Article 

Tuchel tacle la gestion des fins de contrats

Publié le jeudi 1 octobre 2020 à 15:25 par Marius Cassoly
Interrogé en conférence de presse sur l'avenir d'Angel Di Maria, Thomas Tuchel en a profité pour adresser un tacle concernant la gestion des fins de contrats de ces dernières années au PSG, un sujet toujours d'actualité pour les prochains mois.

Après avoir finalisé un mercato estival qui inquiète Thomas Tuchel et dont le sprint final risque d'être électrique, le PSG cherchant encore à se renforcer en défense centrale, au milieu de terrain et en attaque, Leonardo va notamment devoir gérer la situation des différents joueurs en fin de contrat en juin 2021, soit à l'issue de la saison actuelle. Ils répondent au nombre de trois parmi l'effectif actuel : Angel Di Maria, Juan Bernat et Julian Draxler. Si des prolongations sont espérés pour les deux premiers cités, le troisième est considéré comme « transférable » par sa direction mais se plaît aux mondanités parisiennes et souhaite aller jusqu'au bout de son bail, malgré de nombreux intérêts en Europe, suceptibles de relancer sa carrière sportive.

« C'est clair qu'on perd trop de joueurs sans recevoir de l’argent »

Interrogé en conférence de presse sur l'avenir d'Angel Di Maria, qui n'exclut pas un retour en Argentine en fin de la saison selon le journal Le Parisien, Thomas Tuchel a d'abord botté en touche : « Je ne sais pas quel est le statut exact de la situation de Di Maria, je ne suis pas impliqué dans ce dossier ». Avant d'envoyer un tacle les deux pieds décollés concernant la gestion globale des fins de contrats au PSG ces dernières années, énumérant alors les différents cas : « Mais en général, c'est clair qu'on perd trop de joueurs sans recevoir de l’argent. Ça a commencé lors de ma première saison avec Adrien Rabiot, un grand grand joueur qui est parti libre. Ça a continué cette saison, et ça peut continuer avec Di Maria, Julian Draxler, Juan Bernat ». 

Tuchel a ensuite expliqué que le fait de laisser partir des joueurs sans indemnité de transfert ne collait pas avec les ambitions affichées par le PSG : « C'est trop, trop, trop. C'est ce qui peut arriver de pire à un club, de ne pas obtenir d'argent pour ensuite acheter des joueurs. C'est trop pour un club comme le PSG, pour le statut qu'on veut avoir en Europe ». Pour Leonardo, il faudra donc tenter de ne pas répéter les erreurs du passé, plus que jamais ancrées dans le présent. 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux