Article 

Neymar, Ramos, ses idées de jeu, le style de son équipe, etc, la conf' de Pochettino avant PSG/Nantes

Publié le vendredi 19 novembre 2021 à 17:45 par Arthur Verdelet
À la veille d'affronter Nantes en Ligue 1, l'entraîneur du PSG Mauricio Pochettino était en conférence de presse et il a été question du match, notamment via les dernières nouvelles concernant la participation de certains joueurs. Mais il a surtout été question du style de jeu de son équipe, ou encore des idées qu'il tente d'inculquer.

À Southampton et Tottenham, des attaquants tels que Jay Rodriguez et Harry Kane ont progressé sous vos ordres. À votre arrivée à Paris, Kylian Mbappé jouait sur l’aile gauche mais a gagné en liberté depuis. Pensez-vous qu’il a fait évoluer son jeu depuis janvier ?

« Quand nous sommes arrivés, Kylian était déjà le grand joueur qu’il est. C’est normal. Il est un joueur jeune avec un énorme potentiel, en constante progression. Je ne vais pas te dire que nous sommes responsables de cela, mais nous accompagnons les joueurs dans leur progression. Cela ne nous revient pas uniquement pour autant. Dans chaque cas, je crois qu’il faut donner tout le crédit aux footballeurs parce qu’ils sont les seuls à avoir cette motivation interne. Ils doivent s’améliorer chaque jour, en utilisant les outils qui leurs sont mis à disposition par les staffs techniques. Je suis satisfait de l’évolution de Kylian, qui montre chaque fois qu’il est un joueur plus mûr et complet. Ses statistiques sont très bonnes. »

On a reçu le communiqué médical et on ne voit ni Neymar, ni Presnel Kimpembe, ni Marco Verratti, ni Marquinhos dessus. Cela veut-il dire que les quatre feront partie du groupe demain ? Parlez-nous également de la situation de Sergio Ramos.

« On dit toujours la même chose. Les joueurs touchés par des problèmes médicaux ne peuvent pas être éligibles. D’autres, en dehors de la liste parce qu’ils ne sont pas blessés, ne sont pour autant pas en mesure d’être compétitifs et performants pour l’équipe. J’ai une réunion cet après-midi avec l’équipe médicale pour voir si les joueurs seront disponibles ou non demain. Je prendrai une décision avec eux concernant leur présence dans le groupe ou non. On n’a pas encore décidé de cela, mais on va le faire dans une heure. »

Pour la première fois depuis son arrivée au PSG, Lionel Messi va bénéficier de plusieurs mois pour enchaîner jusqu’à la trêve internationale d’avril. Cela vous laisse donc du temps avec lui. Vous réjouissez-vous de cela pour faciliter son adaptation ?

« Non, entretemps, il y aura deux matchs comptant pour les qualifications pour la Coupe du Monde au Qatar et prévus à la fin du mois de janvier 2022. Il y aura également la Coupe d’Afrique des Nations à cette période. Ce ne sera pas très différent de ce que nous avons actuellement parce que l’on a neuf matchs à jouer en quatre semaines. Il y a ensuite la trêve de Noël, et on reprend rapidement avec beaucoup de matchs de championnat à jouer. Au bout d’une semaine, il y aura déjà les qualifications pour la Coupe du Monde au Qatar, et la CAN. On devra s’adapter à la situation. Il n’y aura pas plus ou moins, c’est la même situation que depuis le début de saison. »

Dans l’entretien accordé à L’Équipe et publié ce matin, vous dites que vous ne développez pas vos idées mais celles du PSG. N’y-a-t’il pas une part de frustration de votre côté de ne pas pouvoir développer vos propres idées ?

« Tu dois t’adapter à ce que les clubs te demandent »

« Si tu lis l’interview, j’y explique tout très bien. Chaque staff technique doit s’adapter aux projets des clubs. Je n’ai pas besoin de l’expliquer à nouveau. Tu dois t’adapter à ce que les clubs te demandent. En tant que staff, nous devons nous adapter, et petit à petit, nous rapprocher de ce qui nous plaît sur le plan footballistique. Nous sommes des entraîneurs nous adaptant et essayant de tirer le meilleur de chaque groupe de joueurs, en prenant compte leurs caractéristiques et les cultures des clubs. Le PSG est différent d’un autre club, donc on doit s’adapter. On doit voir comment prendre nos préférences footballistiques et les adosser aux caractéristiques du club. C’est l’idée pour construire une équipe. »

Vous avez dit que vous alliez voir après si Ramos fera ou non partie du groupe demain, mais pensez-vous qu’il est en condition suffisante pour cela ?

« Il a fait trois entraînements avec le groupe cette semaine. La progression de ce que nous cherchons est très bonne. On verra demain s’il fait partie du groupe, et sinon, cela sera pour une prochaine fois. »

Ce matin, on a vu Neymar s’entraîner et courir sans gêne. Pensez-vous lui donner un peu de temps de jeu demain contre Nantes ?

« Il s’est entraîné avec le groupe, et bien entraîné. On verra après la réunion. Je n’en suis pas certain, mais je pense qu’il sera en mesure de faire partie du groupe pour le match de demain. »

Dans quel état d’esprit est Sergio Ramos, dont le retour est reporté depuis plusieurs semaines ? Est-il toujours aussi déterminé qu’au départ ou alors en partie découragé ?

« Ramos est très fort mentalement »

« Pour un champion du monde comme Sergio Ramos, un joueur de son niveau, avec sa mentalité, il est très difficile de ne pas jouer autant qu’il le souhaiterait. Mais il est très fort mentalement. Il travaille très durement et on pense qu’il progresse bien. On doit être patient, et il l’est. Cela fait preuve de sa maturité. On pense qu’il va réintégrer l’équipe bientôt. Il s’est entraîné avec le groupe trois fois cette semaine. Il répond bien à la charge de travail, et c’est une étape très importante pour lui avant de retrouver la compétition. »

Au sein de l’entretien publié ce matin, vous parlez des identités des équipes et de ce que cela représente au PSG. Pensez-vous que vous avez laissé une marque spécifique sur l’équipe ou que l’on va voir un PSG plus efficace comme c’est le cas depuis le début de saison ?

« Je pense que nous montrons de nombreux signes d’une identité, et cela vaut pour le staff et les joueurs. Parfois, on parle d’identité et de philosophie sans réellement savoir ce que ces mots signifient. Lorsque les gens parlent d’identité, de philosophie, de méthodologie, c’est un sujet très subjectif et sans réel contenu. Je pense que l’équipe montre de nombreux signes positifs. Des choses que nous apprécions voir et qui ont été testées dans l’équipe. En tant que staff, quand vous rejoignez un club tel que le PSG, le club vous veut parce qu’il a vu que des choses que vous pouvez transmettre à l’équipe. Vous pouvez obtenir les résultats dont l’équipe a besoin. 

« L’équipe a son identité et son style de jeu. Ses idées aussi »

Quand on parle de choses difficiles à matérialiser, comme la philosophie et l’identité, parce qu’il n’y a rien de concret à montrer, c’est un peu comme un match qui n’existe pas. Je pense que l’équipe a son identité et son style de jeu. Ses idées aussi. Donc, on veut continuer à progresser et aider l’équipe à se développer dans chaque aire du jeu afin d’obtenir les résultats positifs que l’on espère. Miguel (D’Agostino, son adjoint et traducteur, N.D.L.R), tu peux utiliser tes propres mots maintenant ! (Rires) »

Gianluigi Donnarumma est malade et donc absent ce week-end, mais des rumeurs venant de son entourage disent qu’il est venu à Paris pour être numéro 1 et ne se satisfait pas de son statut actuel. Comment voyez-vous son futur et comment allez-vous gérer la concurrence entre vos deux gardiens ?

« L’entourage des 33 joueurs professionnels et de tous les jeunes du centre de formation pensent qu’ils peuvent être numéro 1 ou qu’ils peuvent jouer »

« L’entourage des 33 joueurs professionnels et de tous les jeunes du centre de formation pensent qu’ils peuvent être numéro 1 ou qu’ils peuvent jouer. Ma femme, mes enfants et tout le monde autour de moi pensent que je suis le meilleur entraîneur du monde, mais je dis que je ne le suis pas. Restons calmes ! C’est comme cela que sont les relations humaines. Les personnes autour de chaque individu vous défendent. Je défendrais toujours mes enfants. C’est comme ça. Je dirais toujours que mon fils est le plus intelligent. C’est pour cela qu’on ne peut pas prendre en compte les opinions des entourages. Un coach ne peut pas parler à propos de cela. C’est impossible. Comme nous avons aussi un entourage, nous avons comprendre et faire preuve d’empathie avec les entourages des autres parce qu’ils sont ceux souffrant. Lorsque j’étais à l’Espanyol Barcelone, mes enfants souffraient parce que je n’étais pas l’entraîneur du FC Barcelone à ce moment-là. »

Tactiquement, on vous a beaucoup vu changer de système depuis le début de saison. Est-ce que le retour proche de Sergio Ramos peut changer votre organisation pour une défense à trois et déplacer Nuno Mendes et Achraf Hakimi en tant que pistons ?

« Le match le plus important est celui de demain. On pourra parler de Ligue des Champions plus tard. On doit se concentrer sur demain. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 04 décembre

vendredi 03 décembre

jeudi 02 décembre

mercredi 01 décembre

mardi 30 novembre

lundi 29 novembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux