Article 

PSG/Leipzig (1-0), les performances individuelles

Publié le mercredi 25 novembre 2020 à 3:27 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 1-0 face à Leipizig grâce à un but rapide de Neymar sur penalty mais les Parisiens ont malgré tout réalisé un petit match et beaucoup souffert. Retour sur leurs performances individuelles au cas par cas.

Navas : Il n'a pas eu de miracles à faire cette fois-ci, Leipzig ayant tiré à côté sur ses plus belles occasions, mais il s'est montré attentif et précis sur le reste de ses interventions en général même s'il est plus efficace que propre sur la puissante frappe de Haidara en fin de première période. Très sollicité au pied, il ne s'est en revanche pas montré très inspiré dans ce domaine, rendant pratiquement tous les ballons qu'il a dégagés.

Florenzi : L'arrière droit du soir est celui qui permet au PSG de marquer le seul but du match en interceptant bien mais ce fut l'une de ses rares bonnes interventions du soir, sa première période étant très compliquée. Pas spécialement sollicité défensivement, il l'a en revanche beaucoup été pour relancer et a rendu nombre de ballons en raison de ses insuffisances techniques du soir. Il sera un peu meilleur et surtout plus propre en seconde mi-temps, notamment quand il joue un cran plus haut mais cela reste très léger pour le niveau européen.

Marquinhos : Défenseur central droit, il va surtout encadrer ses partenaires en début de partie via des couvertures même s'il montre vite une présence aérienne qui va être un gros atout pour son équipe tout au long du match. C'est surtout en seconde période qu'il va être sollicité et se montrer particulièrement présent, repoussant de nombreuses actions adverses que ce soit au sol ou dans les airs. Il finit même stoppeur droit avec une belle vivacité malgré un état physique douteux comme l'a dévoilé son entraîneur après la partie. Un seul mauvais point à relever, son jeu long dans l'ensemble totalement inefficace en direction de ses attaquants.

Diallo : Quelques jours après sa catastrophique fin de match à Monaco, le défenseur gaucher retrouvait sa place naturelle et, malgré un soupçon de fébrilité pour démarrer la partie, il va assurer et peu à peu se rassurer. S'il est un peu pris par Poulsen quand ce dernier parvient à frapper en pivot, il va dans l'ensemble bien le gérer sans faire la moindre faute qui aurait pu coûter cher. Il va en revanche un peu plus souffrir dans les duels face à Sorloth en fin de partie mais le boulot a été dans l'ensemble fait. Dans la relance, il aurait pu faire mieux mais n'a préféré prendre aucun risque à une ou deux exceptions près.

Bakker : Le Néerlandais fêtait sa première titularisation en Champions League et son match a été une alternance de bonnes et, plus généralement, de moins bonnes choses. Il faut noter à son crédit son engagement dans les duels qui lui ont permis d'en gagner un certain nombre, notamment quand il allait presser. En revanche, sa lecture des trajectoires n'a pas toujours été parfaite et son utilisation du ballon a été moyenne si ce n'est médiocre. En grande difficulté sur le plan technique, il a rendu des tonnes de ballons et n'a rien appporté dans la relance, devenant même régulièrement une cible du pressing adverse.

Danilo : Finalement titulaire comme sentinelle d'un milieu à trois, ce qui est censé être son meilleur poste, le Portugais ne va pas du tout peser dans la partie dans ce rôle. Il récupère peu de ballons, fait même quelques fautes évitables et n'est pas du tout utilisé dans la relance au point qu'il vient même se placer de lui-même un cran plus bas. Il finit défenseur central et signe d'entrée une bonne intervention qu'il va confirmer durant la dernière demi-heure qu'il joue en défense. Avec moins de courses à faire, notamment pour couvrir la largeur, il est plus à l'aise en général même s'il aurait pu être plus présent face à Sorloth dans les airs.

Herrera : Positionné dans le même poste de relayeur droit que lors de son meilleur match au PSG face au même adversaire, l'Espagnol ne va pas connaître la même réussite même s'il est impliqué sur l'action amenant le penalty. Pour le reste, il va beaucoup courir pour couvrir le côté droit afin d'aider Florenzi mais son utilisation du ballon aura été dans l'ensemble bien trop faiblarde pour un match pareil et il a donc largement contribué à cette domination du milieu de Leipzig. Il se sacrifie sur un contre et écope d'un carton avant de sortir.

Verratti l'a remplacé et a été averti d'entrée mais il aurait même pu voir rouge. Pour le reste, il a donné une leçon de tenue de balle et d'utilisation. Dans les petits espaces, il a régalé et permis à son équipe de souffler comme elle en avait tant besoin. 

Paredes : Relayeur gauche comme lors du Final 8, il a comme Herrrera signé une partie bien loin de ce qu'il avait pu montrer au Portugal. S'il va être dans quelques points chauds et être averti pour une contestation largement évitable, il va en revanche être beaucoup moins présent au moment de faire vivre le ballon. Il y parvient parfois, se montrant d'ailleurs quelques fois judicieux, mais il n'a jamais été ce régulateur qu'il aurait pu être avant l'entrée de Verratti. Défensivement, il a couru pour boucher les trous mais n'a pas récuperé beaucoup de ballons.

Neymar : Aligné en fausse pointe axiale comme en demi-finale, il va être très recherché par ses partenaires tout au long de la soirée et va beaucoup tenter, comme toujours. S'il est au coeur de toutes les offensives parisiennes, le nombre ridicule d'actions ayant débouché sur quelque chose de concret en dit beaucoup sur l'énorme déchet qu'il a connu balle au pied. Pas toujours juste techniquement et de moins en moins inspiré au fur et à mesure du match, il va signer une dernière demi-heure qui ne rend absolument pas service à son équipe, le Brésilien multipliant les pertes de balle suite à des choix aussi exaspérants qu'inadéquats. Dans cette prestation individuelle dans l'ensemble ratée, il faut tout de même signaler ce penalty transformé, loin d'être anodin alors que l'échec de Di Maria à l'aller avait coûté très cher.

Sarabia l'a remplacé pour les derniers instants et il a tenté de s'insérer dans les efforts collectifs. Il a aussi loupé ce qui aurait pu être une balle de 2-0 d'une nouvelle frappe trop molle.

Di Maria : L'Argentin avait été préféré à Moise Kean et il a au moins réussi à provoquer un penalty de filou à l'expérience. Pour le reste, dans son rôle entre ailier droit et deuxième attaquant, il a pratiquement tout raté avec le ballon malgré un léger mieux après la pause. Dur à trouver, il n'a jamais su combiner avec ses partenaires et même son pied gauche n'était pas spécialement précis. Il a en revanche beaucoup couru pour défendre mais cela reste très insuffisant à l'heure du bilan, d'où sa sortie logique dès l'heure de jeu.

Rafinha l'a remplacé et est entré pour consolider le côté gauche. Il a plutôt bien rempli ce rôle et a bien travaillé pour y arriver. Sa technique lui a aussi permis de gagner du temps et il a réussi à se connecter avec Neymar puis Verratti de belle façon en fin de match. Il aurait d'ailleurs pu doubler la mise mais sa frappe puissante a été repoussée en corner. 

Mbappé : Titulaire côté gauche, il va lui aussi largement passer au travers de la partie malgré, forcément, quelques bonnes choses balles au pied au milieu de pas grand-chose. Sollicité sur sa vitesse et sa percussion, il va être parfaitement géré par les défenseurs adverses qui le connaissent bien et il n'a finalement jamais réussi à se mettre en position d'être une menace pour la défense adverse, le gardien sortant judicieusement devant lui à quelques reprises. Sachant qu'il n'a pas du tout pesé sur le jeu direct, le bilan est très maigre.

Kean l'a remplacé pour les dernières minutes et l'Italien a fait un bien fou par son punch et son goût du duel. Lui n'a pas hésité à aller au combat avec les défenseurs et il a eu le temps de faire une bonne remise pour Sarabia. Dommage que le statut des deux stars l'ait empêché de rentrer plus tôt vu son apport...

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 24 janvier

samedi 23 janvier

vendredi 22 janvier

jeudi 21 janvier

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux