Article 

Tuchel ne « sait pas » s’il y aura de nouvelles recrues et pense que le PSG va en « payer le prix »

Publié le jeudi 1 octobre 2020 à 14:23 par Marius Cassoly
Présent en conférence de presse à la veille de PSG/Angers, Thomas Tuchel s'est longuement étalé sur le mercato estival du club parisien et n'a pas caché son pessimisme alors que seules deux recrues (Florenzi, Letellier) ont pour le moment été enregistrées dans la capitale française.

Après avoir livré un point rapide sur l'état de ses troupes alors que le PSG reçoit Angers ce vendredi 2 octobre (21h) au Parc des Princes dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1, Thomas Tuchel a vite été questionné sur une thématique très récurrente de l'actualité parisienne du moment, à savoir le mercato estival, sujet longuement abordé durant cet échange de questions-réponses avec les journalistes. Alors que le marché des transferts se clôture lundi 5 octobre, soit dans une poignée de jours seulement, le club de la capitale française n'a enregistré que deux recrues à l'heure actuelle : Alessandro Florenzi au poste de latéral droit et Alexandre Letellier en qualité de troisième gardien. S'il est connu que Paris souhaite également renforcer sa défense centrale, son milieu de terrain et son attaque, le cahier des charges est encore loin d'être rempli. 

Constat et projection

« Je ne sais pas si on va recruter d'autres joueurs »

Alors que plusieurs joueurs sont liés au PSG via diverses rumeurs, à l'image de Tiémoué Bakayoko et Antonio Rüdiger de Chelsea, Tuchel n'a évidemment pas commenté ces pistes mais n'a pas caché son pessimisme au moment de faire le point sur le mercato : « Aujourd'hui, c'est la réalité. Je ne sais pas si on va recruter d'autres joueurs, on doit attendre. Si cela reste comme ça, ce n'est pas impossible que Florenzi soit la seule recrue ». Si l'entraîneur parisien a ensuite relativisé en assurant « qu'on ne va jamais arrêter de pousser des joueurs avec qui on travaille, on va leur donner de la confiance. On ne va jamais accepter la défaite, on joue toujours pour gagner », il revient sur la problématique du mercato juste après : « Cette situation est une réalité : nous avons une équipe réduite avec des joueurs qui sont souvent avec leur équipe nationale, sans préparation, avec le coronavirus. Je suis inquiet ». 

« Pour le moment nous n’avons pas la même qualité »

Même s'il reste encore quelques jours de mercato et donc la possibilité de se renforcer dans les derniers instants, comme a su le faire Leonardo en signant Keylor Navas et Mauro Icardi dans le sprint final l'été dernier, Tuchel s'est déjà projeté sur les prochains mois de compétition : « On va payer le prix en octobre, novembre, décembre, janvier. Je suis inquiet. Je vais tout essayer. Il faut attendre le cinquième, le sixième match avant de parler de nos objectifs. C’est encore trop tôt. J’ai toujours confiance ». Questionné sur le niveau global de son effectif par rapport à la saison passée, Tuchel a jugé « nécessaire » de dire que « pour le moment nous n’avons pas la même qualité, pas les mêmes joueurs, c’est une réalité. Ça ne veut pas dire que je veux perdre tous les matches, non, pas du tout. On va travailler avec le meilleur niveau possible. On n’acceptera jamais les excuses mais on va se confronter avec la réalité ».

« On ne peut pas demander la même chose à une équipe réduite »

Alors que le PSG sort d'une saison historique avec une finale de Champions League atteinte, Thomas Tuchel est resté très lucide au moment de se projeter sur le parcours des siens en C1« C’est du sport, du football, tout est possible. On sait bien que pour reproduire la même chose, on doit avoir un peu de chance durant les matches, sans avoir de blessures. Mais si on reste avec le même groupe qu’aujourd’hui (sans nouvelle recrue, ndlr), on ne peut pas demander la même chose ». Et de se lancer dans une comparaison avec d'autres grandes pointures européennes : « Liverpool n’a pas participé au Final 8 et a pu acheter Thiago Alcantara et Diogo Jota pour s’améliorer. Manchester City, qui a perdu en quart de finale, a acheté deux défenseurs et Torres de Valence, l’Atlético de Madrid a désormais Luis Suarez, l’Inter Milan a désormais deux équipes capables de disputer la Champions League. Ce sont des équipes avec qui on doit combattre, c’est un grand challenge. Je ne dis pas que c’est impossible, mais c’est plus difficile que l’année dernière si on reste comme ça. Et c’était déjà difficile ». 

« On ne peut pas demander les mêmes objectifs »

Après avoir expliqué que « le club sait bien de quels profils on a besoin », Tuchel a rajouté une couche aux propos qu'il avait déjà tenus quelques minutes plus tôt : « Si ça reste comme ça on ne peut pas parler des mêmes objectifs, ou au moins demander les mêmes objectifs. On peut peut-être le faire, mais on ne peut pas demander la même chose à une équipe réduite parce qu’on doit combattre avec Liverpool, Manchester City, l’Atletico de Madrid, l’Inter Milan, qui sont très forts sur le mercato ». Le message est passé.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux