neymar va commencer à prendre de la place sur l'aile opposée, devenant un joueur de complément finalement assez peu utilisé à de rares exceptions. On le revoit certes par moments en seconde période mais ce sont bien ses 20 premières minutes qui auront été les meilleures.

Di Maria l'a remplacé poste pour poste et il s'est cantonné côté droit dans l'ensemble. Il va bien tenter de faire des différences mais perd surtout la balle et son investissement défensif est scandaleux pour un joueur entré en cours de match.

Neymar : Placé côté gauche, le Brésilien se positionne entre milieu offensif avec le ballon et attaquant sans, autant dire qu'il défend assez peu et ne s'intéresse qu'à la partie offensive. Il va mettre un certain temps à rentrer dans la partie et monte en régime après une vingtaine de minutes avant de faire basculer la première période avec un penalty provoqué et transformé puis un gros rush conclu par une frappe puissante que Kean va convertir. Cette bonne période va peu à peu disparaître et ce qui était un léger déchet technique balle au pied va prendre une place folle. Il oublie aussi de plus en plus ses partenaires et ne cherche plus que Mbappé. Sa dernière demi-heure est d'ailleurs une mauvaise suite de son match contre Leipzig : dribbles superflus, pertes de balle à profusion, non-gestion du tempo, repli défensif inexistant, tout y passe et est fait à l'inverse du bon sens. Il y a évidemment eu du bon dans le match de Neymar, notamment un excellent passage en première période, mais son second acte est la représentation du naufrage collectif, si ce n'est la cause principale.

Mbappé : Dans une position plus axiale qu'à l'accoutumée vu qu'on l'a très peu vu s'excentrer côté gauche, le génie français a logiquement touché assez peu de ballons mais va en faire, au moins dans un premier temps, bon usage puisqu'il est sur plusieurs des occasions parisiennes du premier acte que ce soit à la création ou à la conclusion. C'est justement dans ce dernier domaine que le match de Mbappé va être très pénible avec plusieurs grosses occasions loupées face à un Costil qui le connaît bien. Ses ratés vont finalement coûter très cher vu le score et sa seconde période est franchement ratée. Non seulement il ne semble plus vouloir jouer qu'avec le ballon dans les pieds mais il ne fait aucune différence quand c'est le cas et son duo avec Neymar aura viré au pathétique, les deux surjouant comme quelques jours plus tôt. 

Kean : L'attaquant italien a encore marqué mais son match a probablement été des plus frustrants vu à quel point il a été peu servi. Certes positionné dans l'axe où la densité de joueurs était importante, il a comme Mbappé souffert de cet afflux mais le peu d'entrain de ses partenaires d'attaque pour le trouver est dur à comprendre vu son poids sur les défenses. Capable de jouer dos au but et de remiser, il va aussi s'excentrer pour pouvoir exister et a fait mal quand il est parvenu à être lancé vers le but, se plaçant d'ailleurs parfois tout seul dans cette situation par son jeu de corps. Défensivement, il a aussi donné de sa personne. Un bon match au final, et il aurait franchement mérité d'avoir plus de cartouches à disposition.

Sarabia l'a remplacé pour les dernières minutes dans un rôle de milieu très vague et il s'est simplement signalé par deux mauvais choix dans la défense adverse, signe de son peu de confiance actuellement.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

jeudi 21 janvier

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

vendredi 15 janvier

jeudi 14 janvier

mercredi 13 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux